mardi 27 septembre 2022

Affaire Pogba : loin d’être un cas unique…

À lire

Avec le scandale « Pogba » qui éclate en ce moment, le métier de footballeur rappelle qu’il n’est pas que confort de vie et aisance financière. Trop souvent, c’est une source de conflit pour un joueur et ses proches, parfois jusqu’à mettre sa vie en danger.

De grosses sommes impliquent de grosses responsabilités. On retrouve fréquemment des joueurs qui subissent de lourdes pressions à cause des montants exorbitants qu’ils touchent. Si ces histoires se règlent en interne la plupart du temps, il arrive que ces litiges prennent de l’ampleur, jusqu’à menacer la santé du joueur directement.

Adebayor, le couteau sous la gorge

En 2018, Emmanuel Adebayor raconte son histoire au micro de Canal+. En 2000, alors qu’il vient de quitter son Togo natal pour le FC Metz, son grand frère lui rend visite et lui demande beaucoup d’argent. « J’ai vidé mon compte, je lui avais tout donné », explique Adebayor. Insatisfait de la somme, son frère appelle ensuite sa mère, et reproche à Emmanuel de ne lui donner que très peu d’argent. Le footballeur, alors âgé de 16 ans seulement, cherche du réconfort auprès de sa sœur, qui le rejette également.

« A ce moment-là, je pensais au suicide, j’étais prêt à passer à l’acte »

Délaissé par sa propre famille à un très jeune âge, seul dans un pays étranger, Adebayor pensait avoir vécu le pire, mais c’est plus tard dans sa carrière, chez lui à Monaco, qu’il vit une expérience traumatisante. « Mon frère voulait commencer un business de voiture, acheter en Allemagne pour les revendre au pays, il voulait 70 mille euros ». Le footballeur Togolais explique qu’il n’a pas l’argent tout de suite, et qu’il doit attendre la fin du mois pour les donner à son frère. « La même nuit, je me suis réveillé avec un couteau sur la gorge ».

Depuis cette histoire, Adebayor essaye d’aiguiller les jeunes joueurs : « Quand tu gagnes de l’argent à 15 ans, c’est difficile de contrôler. Il faut les aider, mais il faut mettre les points sur les i dès le début de ta carrière ».

Emmanuel Eboué, d’Arsenal à la rue

Lorsque l’international Ivoirien évoluait en Turquie entre 2011 et 2015, il touche en tout 8 millions d’euros, il en envoi 7 à sa femme. « J’avais une confiance aveugle en elle, tout ce qu’elle me demandait de signer je le signais ». Lorsqu’elle réclame le divorce, l’ancien d’Arsenal perd tous ses biens et la grande majorité de son patrimoine.

En 2016, à peine de retour à Sunderland, il est suspendu par la Fifa pour ne pas avoir payé son argent, faute de fonds. Après plusieurs années compliquées à éviter les huissiers et à dormir sur le sol chez des amis, Emmanuel Eboué est aujourd’hui employé pour son ancien club de Galatasaray. Il y assure l’accompagnement des jeunes du centre de formation, et le recrutement à l’étranger.

« J’ai vu de mes propres yeux des joueurs le vivre, à tous les niveaux, que ce soit à Toulon ou à Saint-Etienne »

Comme l’expliquait Laurent Paganelli dimanche dernier sur le Canal Football Club, beaucoup d’affaires similaires existent, souvent non médiatisées, c’est une maladie qui gangrène le milieu du football à tous les niveaux. Frédéric Antonetti l’ancien entraîneur du LOSC et de Metz ajoute : « Il n’y a pas plus tard que quelques mois, un jeune joueur m’appelle pour me demander des conseils là-dessus, il faut donner parce que c’est ta famille, mais il faut mettre les choses au clair, que ça reste un pourcentage sur ce que tu gagnes ».

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi