mardi 25 juin 2024

Appel devant le CNOSF, nouvelle mode en Ligue 1 : pourquoi et comment ça marche ?

À lire

Utilisé à l’origine pour contester une suspension, l’appel devant le CNOSF a aussi un effet pervers : il est suspensif et peut donc permettre à des joueurs suspendus de jouer. Sauf quand la commission parvient à se réunir en urgence, ce qui sera le cas pour Neymar et Kimpembé.

C’est l’OM qui a ouvert la brèche pour la première fois cette saison. Expulsé à Rennes lors de la 15ème journée pour avoir reçu un deuxième carton jaune, Pape Gueye avait finalement pu prendre part au match de l’OM contre Reims comptant pour la 16ème journée.

Entre les deux, le club marseillais, estimant que M. Turpin lui avait infligé le deuxième jaune après concertation avec la VAR (ce qui n’est pas prévu dans le règlement), avait fait appel devant le Comité National Olympique et Sportif Français.

Un appel suspensif, sauf si la commission se réunit rapidement…

Un appel qui a l’avantage d’être suspensif. Ce qui veut dire que tant que le CNOSF ne s’est pas réuni (après la nominatin de conciliateurs) pour valider ou invalider la décision de la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel, le joueur peut jouer.

L’audience, prévue à la base pour éviter d’aller devant le tribunaux, a lieu ensuite en présence des conciliateurs et des parties concernées, avant de rendre un verdict quasi immédiat.

Début mai, c’est l’Olympique Lyonnais qui avait recours au CNOSF. L’OL, en cruel manque de défenseurs valides après les expulsions de Marcelo et De Sciglio au cours de la fin de match houleuse à Monaco (le 2 mai, 35ème journée de Ligue 1) avait saisi la haute instance des sports olympiques pour son défenseur italien qui avait donc pu prendre part à la rencontre contre Lorient (36ème journée) une semaine plus tard. Dans les deux cas, le CNOSF avait confirmé les suspensions.

Aujourd’hui, c’est le PSG qui a choisi cette voie, dans l’espoir de voir Neymar, mais aussi Kimpembé, participer à la finale de la Coupe de France demain.

Mais cette fois, le CNOSF va trancher avant le match contre Monaco, donc l’aspect « suspensif » de la manoeuvre ne pourra pas permettre aux deux Parisiens de jouer à coup sûr la finale.

Pour Neymar et Kimpembé, le PSG a des arguments

Reste le fond. Pour les deux joueurs, il y a des arguments quo pourraient faire basculer la décision en faveur des Parisiens. Pour Neymar, qui a vu son carton reçu dans les dernières minutes à Montpellier faire sauteur un sursis d’un match infligé par la commission de discipline de la LFP, le club de la capitale va mettre en avant la particularité de la situation : le fait qu’il s’agisse de deux compétitions différentes, et la rapidité de la suspension.

En effet, si le match contre Montpellier avait été un match de Ligue 1, la commission se serait réunie le mercredi 19 et Neymar aurait été suspendu à partir du lundi 24 mai à minuit, soit pour la première journée de la prochaine saison… Mais la commission de discipline de la FFF s’est réunie dès le vendredi 14 mai, elle a enregistré le carton, ce qui a pour conséquence de suspendre Neymar à partir du lundi 17 mai à minuit. La principale défense du PSG porte donc sur cette confusion entre les règlements.

José Fonte (Lille), un cas à part…

En ce qui concerne Presnel Kimpembé, c’est la sanction en elle-même qui est dénoncée par le club de la capitale. Kimpembé a écopé de trois matchs ferme, le PSG aimerait voir cette sanction transformée en « deux matchs fermes et un avec sursis ».

Mais les Parisiens ne seront pas les derniers à avoir recours au CNOSF cette saison. Lille et Reims aussi vont miser sur cette institution pour permettre à José Fonté et Yunis Abdelhamid de jouer la dernière journée.

Du côté du LOSC la défense et claire : le carton jaune infligé à son capitaine (le troisième d’une série qui lui vaut cette suspension) a été pris au Parc, il n’a pas été contesté, mais en revanche n’a pas été inscrit sur la feuille de match. Un oubli de la part de l’arbitre, Benoit Bastien, qui n’avait pas empêché la Ligue de suspendre le Lillois pour le dernier match de la saison à Angers.

En ce qui concerne Reims, il s’agit d’une interprétation du règlement par Clément Turpin, contestée par le club. Les Rémois estiment que sortir un carton rouge était une erreur.

Ces deux derniers cas seront-ils traités avant dimanche 23 mai, date de la dernière journée ? Si ce n’est pas le cas, José Fonte comme Yunis Abdelhamid pourront jouer, respectivement à Angers et contre Bordeaux.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi