lundi 24 juin 2024

Basket : pourquoi les fusions sont à la mode ?

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Pour pouvoir exister dans l’élite du basket français, il n’est pas rare de voir les clubs de la Betclic Elite fusionner. ou s’ouvrir sur le territoire pour continuer à avoir un destin au plus haut niveau. Et cela pourrait être encore le cas à l’avenir.

Quand on regarde la Betclic Elite, on ne peut que constater que, pour exister, certains clubs n’ont pas craint de s’unir entre certaines villes pour continuer à avoir un avenir au plus haut niveau. Par le passé, cela a été le cas de l’Elan Béarnais. Rival assumé de Limoges dans les années 80 et 90, Orthez n’a pas hésité à fusionner avec Pau pour continuer à prospérer.

Et, en 2009, il a même profité du soutien de la Communauté de communes de Lacq pour se relancer et devenir Pau-Lacq-Orthez. Une réalité économique qui a permis de sauver le club. Aujourd’hui, ce sont des investisseurs américains qui permettent à l’Elan Béarnais de continuer à garder sa place dans le championnat de France. Une décision saluée par le président de la LNB, Alain Béral, qui estime que ces investisseurs « sont là pour la durée ».

Présent depuis 2014, le club de Champagne Basket est le résultat de la fusion entre Reims Champagne Basket et l’ESPE Basket Châlons-en-Champagne. Depuis, l’équipe est en pleine progression avec une Arena de 5500 places et l’envie de continuer au plus haut niveau malgré une saison 2021/2022 qui pourrait renvoyer le club en Pro B. L’ASVEL, né d’une fusion entre l’AS Villeurbanne et l’Eveil Lyonnais en 1948, est

aussi un bel exemple d’essor et d’adaptation. Pour espérer devenir une référence européenne, le club de Tony Parker s’est ouvert à Lyon et la métropole lyonnaise pour ne pas tomber dans un relatif anonymat.

Levallois-Boulogne, le divorce après le mariage en Betclic Elite

Leader de Betclic Elite, Boulogne-Levallois est à la croisée des chemins. Depuis que la ville de Boulogne-Billancourt a repris les commandes des Metropolitans 92, le rapprochement avec la ville de Levallois arrive à sa fin. En effet, les dirigeants boulonnais ont décidé de rapatrier les Mets sur Boulogne, tout en quittant le Palais des Sports Marcel Cerdan à l’issue de la saison 2023. Dans un premier temps, les Metropolitans devraient évoluer à Issy-les-Moulineaux avant de bénéficier d’une Arena de 5000 places.

Né de la fusion du PSG et du Levallois SCB, les Metropolitans 92 savent que le projet du Paris Basketball pourrait rapidement leur faire de l’ombre. Les fusions sont en tout cas des idées qui plaisent à Alain Béral, le président de la LNB. « Une fusion sera toujours intéressante pour que naisse un grand club. » Des mots qui faisaient échos à la situation des clubs nordistes qui tardent à s’organiser derrière le BCM Gravelines-Dunkerque. Le Portel peut témoigner des difficultés à faire cause commune.

Surtout qu’en Pro B, certaines villes s’organisent à l’image de l’Alliance Sport Alsace qui regroupe plusieurs villes du Bas-Rhin depuis 2021, ou la Jeanne d’Arc Vichy-Clermont Métropole Basket avec l’envie d’aller goûter à la Betclic Elite. Et au regard des difficultés économiques de ces dernières saisons, l’union pourrait bien faire la force pour beaucoup de clubs de première division. Sauf si d’autres investisseurs étrangers arrivent…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi