vendredi 14 juin 2024

Le fiasco de Madrid, les sifflets du Parc, la chute de l’OL… les coups de cœur et coups de gueule du Quotidien du Sport

À lire

Tous les lundis soirs, rendez-vous avec les coups de cœurs et les coups de gueule du Quotidien du Sport. Une chronique signée Stéphane Désenclos, qui revient sur les points chauds de la semaine.

Je ne le cache pas, c’est avec honte que j’évoque mon premier coup de gueule : le fiasco de Madrid ! Et je me demande encore comment, après le match aller et les 60 premières minutes du match retour, comment le PSG a pu se faire sortir par une équipe du Real Madrid très moyenne. Hormis Benzema bien sûr…

Il aura fallu une erreur de Donnarumma – une erreur ça arrive – pour faire voler en éclat une équipe qui maitrisait la situation. C’est la, bien sûr, que le bas blesse…

Messi et Neymar ne sont pas coupables

Alors du coup, tout est remis en question. Tout est de la faute de Messi et Neymar. Oublié Donnarumma, ou Marquinhos, qu’on n’a jamais vu si mauvais avec le PSG depuis des lustres. Les « coupables » sont désignés. 

Paris reste sur deux saisons réussies en C1 (je le rappelle, finale en 2020 et demi-finale en 2021) et perd à cause de deux des meilleurs joueurs du monde à leur poste. Mais tout est de la faute de Messi et Neymar.

NON, tout est de la faute du PSG qui n’a pas cette culture de la gagne. Du moins sur un plan sportif, car au niveau marketing, c’est plié, Paris est champion d’Europe !

Ligue 1 : ça fait mal au bide

En attendant le changement nécessaire dans les structures du club, pour redonner le pouvoir au jeu, aux résultats, retour sur la Ligue 1.

De ce côté là, Paris est tranquille puisque ses adversaires se complaisent en médiocrité.

Contre Bordeaux au Parc, on aura compris que les supporters parisiens tiennent Messi et Neymar pour responsables (vous me direz, c’est bien normal, c’est ce que tous les medias répètent en boucle) puisque ces deux joueurs sont copieusement sifflés. J’avoue que, quand on aime le beau jeu, quand on aime le foot, ça fait un peu mal au bide quand même !

En tout cas, voilà Paris avec 15 points d’avance sur le deuxième, et si ça continue, les Parisiens fêteront le dixième titre du club, lors de la venue… de l’OM. Ce sera le 17 avril pour le compte de la 32ème journée.

Paqueta ne restera pas à Lyon

Comme il n’y a pas que le PSG dans la vie, un mot quand même sur les performances européenne de nos clubs.

Et surtout, un coup de chapeau à Lyon qui gagne à Porto et prend une option sur la qualification, grâce à un but de l’inévitable Paqueta. Celui-là, on prend le pari qu’il ne sera plus à l’OL la saison prochaine. Surtout si l’OL ne termine pas dans le TOP 5, ce qui s’avère de plus en plus compliqué.

C’est drôle quand même le foot. Bruno Génésio, conspué par les supporters lyonnais, viré comme un mal propre par Aulas, sous injonction de ces mêmes supporters, revient leur mettre une fessée et décrocher une place sur le podium, qui les fait rêver…

On notera au passage que quatre équipes sont désormais à la lutte pour la deuxième place : l’OM, Nice, Rennes et Strasbourg.  Dans le bas de tableau, une demi douzaine d’équipes sont concernées par le maintien.

Si le PSG va trouver le temps long d’ici le mois de mai, ce ne sera pas le cas pour tout monde…

> Rendez-vous tous les lundis à 19h55 sur Mon Paris MF (à écouter ici)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi