mardi 27 septembre 2022

Bernard TAPIE est décédé : l’OM perd son « boss »

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Ce matin, Bernard Tapie a fini par perdre son combat contre la maladie. Une des rares défaites de sa vie, lui qui a surtout beaucoup gagné et qui avait permis à l’OM de remporter la « Coupe aux grandes oreilles ». Le peuple marseillais pleure une véritable légende.

Le décès de Bernard Tapie ce matin, à l’âge de 78 ans, a plongé le peuple marseillais en deuil. Mythique président de l’OM à la fin du siècle dernier, l’homme d’affaire, homme de communication et homme politique, laisse l’image d’une véritable légende dans le cœur des Marseillais et l’image d’une homme qui réussit, aux Français. Même s’il a souvent flirté avec la ligne jaune

Le 25 septembre 2017 quelques heures après l’annonce de la maladie de Bernard Tapie, le Stade Vélodrome montre son soutien à « nanard ». Pendant que le stade chante « Bernard Tapie ! Bernard Tapie ! »  lors de l’échauffement des joueurs, on peut lire « Bernard à jamais le premier » dans le virage nord, ou encore « Courage nanard, on est avec toi » dans le virage sud.

La banderole la plus explicite est encore dans le virage nord : « Soutien au Boss », reprenant le surnom donné à l’époque par les Guignols à celui qui a été président de l’OM entre 1986 et 1994. L’homme du titre de Champion d’Europe 1993 dont les Marseillais sont toujours aussi fiers. 28 ans après.

Entrepreneur, animateur télé, président de l’OM… Tapie a tout réussi

Entrepreneur, animateur télé, président de club, homme politique… durant tout sa vie, Bernard Tapie a tutoyé le sommet dans pratiquement tout ce qu’il a entrepris, toujours à la limite de la ligne blanche pour se donner toutes les chances de réussir.

C’est en 1986 que ce grand passionné de sport, connu pour avoir créé le groupe cycliste La Vie Claire et remporté deux fois le Tour de France (en 1985 avec Hinault et en 1986 avec LeMond) devient président de l’OM.

Tapie répond à l’invitation de l’épouse de Gaston Deferre, le maire de Marseille, Edmonde Charles-Roux, qui lui propose de reprendre l’OM.

A l’époque Marseille est loin de son lustre d’antan. Le club végète dans les bas fonds du classement et n’a plus gagné de titre depuis dix ans. En proie à de grosses difficultés financières, le club est bradé et tombe dans son escarcelle pour un franc symbolique. Trois ans plus tard, l’OM est champion de France.

Avec Papin, Waddle, Boli, Deschamps… Tapie batit une des plus grandes équipes du football français

Au fil du temps, Tapie construit l’une des plus grandes équipes du football français. Essentiellement en engageant d’abord des jeunes espoirs plus ou moins confirmés (de Papin à Boli en passant par Deschamps, Desailly, Cantona, Anderson, Boksic ou Waddle…) mais aussi des joueurs déjà plus expérimentés (Amoros, Tigana, Giresse…) et des stars (K.H. Forster, Allof, Francescoli…).

Entre 1989 et 1993 le club remporte quatre championnats (89, 90, 91 et 92) dispute une finale de coupe d’Europe des clubs champions (91) et surtout remporte la Ligue des Champions (93).

Mais l’année 1993 qui voit l’OM sur le toit de l’Europe après la finale de Munich gagnée contre le Milan AC devient celle du cauchemar. C’est la fameuse affaire VA-OM qui conduira Tapie en prison et l’OM en 2ème division au terme de la saison 93/94.

Un retour à l’OM en 2001 à l’appel de Robert Louis-Dreyfus

Sept ans après son départ, Bernard Tapie reviendra au club en avril 2001 mais il n’est plus le grand patron, seulement directeur sportif d’un club de nouveau dans une situation compliquée. C’est Robert Louis-Dreyfus qui le rappelle pour tenter de sortir le club d’une ornière dans laquelle il est en train de s’enfoncer. S’en suivra un été très agité et une saison 2001/2002 terminée à une triste 9ème place.

Depuis, Bernard Tapie est toujours resté à l’écart du club. En 2016 quand Margarita Louis-Dreyfus a vendu l’OM à Franck McCourt et plus encore dernièrement quand son nom sera évoqué par le duo Boudjellal-Ajrouri. L’ancien patron de l’OM se dira notamment pas assez en forme pour se sentir concerné par le rachat du club.

Les supporters, eux, ne l’oublient pas. Depuis plusieurs jours déjà, sachant que sa maladie avait empiré, les Marseillais publiaient chaque jours des messages de soutien sur les réseaux sociaux. Un soutien inconditionnel au « Boss » de toujours.

Le Quotidien du Sport présente ses plus sincères condoléances à sa famille, ses proches, ainsi qu’à tout le peuple marseillais.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi