mercredi 24 juillet 2024

André Silva : Une Renaissance inattendue à Francfort !

À lire

Après deux ans d’échecs à Milan et Séville, André Silva vit une véritable renaissance à Francfort. Auteur de 19 buts à la mi-mars, l’attaquant portugais était tout proche d’emmener l’Eintracht en Ligue des Champions, une première depuis 1960.

À l’heure du sprint final de la Bundesliga, l’Eintracht Francfort était en passe de réaliser le rêve de tous ses supporteurs. Quatrièmes à la mi-mars devant Dortmund, les Aigles étaient provisoirement qualifiés pour la prochaine Ligue des Champions, ce qui n’était plus arrivé depuis 1980 et la finale perdue contre le Real Madrid (7-3). 61 ans séparent donc les Francfortois de la plus prestigieuse des compétitions.

Et si l’exploit était à portée de main, c’est bien grâce à un homme en particulier. Son nom : André Silva (23 matches, 19 buts, 4 passes décisives).

André Silva : 38 millions d’euros, son transfert à Milan

Après une explosion au FC Porto (58 matches, 24 buts), le natif de Gondomar rejoint le Milan AC pour 38 millions d’euros et devient le deuxième joueur le plus cher de l’histoire du club, après son compatriote Rui Costa (43,4 M€). Sans repères et loin des attentes du géant lombard, Silva ne s’illustre que deux fois lors de sa première saison avant d’être prêté à Séville (9 buts).

« C’est un joueur qu’on a beaucoup apprécié à ses débuts à Porto, il devait prendre la suite de Pauleta en sélection du Portugal », explique Alexandre Ribeiro, rédacteur en chef de Trivela, le média français spécialisé dans le football portugais.

« A Milan, on a tous pensé qu’il allait briller. Ça ne s’est pas passé comme prévu, il n’a pas disputé assez de matches. C’est un joueur de série, qui a toujours eu du mal à avoir de la régularité. J’ai également le sentiment que c’est un garçon qui manque de force mentale. »

Au lendemain d’une saison encore décevante, le talent perdu retrouve de sa superbe lors d’un second prêt du côté de Francfort. Avec 12 réalisations et 3 passes décisives, le vainqueur de la première Ligue des Nations avec le Portugal entame sa résurrection. Sa saison actuelle encore plus brillante n’était que suite logique.

Le réveil du buteur

Sur les traces de Robert Lewandowski et au coude à coude avec Erling Haaland, André Silva s’est imposé comme l’un des plus sérieux finisseurs de la Bundesliga.

Toujours bien placé dans la surface, l’ancien milanais a montré beaucoup plus de sang-froid et de confiance face au but cette saison que sur l’ensemble de son début de carrière.

« J’ai toujours montré de quoi j’étais capable dans ma carrière, par moments, a-t-il déclaré face aux journalistes début mars. Ce qui m’a manqué, c’est de la consistance, mais je l’ai trouvée. A Milan par exemple, j’ai joué beaucoup de matches, mais très peu de minutes. Ta confiance en prend forcément un coup. »

Désormais indiscutable en Allemagne, le numéro 33 espère gagner le même statut avec la Selecção, lui qui n’a plus été titulaire depuis novembre 2019 lors d’un déplacement au Luxembourg (2-0). L’Euro arrive à grands pas et sa présence dans le groupe de Fernando Santos n’est qu’un secret de Polichinelle.

« J’ai l’impression que c’est la première fois de sa carrière qu’il peut performer sur une durée assez longue », se félicite Alexandre Ribeiro.

« Depuis la saison dernière, il est beaucoup plus régulier, et ça paye vraiment. » Une chose est sûre : le Portugais sera l’un des hommes les plus courtisés du Mercato.

En plus de l’Atlético Madrid, Manchester United, peu convaincu par Edinson Cavani, serait prêt à sortir le chéquier. Un montant de 30 millions d’euros pourrait d’ailleurs être suffisant pour convaincre les dirigeants de l’Eintracht. En attendant, le garçon se préoccupe du présent : celui d’envoyer les siens en Ligue des Champions. L’exploit serait énorme.

Oscar Bertrand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi