vendredi 1 mars 2024

OM : Vitinha et Ounahi, une erreur de casting ?

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

En janvier, Marseille a dépensé un peu plus de 40 millions pour acheter Vitinha et Ounahi. Mais, en dehors du temps d’adaptation, les deux recrues ne semblent pas être faits pour l’OM de Tudor.

Alors que tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour l’Olympique de Marseille, un problème apparaît de plus en plus frappant depuis quelques semaines : Pablo Longoria aurait-il fait une énorme erreur dans son recrutement cet hiver ?

D’abord, un constat : depuis leurs arrivées à Marseille, respectivement le 29 et 31 janvier, Azzedine Ounahi et Vitinha n’ont disputé que 64 minutes de jeu, pour le Marocain, et 52 minutes pour le Portugais. Pire : tous les deux ont débuté un match pour quatre apparitions dans le groupe, et à chaque fois, ils ont été sortis à la mi-temps par Igor Tudor.

Ounahi est arrivé à cours de forme, pas Vintinha, titulaire à Braga

Si on peut le comprendre pour Ounahi, qui n’avait quasiment par rejoué depuis le match pour la troisième place de la Coupe du Monde, c’est un peu plus étonnant pour le buteur portugais, qui jouait encore avec son club en janvier.

A LIRE ICI : l’OM se donne le droit d’y croire avant de recevoir le PSG

Mais les deux profils interpellent. Hier à Toulouse, Igor Tudor a sorti le Marocain à la pause pour faire entrer en jeu Ruslan Malinovskyi à sa place. L’Ukrainien est un joueur au profil plus travailleur, plus fort dans les duels, qui peut s’adapter à plus de postes (plus ou moins haut, sur le côté ou dans l’axe) bref, qui est beaucoup plus « Tudor Compatible » que le fin technicien que peut être Ounahi. Au même poste, l’OM de Tudor s’accommode presque mieux d’un Matteo Guendouzi, beaucoup moins technique, premier remplaçant à Cengiz Ünder.

L’OM de Tudor n’a pas un joueur dans le TOP 10 des meilleurs buteurs et ne s’en porte pas plus mal

Le constat est encore plus flagrant pour Vitinha. Alors que l’on pensait que l’arrivée du joueur de Braga allait permettre à Sanchez de reculer d’un cran, il n’en est rien. Le Chilien et le Portugais n’ont pas encore passé la moindre minute ensemble sur le terrain. Au pur buteur, le technicien croate préfère un joueur travailleur, qui va créer des brèches, aux quatre coins de la partie de terrain adverse.

Et si l’inconvénient est que l’OM ne possède pas un joueur dans le TOP 10 des buteurs de Ligue 1 (Alexis Sanchez est 11ème, avec 9 réalisations), les résultats donnent raisons à son entraîneur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi