jeudi 29 septembre 2022

2021 : Philippe Lannes (Delko Provence) veut faire aussi bien qu’en 2020

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Philippe Lannes, le nouveau manager et propriétaire du team Delko Provence livre ses impressions sur la saison écoulée. Heureux des résultats de ses coureurs, Lannes espère rééditer la même performance. Le dirigeant entend briller sur les grandes compétitions européennes.

« En Europe, mais aussi hors Europe, nous avons obtenu de bons résultats. Des places d’honneur avec une forte concurrence. Des victoires de jeunes coureurs notamment pour un avenir prometteur et un bon bilan 2020. La grande révélation aura été Biniam Guirmay. À 20 ans, il a fini 7ème au classement UCI des moins de 24 ans, 2ème des moins de 20 ans derrière Evenepoel. Il a démontré de belles choses avec encore une grosse marge de progression.

Avec lui, Alessandro Fedeli fut l’autre grande satisfaction. Avec une belle victoire dans le Tour du Limousin et une cinquième place significative dans la Classic Bretagne, épreuve du World Tour. C’est une perf énorme pour une Pro Team comme la nôtre.

Je n’oublie pas Simon Carr, néo-pro déjà vainqueur d’une belle course, et Eduard Grosu qui a beaucoup bossé. Pierre Barbier a gagné sa première course chez les pros pendant que Fernandez et Siskevicius tenaient la baraque !

L’autre grande satisfaction s’appelle Axel Zingle. On l’a pris comme stagiaire et qui mérite son premier contrat pro en allant chercher le titre de champion de France espoir. »

Philippe Lannes : « Je n’aime pas annoncer le nombre de victoires »

« Je n’aime pas annoncer un nombre de victoires à atteindre. Les aléas d’une saison sont tellement importants, j’estime que ça ne sert à rien. Nous réaliserions une bonne saison 2021 si nous parvenions, tous ensemble, à maintenir l’équipe dans le top 25 mondial.

Nous étions 32ème en 2019, 23ème en 2020, s’installer à ce niveau dans la durée nous permettrait d’être reconnu par les organisateurs et les médias. Pour y parvenir, nous n’allons pas nous éparpiller. Plutôt cibler un calendrier français et très européen, latin, plus en rapport avec l’ADN de l’équipe, avec un effectif de 20 coureurs.

Être le plus performant possible en Classe 1 et Pro. Au Tour du Luxembourg, au Tour de Burgos, pour les semi-classiques italiennes, espagnoles et françaises. Nous avons des puncheurs, des grimpeurs et des finisseurs et l’espoir de voir éclore tous les jeunes talents que nous avons recrutés. »

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi