dimanche 21 juillet 2024

Pourquoi Fabien Barthez était le meilleur gardien du monde

À lire

Choc des quarts de finale, le match entre l’Italie et la France n’a pas déçu. Le suspense a été total jusqu’au bout de la nuit. Avec un héros : Fabien Barthez.

L’Italie et la France avaient eu un 8ème de finale compliqué face respectivement à la Norvège et au Paraguay, se qualifiant pour les quarts de finale par la plus petite des marges, 1-0 pour l’Italie face à la Norvège avec un but de Vieri et 1-0 pour la France face au Paraguay avec un but de Laurent Blanc. Après avoir joué avec les nerfs de leurs supporteurs jusqu’à la 113ème minute face au Paraguay, les Français ont récidivé en quarts de finale.

France Italie : le classique devient duel

Les rencontres entre la France et l’Italie sont toujours serrées et ce quart de finale n’a pas dérogé à la règle. Vice-championne du monde en titre, l’Italie fait partie des grands favoris de l’épreuve, mais elle n’est pas spectaculaire, Cesare Maldini, le sélectionneur est adepte d’un jeu défensif basé sur les contres-attaques. Il aligne pour ce match un 3-5-2 défensif, place Pessotto au marquage de Zidane (les deux sont coéquipiers à la Juventus Turin).

Les deux équipes se procureront des occasions, mais aucun des deux gardiens Pagliuca et Barthez ne sont pas pris en défaut, Fabien Barthez réalisant un gros match et des parades décisives :

« Les deux équipes se connaissaient parfaitement, plusieurs joueurs français (9 précisément) évoluaient en Italie, c’était la grande mode. Et pour cette Coupe du monde, la France avait une super défense et un super gardien.

Fabien ne connaissait pas la pression, très jeune il a été titulaire à l’OM, j’étais aussi à Marseille, j’ai pu voir comment il fonctionnait, il était impressionnant de sérénité. Quand une séance de tirs au but arrivait et que Fabien était dans les buts j’étais confiant » explique Pascal Olmeta, l’ancien coéquipier à l’OM de Fabien Barthez.

« Sur les penaltys, Fabien impressionnait les joueurs adverses »

L’Italie gardait un bon souvenir de son dernier affrontement face au pays hôte en Coupe du monde puisqu’elle avait gagné le match, c’était face à l’Argentine en 1978. Mais, d’un autre côté, elle restait aussi sur deux éliminations consécutives aux tirs au but. Après que Roberto Baggio ait failli marquer le but en or (le ballon a frôlé la cage de Barthez), les deux équipes ont dû être départagées aux tirs au but.

Une séance haletante où, sur chaque tir, le Stade de France retenait son souffle. Finalement, comme c’est souvent le cas dans cet exercice ce sont les joueurs expérimentés qui ont failli avec Albertini et Lizarazu qui ont raté leur tentative.

Pour ce genre de séances, la présence de Fabien Barthez était importante selon Pascal Olmeta :

« Dans sa cage, Fabien avait une grande présence. Sur les penaltys, il impressionnait les joueurs adverses. Il était bon dans cet exercice, ce n’est pas donné à tous les gardiens. » Di Biagio, le 10ème tireur envoie un missile sur la barre, la France est qualifiée et affrontera la Croatie, l’Italie rentre à la maison…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi