jeudi 23 mai 2024

Blanc a (presque) tout changé à Lyon : les gagnants et les perdants

Lyon - Lille (20h45)

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Le passage à une défense à trois, avec deux pistons et trois milieux a fait des victimes, et un heureux. Les gagnants et le perdants du changement de coach à l’OL.

« J’espère que c’est le départ de quelque chose ». Après la victoire à Montpellier, obtenue à l’arraché, par un but d’Alexandre Lacazette dans les arrêts de jeu, Laurent Blanc ne criait pas victoire mais voyait ses espoirs se renforcer.

Après avoir embêter le Stade Rennais pour son premier match (défaite 3-2), le successeur de Peter Bosz a vu ses choix validés par les trois points ramenés de l’Hérault. Notamment le passage en 3-5-2, avec un milieu de terrain pointe basse, qui a condamné Têté et Karl Toko Ekambi.

2 grands gagnants

Houssem Aouar

Ignoré par Peter Bosz, qui ne comptait pas sur lui après son transfert avorté cet été, le talentueux milieu de l’OL a fêté ses deux premières titularisations contre Rennes et Montpellier. Lui qui n’avait participé qu’à un seul match sous Bosz (une entrée à l’heure de jeu), a même inscrit un but face au MHSC.

Jérôme Boateng

Même si des pépins physiques l’ont ennuyé, l’international allemand ne faisait plus du tout partie des plans de Peter Bosz. Comme pour Houssem Aouar, Laurent Blanc en a fait un titulaire pour ses deux premiers matchs.

4 grands perdants

Ryan Cherki

Habitué à entrer en fin de match sous Peter Bosz, la jeune pépite issue du centre de formation, n’a pas disputé la moindre minute de jeu. « Un jeune joueur reste un jeune joueur, entre 17 et 20 ans. C’est bien de leur donner du temps de jeu, mais dans cette période particulière, il me semble que c’est plus judicieux de ne pas les aligner d’entrée », explique Laurent Blanc. De là à ne pas le faire entrer en jeu, alors que l’OL a couru après le score, à Rennes comme à Montpellier, il y a un message fort…

Johann Lepenant

C’était l’une des révélations du début de saison. Plus souvent utilisé que Corentin Tolisso ou Maxence Caqueret, l’ancien Caennais a lui aussi rejoint le banc et n’en est pas encore ressorti.

« Il a démontré qu’il avait les capacités pour jouer. Il sera l’un des joueurs qui apparaitra de pus en plus dans l’équipe », a rassuré Laurent Blanc.

Karl Toko Ekambi

Titulaire quasi indiscutable avec Peter Bosz, l’international camerounais est un des grands perdants du changement d’entraîneur. 30 minutes de jeu au total pour lui avec Laurent Blanc qui lui préfère clairement Houssem Aouar, pour un jeu davantage recentré.

Tété

Comme Toko Ekambi, le Brésilien a perdu sa place de titulaire. Mais contrairement à son compère camerounais, il n’est pas entré en jeu. Pas plus à Montpellier que face à Rennes. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi