mercredi 21 février 2024

Rugby : sur les traces d’Antoine Hastoy (Pau)

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

C’est dans le petit club du RC Bal qu’Antoine Hastoy a commencé à toucher ses premiers ballons. L’ouvreur de la section paloise impressionnait déjà… 

Fabien Galthié avait décidé de se rendre dans les tribunes pour la reprise du Top 14 et d’assister au match Montpellier-Pau (23-26). Le sélectionneur de l’équipe de France n’a pas été déçu par Antoine Hastoy (23 ans). L’ouvreur de Pau lui a même laissé une excellente impression comme il l’a indiqué à chaud sur Canal + : « C’est un joueur qui, depuis deux saisons, sort de belles performances. Il a beaucoup d’aisance ballon en main. C’est un très bon numéro 10 qui est en train de mûrir très vite. » Devant le sélectionneur, Hastoy a transpercé le rideau adverse de Montpellier pour envoyer Clovis Le Bail à l’essai. La saison passée déjà, le natif de Bayonne a énormément fait de différences en attaque (14 titularisations en 17 matches). Ses qualités dans le jeu au pied sont également très appréciées. Un homme l’a bien connu : Franck Larroque, le co-président du RC Bal. C’est dans ce club de Nouvelle-Aquitaine que tout a commencé pour Hastoy. 

« IL N’AIMAIT PAS PERDRE »

Franck Larroque, co-président RC Bal

« Je l’ai entraîné en benjamins pendant deux ans. Antoine a commencé depuis l’âge de 5 ans jusqu’à ses 13 ans chez nous. Il y est resté jusqu’en minimes première année. L’année d’après, il est parti à la Section paloise. Je garde le souvenir d’un gamin comme on aimerait tous en avoir. Il avait très envie d’apprendre… Il avait un bon comportement sur le terrain. Il donnait tout, mais il n’aimait pas perdre. C’était vraiment un bon garçon. Il était à l’écoute. En minimes première année, il a pourtant connu un souci de problème de croissance. Il s’entraînait moins, mais il essayait toujours de bien faire en match. Cette envie de rugby ne l’a jamais quitté. Le rugby, c’était sa passion. »

Rugbystiquement, Hastoy avait déjà un temps d’avance : « Depuis tout petit, il joue 10. Il était au-dessus du lot. La vision du jeu l’habitait déjà. Il n’avait pas peur de plaquer. Il aimait attaquer. Il n’avait pourtant pas un gabarit énorme par rapport à d’autres, mais il compensait par sa technique. Je ne suis pas du tout surpris par le cours de sa carrière. Quand il est parti à la Section paloise, on savait tous qu’il ferait quelque chose. Il se donnait les moyens pour y arriver. Je me souviens qu’à l’entraînement il était le premier à faire des exercices. Dans le club, personne n’a été étonné de sa progression. Il était en plus bien entouré au niveau familial. Son beau-père a même entraîné avec moi pendant un an. »

Le XV de France, un rêve de gosse

Franck Larroque ne s’interdit pas de penser à la grande équipe de France pour son ancien protégé qui a été sélectionné en équipe de France jeunes : « Depuis tout petit, Antoine rêve de l’équipe de France, de porter ce maillot bleu. Les compliments qu’il vient de recevoir vont le pousser à s’améliorer encore afin qu’il puisse atteindre cet objectif. » Hastoy a lui répondu à ceux adressés par le sélectionneur : « C’est forcément très flatteur. Cela fait très plaisir et cela pousse à travailler encore plus. Qu’il continue à me regarder et pourquoi pas…». A voir si Hastoy sera une des surprises de la prochaine liste de Galthié… 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi