vendredi 14 juin 2024

Soutenu par ses frères, Mathias Pogba lance Golden Score : « Le savoir est une arme »

À lire

Créée par Mathias Pogba et son cousin, Adrien Nsomoto, l’association Golden Score a pour but d’aider à la reconversion des sportifs de haut niveau. Porté par la notoriété de la famille Pogba (Paul et Florentin en sont les ambassadeurs), l’association va se lancer en grandes pompes ce dimanche. Mathias Pogba nous en dit un peu plus.

A quel moment avez-vous décidé de créer cette association ?

En 2017, j’ai subi une grosse blessure au tendon d’Achille. J’ai été longtemps arrêté et je me suis posé la question : qu’est que je ferais quand je ne jouerais plus ? Nous en avons beaucoup discuté, avec mon cousin, et nous avons commencé à travailler sur ce projet.

L’idée, c’est d’aider les sportifs de haut niveau dans leur reconversion…

Surtout, de leur permettre d’aborder leur après-carrière dans les meilleures conditions. Souvent, c’est notre agent qui gère, sans que nous soyons en mesure de l’accompagner…

« Paul et Florentin, sont les ambassadeurs de Golden Score »

Mais l’agent est surtout là pour gérer la carrière des sportifs…

C’est pour cela aussi que c’est compliqué… Les sportifs de haut niveau ne sont pas préparés à ça.

Concrètement, comment agissez-vous ?

Nous pouvons intervenir de multiples manières. Nous intervenons au près des entreprises, des clubs, nous mettons nos réseaux au service de nos adhérents pour leur donner le plus d’armes possible, afin de préparer au mieux leur reconversion. Nous proposons aussi d’intervenir dans les clubs en formant les jeunes sportifs. En partant du principe que le savoir est une arme.

Je suppose qu’être le frère de Paul Pogba vous a aidé dans vos démarches…

On ne peut pas le nier. Paul et Florentin (ndlr : son jumeau), mes deux frères, sont les ambassadeurs de cette association.

Personnellement, vous évoluez dans le modeste club de Belfort, en National 2, vous êtes déjà passé à autre chose ?

Il est évident que ma présence à Belfort est surtout liée à ma volonté de me rapprocher de ma famille. Je suis parti à l’étranger à l’âge de 16 ans et demi. En revenant en France, je me suis rapproché de ma famille. En particulier de Florentin (ndlr : qui évolue à Sochaux) et de ma mère (qui vit en région parisienne). Mon choix était aussi de pouvoir me consacrer à ce projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi