vendredi 3 février 2023

CAN : Aliou Cissé, 20 ans après, il devient enfin un héros

À lire

Sept ans après avoir été nommé à la tête de la sélection, Aliou Cissé, capitaine de l’équipe du Sénégal qui avait éjecté les Bleus de la Coupe du Monde 2002 et perdu en finale de la CAN aux tirs au but, est enfin devenu le héros du Sénégal.

20 ans. Il aura fallu 20 ans à Aliou Cissé pour prendre sa revanche sur le destin. Capitaine de l’une des plus belles équipes du Sénégal de l’histoire, quart de finaliste de la Coupe du Monde 2002 et battu en finale de la CAN aux tirs au but face au Cameroun, celui qui est passé par le PSG (vice-champion de France et finaliste de la Coupe de la Ligue, en 2000) a concrétisé hier, sept ans de travail à la tête de la sélection, qu’il a rejoint en 2015, après trois ans à la tête de l’équipe olympique.

« Je suis très heureux. Ça prouve encore qu’avec la force de travail, la persévérance, le fait de ne jamais se décourager, on arrive à obtenir ce qu’on veut », a expliqué, très ému, celui qui a fait l’essentiel de sa carrière en France, où il est arrivé à l’âge de 9 ans (à Champigny-sur-Marne).

Sadio Mané : « Il se fait confiance et il fait confiance au groupe ».

En dehors de deux ans à Birmingham City suivis de deux saisons à Portsmouth (tous les deux en Premier League), Aliou Cissé a effectué l’ensemble de sa carrière en France. Essentiellement en division 1 (Lille, où il fait donc ses débuts, et le PSG (où il passera trois saisons), mais aussi à Montpellier, Sedan (avec qui il connaitra, à des époques différents, le National, la Ligue 1 et la Ligue 2) puis Nîmes, où il terminera sa carrière, en 2009.

Finaliste malheureux de la CAN 2019, Aliou Cissé a bravé les critiques pour amener son équipe sur le toit de l’Afrique. Il faut dire que le Sénégal, qui jouera en mars les barrages pour la Coupe du Monde face à… l’Egypte, n’a pas toujours été à la hauteur de son statut de meilleure équipe africaine du moment (20ème du classement FIFA avant la CAN).

Le 3-5-2 souvent imposé, des choix pas toujours partagés, ajoutés à des débuts compliqués au Cameroun (une victoire et deux nuls en phase de groupes) auraient pu le décourager. Mais il n’a jamais lâché. « Je crois que cet homme le mérite parce qu’il est l’entraîneur le plus critiqué que je n’ai jamais vu de ma vie, mais il n’abandonne jamais, commentait notamment Sadio Mané auprès de la BBC, avant la finale.  « Il se fait confiance et il fait confiance au groupe ».

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi