jeudi 23 septembre 2021

Alan Boileau, le Finistérien, grand espoir de B&B Hotels

À lire

Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le Finistérien de B&B Hotels Alan Boileau (22 ans) s’est mis en valeur en remportant trois étapes du Tour du Rwanda.

Début mai, Alan Boileau a fait sensation. A seulement 21 ans (il a fêté ses 22 ans le 25 juin), il a remporté trois étapes (en l’espace de quatre jours!) sur le Tour du Rwanda. Ses premières victoires chez les professionnels.

Une sacrée performance pour ce jeune coureur qui vit-là sa première saison chez les professionnels, après avoir écumé les routes de Bretagne en amateurs sous les couleurs du Team Pays de Dinan et du VCP de Loudéac. Ce triplé (2ème étape, 3ème étape, 5ème étape) au pays des mille collines confirme ses récents progrès.

L’an dernier, sa 4ème place à la Ronde de l’Isard, une course importante à étapes en catégorie U23, avait déjà attiré l’attention. Un premier gros indice que ce grimpeur était doté d’un certain potentiel. Sur les routes du Rwanda un parcours qui lui convenait avec certaines étapes très vallonnées le natif de Morlaix a pris une autre dimension. Alors qu’il n’était pas prévu au départ de cette épreuve africaine !

« Confirmer par une autre victoire »

« Je suis parti en stage une première fois, une dizaine de jours, puis une deuxième. Cela a déclenché un pic de forme. C’est le genre de parcours que j’affectionne aussi beaucoup. Tout était aligné pour que je sois performant là-bas. Pourtant, je ne devais pas y aller au départ. Mais Maxime Chevalier a eu la Covid. Je l’ai remplacé ».

Bonne pioche. Surtout pour un néo-pro comme lui. « J’ai découvert un nouveau monde depuis que je suis passé pro. La distance des courses change beaucoup ainsi que les vitesses moyennes. Cela réclame plus de force et de résistance. Les courses sont beaucoup plus contrôlées que dans le monde amateurs. On sait plus ou moins à l’avance comment cela peut se passer. En amateurs, il y a une grosse part de hasard ».

S’il confirme ne pas « avoir changé de statut radicalement dans son équipe » depuis ses victoires dans le Tour du Rwanda, Alan Boileau a néanmoins pu revoir ses ambitions à la hausse.

Alan Boileau pense à un grand tour

« Je veux surtout confirmer en fin de saison en gagnant une autre course. On verra si c’est possible ou non. Cela dépendra des jambes. Ma quête actuelle se résume surtout dans le fait d’être le plus performant et le plus constant possible de manière graduelle. Je désire être de mieux en mieux jour après jour ».

Quant à une éventuelle participation à un grand Tour, le coureur ne tire pas de plans sur la comète : « Le plus vite sera souhaitable. Mais nous, coureurs, n’avons pas la main là-dessus ». Surnommé « le Petit » depuis les Espoirs en raison de mon gabarit (1m71, 59 kg) et mon âge », Boileau a toujours admiré Alberto Contador : « J’aimais sa manière de courir ». Dans son coin, Alan fait son petit bonhomme de chemin. Et le « Petit » apprend vite.

Les aventures d’Alan Boileau dans votre mag Cyclisme Magazine.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img