mardi 27 septembre 2022

Lionel Maltese (chercheur) : « L’OM, plus qu’une passion, une religion »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Le chercheur marseillais en économie et management, Lionel Maltese décrypte les valeurs qui accompagnent l’OM, celles qui le définissent le mieux, pour en faire un club à part.

Peut-on dire que la passion est la valeur qui caractérise le plus l’OM ?

La passion est présente dans tous les clubs… c’est son degré qui varie, son intensité. Et autour de l’OM, on peut dire que c’est une passion au carré, une religion qui a engendré, chose extrêmement rare en France, une vraie économie parallèle, avec des médias qui vivent pour et par le club et qui en font vivre d’autres. Ce qui fait qu’à Marseille, dès qu’on parle de l’OM, ça s’entend beaucoup plus qu’ailleurs. La caisse de résonance est énorme.

A quelles autres valeurs associez-vous l’OM ?

Des valeurs d’attachement, qu’on pourrait appeler « allégeance », mais surtout pas dans un esprit consumériste, même s’il y a une économie autour des produits dérivés, davantage dans un vrai sentiment d’appartenance. Car l’OM appartient à ses supporteurs et aux habitants de la ville.

C’est en tout cas comme ça qu’ils le ressentent, qu’ils vivent leur relation au club. La communication des dirigeants en devient d’autant plus compliquée car ils ne peuvent évidemment pas satisfaire tout le monde.

On en vient à une autre caractéristique du club, la transparence, inhérente à la réalité médiatique, à tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux, à ce besoin de tout connaître, tout savoir, les prix des transferts, les salaires des joueurs, les rumeurs, les coulisses du club, les conflits entre joueurs, etc.

Et, au final, tout ce qui était du domaine du sportif devient politique. Avec la fierté qui va avec, fierté de porter le maillot, de représenter une histoire, une ville qui n’a pas d’autres clubs de sport collectif de ce niveau.

« À Marseille, il y a une vraie incompréhension sur les investissements des actionnaires »

Cette fierté peut-elle se retourner contre le club ?

Oui, lorsque les supporteurs ne veulent pas entendre que leur club ne peut plus espérer gagner la Ligue des Champions.

Même si la réalité économique est là, ils refusent de s’auto-flageller et regardent ce qui se fait ailleurs. Avec moins ou autant de moyens financiers, mais plus de résultats. Il y a une vraie incompréhension sur les investissements des actionnaires. Eux, s’attachent à développer d’autres leviers, à se diversifier, pour rattraper le retard dans la formation, récupérer l’exploitation du stade, etc.

La partie sportive manque de légitimité sur ce qui se passe et le président ne peut pas tout faire tout seul dans un tel contexte. Il aurait besoin d’une figure à ses côtés pour le sportif, l’économique… A Lyon, Aulas avait Lacombe, A Paris, Nasser a Leonardo. À Marseille, les anciens ont la voix qui porte, à l’instar d’un Di Meco, à l’extérieur du club, ou d’un Boli, à l’intérieur, qui n’intervient pas suffisamment pour jouer ce rôle.

« Une culture proche de ce qui se fait en Amérique du Sud »

Quid du slogan Droit au but ?

Évidemment, ce slogan résonne énormément et représente une forte identité combative. Celle de mouiller le maillot, dans une grande intensité physique pour une culture proche de ce qui se fait en Amérique du Sud et plus particulièrement en Argentine.

En Europe, il n’y a que Naples qui véhicule la même image. La puissance de frappe d’un grand attaquant et la rugosité combative des défenseurs font partie de l’adn du club. Toutes les grandes périodes de l’OM sont associées à des joueurs, ou des entraîneurs, qui étaient en phase avec ça : Skoblar, Mozer, Heinze, Papin, Drogba, Bielsa…

Et la fidélité, est-ce une valeur marseillaise ?

La fidélité à la ville et au club, mais pas à des personnes. C’est typiquement un club où le devant du maillot a plus d’importance que le derrière. Et finalement, eu égard à l’histoire ancienne et riche du club, peu de personnalités, peut-être Mandanda aujourd’hui et encore, font l’unanimité, même ceux qui ont beaucoup gagné. Cette fierté à cette allégeance, ça fait partie d’une vraie marque sociale.

Ne manquez pas le numéro exceptionnel du Foot Marseille, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi