jeudi 29 septembre 2022

Bilan Ligue 1 : Nice, la supercherie du président Rivère démasquée

Ligue 1 (retour sur la phase aller)

À lire

Les matchs aller de la saison 2020/2021 se sont terminés hier soir avec le sacre honorifique de l’OL comme Champion d’automne. Nous revenons sur les moments marquants de ces cinq premiers mois de compétition. Pour commencer, l’échec niçois.

Le 4 décembre dernier, au lendemain d’une défaite en Ligue Europa (2-3 sur sa pelouse face au Bayer Leverkusen), la cinquième de suite toutes compétitions confondues, Jean-Pierre Rivère prenait la décision de se séparer de Patrick Vieira. 

Pourtant, à ce moment-là, le club de la Côte d’Azur pointait à la 11ème place (à 6 points du 5ème), avec 2 points de plus que la saison dernière à la même époque. Qui plus est, les Aiglons comptent toujours un match en retard (à jouer à Marseille, date à définir). 

C’est l’adjoint suisso-Roumain de Vieira, Adrien Ursea qui est nommé pour le remplacer.

La supercherie est démasquée, Vieira réhabilité ?

Derrière ce licenciement se trouve le conflit larvé qui oppose le champion du Monde 98 au tandem Rivère-Fournier depuis le retour de ces derniers au côté de Jim Ratcliffe. Rivère avait tout prévu en faisant revenir Ursea au club quelques mois plus tôt. Mais ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que la supercherie serait vite démasquée : Vieira était loin, très loin d’être le principal responsable de l’échec niçois.

Depuis, le projet sportif a explosé en vol. Avec Adrien Ursea sur le banc, l’OGC Nice a pris six points en sept matchs de Ligue 1 (et perdu son dernier match de poule en Ligue Europa face à la modeste équipe de Beer Sheva), avec une seule victoire. Si les Aiglons n’ont perdu que deux places au classement (ils sont désormais 13èmes), l’écart avec le cinquième s’est creusé pour passer à dix points. 

La vérité, c’est que sans Dante et Dolberg, Nice est une équipe de milieu de tableau qui a les yeux plus gros que le ventre. Et quand Schneiderlin (qui fait une première partie de saison très décevante) et Lees-Melou ne sont pas là, Nice n’a pas grand chose de plus que Strasbourg, Reims ou Bordeaux.

Résultat : le président Rivère (qui assurait soutenir Vieira mais ne pensait en fait qu’à le virer) qui avait annoncé qu’Ursea serait sur le banc jusqu’à la fin de la saison pourrait encore retourner sa veste et changer d’avis….

Suivez toute l’actualité du foot et des transferts avec le le journal Le Foot, chez votre marchand de journaux ou sur la boutique Lafont Presse

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi