vendredi 27 janvier 2023

Baptiste Butto (Valence) : « Je suis encore capable de faire de belles choses »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Repêché en ProLigue, Baptiste Butto, le Valence HB a sorti de sa retraite forcée le deuxième meilleur buteur de l’histoire du championnat de France (1487 buts). A 35 ans, l’ancien ailier gauche de Sélestat (2004-2009) et de Dunkerque (2009-2021), vainqueur de la Coupe de France 2011, finaliste de la Coupe d’Europe (EHF) en 2012, champion de France 2014, n’a pas tardé à apporter expérience et efficacité à une équipe drômoise qui sait devoir lutter toute la saison pour son maintien. Entretien réalisé pour Handball Magazine et Le Quotidien du Sport..

Dans quel état d’esprit êtes-vous arrivé à Valence en début de saison ?

Je sortais d’une saison complète sans jouer, j’avais une énorme envie de retrouver la compétition, le rythme des entraînements quotidiens, l’adrénaline des matches, les préparations. J’exerce un métier passion, je n’aspire qu’à vivre du handball. Donc lorsqu’une de mes connaissances, qui fait partie du staff du VHB, m’a contacté pour savoir si j’étais intéressé pour relever le défi après le repêchage en ProLigue, suite à la descente de Nice, parce qu’ils cherchaient quelqu’un d’expérience… j’ai forcément hésité un peu.

Pourquoi ?

Parce que je me doutais bien qu’il s’agissait d’un challenge difficile à relever. Le début de saison le confirme car nos résultats sont très frustrants, mais le plus important, pour moi, a été de retrouver l’ambiance des matches, des vestiaires, des entraînements, etc. On travaille tous les jours, on bosse dur, on s’améliore…

Malgré ça, les résultats tardent à venir, le VHB restait en fond de classement au tiers du championnat, comment le vivez-vous ?

C’est forcément frustrant mais, en même temps, pas si étonnant que ça car nous avons affronté les meilleures équipes du championnat, Pontault-Combault, Dijon ou Saran, avec qui nous avons partagé les points, ce qui prouve que nous avons de la qualité dans cette équipe. Le contenu de certains matches face aux meilleurs montre que nous avons du potentiel. Il nous manque seulement de la constance dans le niveau de jeu proposé.

Le maintien est-il possible ?

Tout le monde y croit. J’ai la sensation que les mecs viennent à l’entraînement pour bosser et s’améliorer, pour trouver des solutions à nos problèmes. Après cette entame délicate, nous entrions dans le vif du sujet en fin d’année, avant la trêve, avec des matches face à Villeurbanne, Strasbourg, Nancy, Besançon ou Caen, des équipes concernées par les mêmes enjeux que nous. Cette série allait forcément nous en apprendre un peu plus sur nos chances de maintien.

 « Mon départ de Dunkerque ? J’ai tourné la page… »

A titre personnel, après un an de coupure, avez-vous rapidement retrouvé le rythme de la compétition ?

J’avais tout de même continué à m’entretenir et je tiens d’ailleurs à remercier Philippe Schlatter, qui m’a ouvert les portes du pôle handball de Strasbourg où j’ai pu m’entraîner. Il m’a fallu un peu de temps pour retrouver toutes mes sensations, mais je suis heureux d’avoir montré que j’étais encore capable de faire de belles choses (32 buts après la 8ème journée, avec notamment un 13/13 face à Massy lors de la 1ère journée, Ndlr).

De quoi vous donner envie de continuer encore au-delà de cette saison ?

Je ne me projette pas au-delà de ce que je vis en ce moment avec Valence. C’est suffisamment intense et prenant pour que je me donne à fond dans ce challenge. Je vis à fond mon métier et il en sera ainsi tant que je serai opérationnel physiquement.

Baptiste Butto a tourné la page de Dunkerque

Avez-vous digéré votre départ difficile de Dunkerque en 2021 ?

Sur le moment, j’ai eu du mal à l’accepter. Avec le recul, je constate que les dirigeants en place et les deux entraîneurs sont des habitués de ce genre de rupture. Avant moi, ils avaient aussi agi de la sorte avec d’autres joueurs. Eu égard à mon passé au sein du club, j’espérais ne pas être victime de ce management agressif, je me trompais car ça fait partie intégrante de leur fonctionnement. J’ai tourné la page.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre carrière ?

Que je reste en bonne santé pour continuer à prendre du plaisir sur le terrain…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi