mardi 4 octobre 2022

Bernard Hinault : « Je ne vois pas Julian Alaphilippe gagner un grand Tour »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Si le quintuple vainqueur du Tour ne fait pas de Julian Alaphilippe son successeur, il l’intronise tout de même au panthéon des coureurs qui comptent dans l’histoire du cyclisme français. Et qui compteront de plus en plus… A condition de ne pas se tromper d’objectifs. 

Selon vous, Julian Alaphilippe est-il le futur vainqueur du Tour que la France attend depuis si longtemps ?

Non, je ne le pense pas. On a tous vu ses limites dans la haute montagne. Et même s’il a gagné le maillot à pois il y a deux ans, il est trop limité dans ce secteur pour espérer gagner un grand Tour. Disons plutôt que le niveau de ses concurrents potentiels, la nouvelle génération qui monte, des Pogacar, Van der Poel, les Colombiens… est plus forte que lui et ne lui laisse pas beaucoup d’espoir. 

Il est donc inutile qu’il prépare le Tour pour le gagner…

Pour se mettre en position d’espérer le gagner, il faudrait qu’il fasse une course d’attente, très tactique, ce qui ne lui permettrait pas de jouer les victoires d’étapes. Or, à quoi bon rester passif pendant trois semaines si c’est pour finir 5ème ou 6ème ! 

« Confirmer, c’est la marque des Grands »

Peut-il néanmoins marquer l’histoire du cyclisme ?

Il a déjà marqué l’histoire du cyclisme français en étant champion du monde, en portant le maillot jaune plusieurs jours, en gagnant des classiques. Et il n’a pas fini son œuvre car il a dans les jambes la possibilité d’en gagner beaucoup d’autres. En premier lieu, il faut qu’il se mette en tête de confirmer en 2021 ce titre de champion du monde, prouver qu’il ne l’a pas gagné par hasard. Confirmer, c’est la marque des grands. 

A-t-il encore une marge de progression ? 

Oui, s’il parvient à tirer profit de ses erreurs, à retenir les leçons de ses échecs. Par exemple, on m’a toujours appris à lever les bras une fois la ligne franchie et pas avant (rires) ! Cet automne, il s’est fait avoir une fois, il a failli se faire avoir une deuxième fois…

Quant au ravitaillement hors délais dans le Tour qui lui a coûté le maillot jaune, il est le premier à dire que c’était inexcusable. Avec les oreillettes, tous les coureurs doivent tout savoir sur ce genre de détails qui, au final, n’en sont pas. Son tempérament joyeux et enthousiaste ne doit pas tout excuser.

Il arrive en fin de contrat en 2021, doit-il changer d’équipe pour espérer aller encore plus haut ?

Quand on regarde ce qu’il parvient à gagner avec l’équipe qu’il a, je me dis que c’est déjà pas mal, non ? En 2021, il aura la possibilité de continuer à jouer la gagne dans toutes les classiques du Printemps. 

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi