jeudi 29 septembre 2022

Alaphilippe : « Mon année de champion du monde… » en 12 dates

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Devenu champion du monde sur route il y a presque un an, Julian Alaphilippe s’est offert une saison de rêve grâce au maillot arc-en-ciel. Tout au long de ces derniers mois, il a ainsi pu vivre de grandes émotions que Cyclisme Magazine vous fait revivre.

Champion du monde – 27 septembre 2020 Imola (Italie)

En arrivant en Italie, dans une année tronquée par la pandémie, Julian Alaphilippe n’est pas le favori, mais un véritable outsider. En prenant le meilleur sur Wout Van Aert et Marc Hirschi, il succède à Laurent Brochard, 14 ans après. « A chaque fois, ce sont des émotions différentes, gagner de grandes courses, un monument, des étapes du Tour, porter le maillot jaune. Mais, le maillot arc-en-ciel, c’est le sommet. C’est la course qui me faisait rêver le plus. C’est difficile de décrire le sentiment d’avoir réalisé son rêve, c’était le rêve de ma carrière. Je veux remercier l’équipe pour tout son travail. J’avais dit qu’il fallait rendre la course dure. Après, l’attaque de Pogacar, le travail des Belges et des Suisses, c’était le bon scénario pour nous. Je savais qu’il fallait donner le maximum dans la dernière montée. »

Célébrer n’est pas gagner – 4 octobre 2020 liège (Belgique)

Une semaine après son titre mondial, Julian Alaphilippe pense prendre le dessus sur la concurrence pour remporter la Doyenne et en levant les bras à 20 mètres de l’arrivée alors que Roglic le dépasse sur la ligne. Rétrogradé par le jury, pour un sprint irrégulier, il finira finalement 5ème.

« Je me sentais bien, je voulais faire une belle course. J’ai ressenti la pression de porter ce maillot avec tous les coureurs contre moi, ce qui est normal. Sur le sprint, j’ai commis une erreur. J’assume l’entière responsabilité. Ma deuxième erreur, c’est de lever les bras trop tôt. C’est la première fois que ça m’arrive et ce sera la dernière. »

Première en arc-en-ciel 7 octobre 2020 overijse (belgique)

Quelques jours après la déception de Liège-Bastogne-Liège, Alaphilippe relève la tête et remporte la Flèche brabançonne devant Mathieu Van der Poel. La première victoire avec le maillot arc-enciel.

« Je n’étais pas certain d’avoir gagné. J’avais dépensé beaucoup d’énergie. Mathieu Van der Poel était le plus rapide et le meilleur avec moi, mais j’ai tout donné et cela a été suffisant. Cette victoire n’est pas une revanche par rapport à ma 2ème place de l’année dernière ou par rapport à ce qu’il s’est passé dimanche à Liège. J’ai pris le départ avec l’objectif de prendre du plaisir. J’ai roulé comme j’aime le faire en étant très offensif. J’avais déjà un bon sentiment avec le maillot de champion du monde et gagner avec ce maillot, c’est encore plus beau. »

Plus dure la chute – 18 octobre 2020 oudenaarde (Belgique)

Sur le Tour des Flandres, une moto de l’organisation renverse le Français qui doit abandonner alors qu’il était en tête avec Van Aert et Van der Poel. Pour autant, et malgré une blessure à la main droite, le Français pense déjà à la suite. « Je ne pense plus à la chute. Je l’accepte. C’est la vie ! »

Démarrage en douceur – 11 février 2021 Aubagne

Pour démarrer son année 2021, le Français donne rendez-vous sur le Tour de Provence qu’il termine à la 2ème place du général. L’occasion de montrer son maillot aux Français. « C’est une super reprise. Je suis très content de ma forme et du Tour en règle générale. On a vraiment pris du plaisir avec de belles victoires. Etre 2ème au général, ce n’est pas forcément ce que j’aurais imaginé au départ. Je suis plus que satisfait de ma condition, je ne pouvais pas faire grand-chose de plus. »

Quasi perfecto – 6 mars 2021 sienne (Italie)

Aux Strade Bianche, le Français finit sur le podium juste derrière le vainqueur Mathieu Van der Poel. « Je peux être content avec ce podium. Je n’ai vraiment aucun regret. Mathieu Van der Poel était le plus fort. Et on a pu voir que dans la montée finale, c’était tout simplement le plus fort. »

Première de la saison – 11 mars 2021 chiusdino (Italie)

De retour sur le Tirreno-Adriatico, le Français s’offre un beau succès d’étape et repart avec de la confiance en plus pour les Classiques ardennaises. « Cette victoire fait beaucoup de bien. C’est un soulagement. Cette victoire me rend vraiment heureux. C’est toujours un sentiment spécial, ce n’est jamais facile de gagner avec ce maillot de champion du monde. »

Comme un arc – 24 avril 2021 Mur de Huy (Belgique)

Déjà vainqueur en 2018 et 2019, Julian Alaphilippe domine de nouveau la concurrence sur la

Flèche wallonne dont Roglic et Valverde. Un troisième succès en carrière qui le rapproche du record de l’Espagnol (5). « Je ne gagne pas beaucoup depuis le début de la saison, j’avais donc à cœur de relever les bras et gagner. J’ai hésité à mettre du scotch sur mes mains pour ne pas lever les bras trop tôt, mais aujourd’hui, il n’y avait pas besoin ! Est-ce que c’est la plus belle de mes trois victoires ? Je ne sais pas dire mais, honnêtement, celle-ci, elle fait vraiment du bien. Surtout avec ce maillot de champion du monde. »

La doyenne se refuse 25 avril 2021 liège (Belgique)

Quatre jours après la Flèche wallonne, Alaphilippe est encore dans le coup pour remporter Liège-Bastogne-Liège, mais il se fait surprendre par Tadej Pogacar sur la ligne. Il termine 2ème devant David Gaudu.

« J’étais venu avec l’ambition de faire le meilleur résultat possible. J’ai essayé de gérer au mieux dans la côte de la Roche-auxFaucons et ça été très difficile. Ensuite, tout le monde a bien collaboré pour qu’on arrive à cinq pour le sprint. Tadej Pogacar a été le plus malin, il a parfaitement contré au moment du sprint. Il a lancé quand il le fallait. Liège reste toujours un objectif dans les années à venir. »

Adieux JO – 14 mai 2021

Alors qu’il faisait partie des prétendants à la médaille olympique, Julian Alaphilippe décide de ne pas se rendre à Tokyo. « C’est une décision personnelle et mûrement réfléchie. Des objectifs de fin de saison ont été définis et dans ce sens des choix doivent être faits. »

Rendez-vous paternel – 12 juin 2021 Andermatt (suisse)

Pour préparer le Tour de France, Alaphilippe se rend sur le Tour de Suisse. Alors qu’il est en lutte pour le général, le Français décide de quitter la course pour aller rejoindre sa compagne, Marion Rousse, et assister à la naissance de son premier enfant.

Pour Nino – 26 juin 2021 Landerneau

Reparti sur les routes du Tour, Julian Alaphilippe ne rate pas ses retrouvailles avec le public français. Dès l’arrivée à la Fosse aux loups, à Landerneau, le Français surprend le peloton pour se lancer seul dans un numéro, remporter la plus belle des victoires avec le maillot de champion du monde et prendre le maillot jaune. Pour son fils, Nino.

« J’ai roulé comme s’il n’y avait pas d’étape demain. J’avais demandé à mes équipiers de travailler dur et toute la journée ils ont cru en moi. Je savais que ça allait faire mal à tout le monde. On est rentré dans la dernière difficulté sans s’énerver, et on avait à cœur de durcir pour éliminer les sprinteurs susceptibles de passer les bosses.

Dans le final, j’ai voulu jauger mes adversaires en attaquant de loin. Quand j’ai vu qu’il y avait un petit écart et qu’ils étaient à bloc, j’ai tout donné jusqu’à la ligne. C’était très long, mais c’est comme ça qu’on obtient de belles victoires. C’est une émotion qu’on ne peut pas décrire, et cette victoire est très spéciale pour moi. »

Ne manquez-pas Cyclisme magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi