vendredi 19 août 2022

Alexis Vuillermoz : « Sagan, c’est galvanisant ! »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

De retour à la compétition après deux mois d’arrêt consécutifs à une lourde chute dans le Tour de Suisse, le Jurassien se réjouit de l’arrivée d’une des stars du peloton à ses côtés. Il nous dit pourquoi ça ne peut qu’aider TotalEnergies à poursuivre son développement.

Votre équipe va changer de dimension avec le recrutement de Peter Sagan. Comment le vivez-vous ?

Je suis heureux parce que cette équipe m’a toujours fait vibrer depuis que je suis gamin grâce à l’état d’esprit résolument offensif des Voeckler, Chavanel, Rolland…

Et cette philosophie continue à s’exprimer aujourd’hui, à permettre à l’équipe de grandir étape par étape, à bien structurer son projet. TotalEnergies est sur une belle dynamique car elle ne s’est jamais endormie sur ses lauriers. Nous, coureurs, vivons bien ensemble, et sommes conscients de la chance d’avoir un coéquipier comme Peter Sagan, un des meilleurs ambassadeurs au monde de notre sport.

« En 2009, nous étions ensemble à Canberra en VTT… »

Qu’attendez-vous de lui ?

Qu’il nous apporte son expérience, que tous ceux qui arrivent dans son sillage nous permettent de découvrir d’autres cultures étrangères pour passer un cap et progresser.

Il est toujours enrichissant de se confronter à d’autres méthodes, d’autres approches du cyclisme. Moi, c’est comme ça que je le prends en tout cas. Avoir Sagan dans l’équipe, ça va nous permettre d’être présent sur de belles courses. C’est galvanisant.

Quels rapports avez-vous avec Peter Sagan, quelle image en aviez-vous avant qu’il rejoigne TotalEnergies ?

Nous avons un peu le même parcours tous les deux depuis nos années VTT. En 2009, nous étions ensemble aux championnats du monde de Canberra de VTT en U23 (Vuillermoz, 2ème, Sagan, 4ème, Ndlr).

Nous en discutons souvent ensemble quand on se croise car on n’a pas oublié d’où on venait. Il a toujours été un coureur que j’appréciais beaucoup, un puncheur, un sprinteur qu’on résume trop souvent à ses seules qualités de vitesse.

Or, il est plus complet que ça. Lorsque je gagne dans le Mur de Bretagne sur le Tour 2015 (8ème étape, Ndlr), il n’est pas loin, 4ème je pense. Il est donc bien plus polyvalent que l’image qu’en ont les gens avec son maillot vert sur les épaules.

Cyclisme magazine 14

Ne manquez-pas, Le Cyclisme Magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi