vendredi 27 janvier 2023

10 joueurs à suivre en Europe avant le mercato d’été

À lire

Ils étaient à l’ombre des joueurs stars, le montant de leurs transferts ne dépassant jamais le raisonnable. A côté de ceux dont l’exposition médiatique et la valeur marchande sont sans commune mesure avec un talent bien inférieur, ces sous-cotés-là gagneraient à être enfin reconnus à leur juste valeur.

1 – Mehdi Taremi – Porto

Arrivé au Portugal qu’en 2019, à 27 ans, acheté 5 M€ par le FC Porto à Rio Ave en 2020, l’international iranien a rapidement démontré qu’il avait certainement perdu pas mal de temps à végéter dans les pays du Golfe. « S’il était arrivé au Portugal un peu plus tôt, il serait un des mastodontes du foot mondial » déclarait son coach à Rio Ave, Carlos Carvalhal, en constatant son incroyable capacité d’adaptation aux exigences du foot européen .

Sans être une révélation, car il disputait son deuxième Mondial avec la Team Melli, Taremi (30 ans) a confirmé au Qatar (2 buts) ses 5 buts et 2 passes décisives de Ligue des Champions, une montée en puissance qui ne se dément pas depuis trois ans et qui pourrait s’accentuer encore à la faveur d’un huitième de finale de Ligue des Champions face à l’Inter Milan en février. A l’instar des trentenaires largement dépassés que sont Giroud, Ibra, CR7 ou Benzema, Taremi a encore de beaux jours devant lui pour rattraper le temps perdu.

2 – Nayef Aguerd – West Ham

Cet été, West Ham a recruté à Rennes un des meilleurs défenseurs de L1, sans se douter qu’il allait récupérer en janvier un des meilleurs défenseurs du monde ! Après l’épopée des Lions de l’Atlas, l’ancien joueur formé à Rabat et passé par Dijon s’est révélé à 26 ans aux yeux de la planète foot.

Du haut de son mètre 88, de sa qualité défensive et de sa technique de gaucher, Aguerd a rivalisé avec les meilleurs défenseurs centraux du monde, largement plus sécurisant que Maguire, Vertonghen ou Laporte et même Upamecano. De nationalité française, nul doute qu’il aurait été titulaire avec les Bleus. Son absence lors de la demi-finale a été un coup énorme porté aux ambitions marocaines.

3 – Dusan Tadic – Ajax

A 34 ans, il n’est évidemment pas un perdreau de l’année… à mener le jeu de l’Ajax au point d’en constituer l’élément essentiel de son animation offensive depuis cinq saisons, jusqu’aux portes de la finale de la Ligue des Champions en 2019.

Après quatre années de Premier League à jouer contre nature pour Southampton (quel gâchis!), il a trouvé le jeu qui lui convenait à l’aube de ses 30 ans. Et de regarder s’envoler tous les ans les meilleurs jeunes produits ajacides, les voir aussi souvent s’engluer loin de leur nid. Car on ne trouve pas partout un joueur de sa classe pour faire jouer les autres. Il est Serbe, il est à l’Ajax où il est considéré, à juste titre, comme une vraie star… à domicile.

4 – Heung-Min Son – Tottenham

Elu deux fois meilleur joueur de l’année à Tottenham, meilleur buteur de Premier League en 2022 (23 buts), la régularité à un très haut niveau de performances du Coréen depuis son arrivée dans le championnat anglais, il y a huit ans (jamais moins de 20 buts par saison), ses 245 matches pour 96 buts et 50 passes décisives, devraient en faire une tête d’affiche des Spurs.

Pourtant, le meilleur joueur coréen de l’histoire ne jouit outre-Manche et au-delà que d’un succès d’estime à 30 ans. Son état d’esprit irréprochable, son jeu très complet, son efficacité mériteraient pourtant plus que les cinq misérables petits points qu’il a obtenus au dernier classement du Ballon d’Or, lui qui n’était même pas dans la liste des nominés en 2017, 2018, 2021, 22ème avec 4 points en 2019.

5 – Jordan Veretout – Marseille

Sa présence dans le groupe France pour la Coupe du monde n’est qu’une juste récompense, bien que tardive (29 ans), d’un parcours irréprochable qui lui a permis de découvrir, et surtout de s’imposer en Premier League (Aston Villa), en Serie A (Fiorentina et AS Roma), après avoir débuté à Nantes, s’être aguerri à Saint-Etienne.

Homme de base de l’OM de Tudor depuis le début de la saison, Veretout ne déçoit jamais ses entraîneurs, même les plus exigeants à l’instar de Mourinho à la Roma qui en avait fait un de ses cadres dans un registre de jeu complet et plutôt défensif qu’il parvint à transcender offensivement en étant impliqué dans beaucoup de buts, la preuve qu’il gagnerait lui aussi à être un peu plus responsabilisé, sinon valorisé ?

6 – Emiliano Martinez – Aston Villa

L’Albiceleste lui doit sa qualification en quarts de finale face aux Pays-Bas. Et pas que. Le gardien de 30 ans d’Aston Villa qui n’a fréquenté que des clubs de seconde zone après son départ d’Arsenal en 2012 (Sheffield Wednesday, Rotherham, Wolverhampton, Getafe, Reading) n’a été appelé qu’en 2021 en équipe nationale juste avant une Copa America qu’il marqua aussi de son empreinte en arrêtant trois tirs au but dans la série fatidique en demi-finale contre la Colombie.

En s’installant en Premier League depuis deux saisons et demi, du haut de son presque double mètre (1m96), il a changé de dimension, mais sans être encore considéré comme l’égal des meilleurs. Et pourtant…

7 – Giovanni Di Lorenzo – Naples

Le capitaine de Naples est un quasi inconnu pour tous ceux qui ne s’intéressent
pas de près au Calcio. Absent lors des deux dernières Coupes du monde, Di Lorenzo (29 ans) était pourtant le latéral droit de la Squadra Azzura championne d’Europe 2020.

Mais en l’absence de performances majuscules du Napoli au niveau européen, la régularité de l’ancien joueur d’Empoli ne saute pas aux yeux. 2023 peut être l’année de la consécration avec un Scudetto qui tend les bras aux Napolitains, 32 ans après le dernier, et un remarquable parcours en Ligue des Champions avant un 8ème de finale abordable face à l’Eintracht Francfort.

8 – Adrien Rabiot – Juventus Turin

Son départ conflictuel du PSG en 2019, pour avoir refusé de prolonger son contrat, autant que son exclusion de l’équipe de France pendant deux ans (2018-2020), pour avoir refusé de se mettre sur la liste des réservistes de Deschamps, ont brutalement coupé une trajectoire qui devait pourtant l’amener au sommet très rapidement.

A défaut, Rabiot (27 ans) a pioché à la Juventus, dans un club en perte de vitesse, pour revenir par la fenêtre en équipe de France au meilleur moment. Ses performances pendant la Coupe du monde ne font que le remettre là où il aurait toujours dû être : parmi les meilleurs milieux relayeurs du monde.

9 – Yassine Bounou – FC Séville

Rarement mise en lumière aura été autant méritée que celle du natif de… Montréal, au Canada. En intégrant le gotha du football mondial au Qatar, le Maroc a enfin valorisé un gardien qui souffrait depuis le FC Séville d’un manque de reconnaissance évident. Longtemps bloqué par Oblak et Courtois à l’Atlético, obligé de redescendre en D2 espagnole pour avoir du temps de jeu, il n’est vraiment titulaire à part entière que depuis deux ans avec le FC Séville.

Malgré des performances XXL en Ligue des Champions, et un titre de meilleur gardien de Liga en 2022, il lui a fallu attendre 31 ans et une Coupe du monde phénoménale pour être, enfin, jugé à l’égal des plus grands. Mieux vaut tard que jamais.

10 – Seko Fofana – Lens

Son arrivée à Manchester City, à 18 ans, lui avait ouvert les portes de la gloire. Mais sans pouvoir s’y imposer, elle l’obligea à prendre des chemins de traverse du côté de Fulham, Bastia ou l’Udinese.

C’est là-bas qu’est venu le chercher le RC Lens pour gérer son retour en L1, profitant du manque de notoriété de l’international ivoirien pour un transfert de 10 M€ qui ferait presque sourire face aux 40 M€ et 30 M€ déboursés par le PSG pour s’offrir Paredes et Gueye, ou les 25 M€ dépensés par l’OM pour Strootman dans le même temps! Dans un registre de jeu « block to block », Fofana offre pourtant beaucoup plus de garanties avec la possibilité, à 27 ans, de franchir encore quelques paliers supplémentaires.

Tant mieux pour les Sang et Or. et aussi : Sofiane BOUFAL (Angers), Jordan HENDERSON (Liverpool), Ilkay GUNDOGAN (Manchester City), Leon GORETZKA (Bayern Munich), Rafa SILVA (Benfica), Daichi KAMADA (Eintracht Francfort), Wissan BEN YEDDER (Monaco), Steven BERGHUIS (Ajax Amsterdam), Teddy SAVANIER (Montpellier), Sergej MILINKOVIC-SAVIC (Lazio Rome), Moussa DIABY (Bayer Leverkusen), Granit XHAKA (Arsenal), Romain PERRAUD (Southampton), Alejandro REMIRO (Real Sociedad)

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi