dimanche 2 octobre 2022

Aix en Provence : un groupe prêt à en découdre avec le PSG

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le club des Bouches-du-Rhône d’Aix en Provence veut confirmer sa très bonne saison précédente (3ème).

En ne perdant que sept fois, le PAUC a fini sur le podium du championnat. Une sacrée performance. L’entraîneur du PAUC Thierry Anti peut avoir le sourire :

« On ne pensait pas être dans le top 3. Notre objectif initial était de rentrer dans le top 5 pour être européen. Ce résultat a constitué une belle surprise. On a fini derrière le PSG, intouchable avec 30 victoires en 30 matches, et Nantes. On a été davantage à la lutte avec les Nantais, mais plutôt derrière eux. On a réalisé quelques belles performances à l’extérieur. On a été l’équipe la plus performante dans ce registre après le PSG. »

On a été capables de gagner à Nîmes (29-28), Montpellier (28-27), Nantes (26-25). Ce sont des performances incroyables. Un classement dépend aussi beaucoup de l’adversité. On finit 3ème avec pas mal de points d’avance sur le 4ème et le 5ème (3 sur Montpellier et 5 sur Chambéry, Ndlr). Cela prouve aussi que certaines autres équipes n’ont pas spécialement réussi leur exercice… ».

Aix par contre a été solide et il ne faut surtout pas lui enlever.  De quoi garder le même appétit pour la saison à venir.

« Rester dans le top 4 pour, à un moment, jouer les grands titres »

« On aimerait figurer dans le top 4, insiste Anti. C’est le rang nécessaire pour être certain de jouer la Coupe d’Europe. C’est important d’en être pour acquérir beaucoup d’expérience internationale. Ce rang reste vital pour, à un moment donné, jouer les grands titres. Cette année, notre détermination en Coupe d’Europe va être très élevée. On veut aller le plus loin possible. La saison dernière, on a défendu notre rang (battu en phase de groupes de la Ligue européenne, Ndlr). Pourtant, certaines critiques nous sont tombées dessus. »

« Sur les quatre clubs du Final Four, deux étaient dans notre poule (Magdebourg, Nasice, Ndlr). Cela s’est joué à deux, trois matches qu’on n’a pas su gagner. Mais on n’était pas fortement à un niveau inférieur non plus, ou encore moins, comme certains ont pensé qu’on n’avait pas joué cette Coupe d’Europe. Avec 14 joueurs pros, on avait même le plus petit effectif de la 1ère division. »

« Pour disputer un championnat, une Coupe d’Europe, une Coupe de France et une Coupe de la Ligue, ce n’est pas simple. On a donc décidé d’étoffer l’effectif. Cette saison, on va miser sur 16 joueurs pros, donc deux joueurs de plus. Ensuite, on a voulu doubler les postes d’ailiers. On n’avait pas pu le faire. Il fallait changer aussi toute la ligne d’avants. J’ai changé trois pivots par trois autres (Vergely, Moreira et Ben Ali, Ndlr). »

« Il m’a fallu remplacer aussi Karl Konan qui était un élément fondamental dans notre système défensif. Je l’ai remplacé par Gerdas Babarskas (de Chambéry, Ndlr). Il nous restait à trouver un autre arrière droit. J’ai pris le pari Diogo Borges da Silva. C’est un jeune joueur portugais de grand talent. Malheureusement, il s’est fait les croisés en octobre. C’est un challenge mutuel que de le remettre à son meilleur niveau. Ce groupe m’apparaît quantitativement et qualitativement plus renforcé. Il ne nous reste plus qu’à trouver l’amalgame ».

Un équilibre qui est le plus dur à trouver, d’autant qu’à Aix la vie va s’écrire désormais sans Karl Konan parti chez le rival montpelliérain… « On est déçu de le perdre, mais on le savait déjà depuis au moins un an. Dans une carrière, il y a des choix de faits, d’agents, qui font que… C’est ainsi ». Mais le club provençal a démontré qu’il avait suffisamment de talents, de répondant, et de ressources pour tenir le haut du pavé.

La recrue : Ben Ali, de l’expérience à revendre

Youssef Ben Ali a été la première recrue d’Aix. L’international qatarien de 35 ans, d’origine tunisienne, est un joueur d’expérience. Le puissant pivot a déjà atteint la finale du Mondial 2015 et participé aux JO de Rio avec son pays d’adoption. Ben Ali est passé par Ivry, puis par Chartres de 2017 à 2020. Il a rejoint Barcelone en novembre en tant que joker médical. « C’est un joueur très technique. Il joue très bien l’attaque-défense et il a beaucoup d’expérience. Il est doté aussi d’une motivation sans borne. Ce sera enrichissant pour notre équipe. Il devrait apporter toute son efficacité ».

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi