jeudi 29 septembre 2022

Ballon d’Or : Lev Yachine, l’exception qui confirme la règle…

À lire

Il est rare qu’un défenseur ou un gardien soit récompensé par un trophée individuel. C’est tellement rare que Lev Yachine est le seul gardien au palmarès. Une récompense méritée tant le portier de l’ex-URSS a fait évoluer son poste.

ans les années 60, Lev Yachine était aussi connu que les meilleurs attaquants de l’époque. On met toujours en avant les joueurs offensifs, mais le gardien soviétique a su se faufiler parmi les meilleurs footballeurs mondiaux tous postes confondus.

Joueur d’un seul club, le Dynamo Moscou, il n’a pas pu se forger un grand palmarès international se contentant de collectionner les titres de champion d’URSS et les coupes nationales. Il ne pouvait pas partir dans un plus grand club européen car les joueurs soviétiques n’avaient pas le droit de quitter le pays.

Il a révolutionné le poste de gardien

L’Araignée Noire avait pourtant de nombreux courtisans, mais les autorités de l’URSS restaient fermes. Avec la sélection, il a été champion d’Europe et quatrième de la Coupe du Monde 1966 avec, entre temps, le Ballon d’Or en 1963.

Au-delà de son talent, Yachine a fait énormément évoluer le poste de gardien en se servant de son passé d’hockeyeur. A travers ce sport, il a appris à participer énormément au jeu et à relancer le ballon aux 18 mètres. Il travaille inlassablement son jeu au pied et sort souvent de sa surface de réparation.

Il sera aussi l’un des premiers gardiens à boxer les tirs plutôt que de les arrêter. Lev Yachine était très souple, ne se contentait pas de rester devant sa ligne et il était aussi excellent sur les penaltys.

Aujourd’hui, le gardien qui se rapproche le plus de son style est Manuel Neuer. Ce n’est donc pas une légende de dire qu’il a révolutionné le poste, c’est une réalité. Dans sa carrière, il a arrêté environ 150 penaltys, a réalisé 270 clean sheets sur 812 (il devance largement Iker Casillas) et il a été récompensé sur le tard puisqu’il avait 34 ans.

Cela n’a pas été un Ballon d’Or au rabais car la concurrence était importante. Rivera, Eusebio, Denis Law étaient des candidats crédibles et qui faisaient partie des favoris.

Lev Yachine sortait d’une Coupe du Monde 1962 difficile, mais le jury a voulu récompenser sa belle carrière et le faire entrer dans la légende afin que personne n’oublie ce qu’il avait apporté au football et au poste de gardien.

LeV Yachine, un gardien très technique

Les registres technique et tactique du gardien soviétique étaient nombreux, ils lui ont permis d’atteindre des sommets en termes de popularité et de reconnaissance de ses pairs. Lev Yachine terminera sa carrière en 1971 après 735 matches sous le maillot moscovite.

Plus aucun gardien de but ne lui a succédé au palmarès, certains comme Manuel Neuer, régulièrement nommé dans les 30, s’en sont rapprochés (Neuer a terminé 3ème en 2014, Buffon 2ème en 2006 et Kahn 3ème en 2001 et 2002).

Neuer a été décisif dans le titre Mondial de l’Allemagne, mais il n’a pas pour autant obtenu le Ballon d’Or. L’absence de successeur montre le grand exploit réalisé par Lev Yachine.

Même disparu, le légendaire gardien de l’ex-URSS reste dans la légende, dans les mémoires et son nom revient à chaque désignation du Ballon d’Or pour souligner encore un peu plus son exploit et l’immense gardien qu’il était.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi