mercredi 29 mai 2024

Brandon McNulty (UAE Emirates) : « Cette première victoire en world tour est un pas important »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

A 24 ans, l’Américain, vainqueur cette année de la 5ème étape de Paris-Nice, a su marquer les esprits depuis qu’il est devenu un coureur incontournable du peloton capable de briller sur tous les terrains. Dans l’ombre de Pogacar, Brandon McNulty continue de grandir et de franchir les étapes qui le séparent des meilleurs.

PREMIER VÉLO

« A l’âge de 6 ans. Je voulais imiter mon père. » Il suit l’exemple de son père, RJ McNulty, qui était également un bon coureur et un passionné de VTT. Il n’a pas attendu longtemps pour commencer la compétition à 9 ans que ce soit sur route ou en VTT.

PREMIER SPORT

« Si le vélo est arrivé vers 6 ans, avant j’avais essayé d’autres sports comme le baseball, mais j’ai rapidement pu me focaliser sur le vélo avec la réussite qui est la mienne aujourd’hui. » Avec l’enchaînement des saisons, Brandon McNulty a de plus en plus de mal à pouvoir se rendre dans un stade pour profiter du baseball et de la Major League Baseball comme un véritable fan américain, notamment chez lui, à Phoenix, où jouent les Diamond-Tour de Californie qu’il termine à la 7ème place.

PREMIÈRE ÉQUIPE WORLD TOUR

« C’est aussi mon premier transfert en carrière avec mon départ en 2020 pour UAE Team Emirates. » Sous contrat jusqu’en 2024, Brandon McNulty est désormais l’un des leaders de la formation émiratie.

PREMIÈRE COURSE

« En 2007 dans une course en amateurs de ma région natale, à Phoenix. Je savais que je n’allais pas gagner, mais cela reste un bon moment pour un enfant de 9 ans. »

PREMIÈRE COURSE PROFESSIONNELLE

« En 2017, en février, j’avais participé à la Volta de l’Alentejo au Portugal. » Aligné avec l’équipe Rally, il porte le numéro 146, mais ne terminera pas la course après trois étapes. Il abandonne alors qu’il était 55ème au général.

PREMIER GRAND TOUR

« Si on parle de grande course, je suis obligé de parler du Tour de Californie en mai 2018. C’est ma première course en World Tour. Je termine à la 7ème place, derrière Bernal. Mais si l’on parle de grand Tour, c’est le Giro en 2020 que je termine à la 15ème place. »

PREMIÈRE VICTOIRE (EN AMATEURS)

« En 2015 avec ma victoire sur le Course de la Paix juniors que je remporte en mai. C’est aussi le premier maillot distinctif que je récupère dans ma carrière. Un souvenir important. » Il gagne, en remportant la 2ème étape grâce au contre-la-montre, devant Adrien Costa, Nikolai Iliichev et Tobias Foss.

PREMIÈRE VICTOIRE EN PROFESSIONNELS

« En 2019, je remporte le Tour de Sicile. J’y gagne une étape et je prends le maillot de leader sans jamais le lâcher après les quatre étapes de l’épreuve. » Il devance au classement des coureurs comme Guillaume Martin, Fausto Masnada et Aleksandr Vlasov.

PREMIÈRE VICTOIRE WORLD TOUR

« Sur Paris-Nice lors la 5ème étape, en mars dernier. C’était incroyable et un rêve. C’était dans les Ardèches, une région qui me réussit pas mal. J’ai su construire ce succès que j’attendais. C’est sûr que cette victoire a mis du temps à venir, mais c’est un pas important pour la suite de ma carrière. Une confiance supplémentaire. »

PREMIÈRE MÉDAILLE

« En 2015 lors des Championnats nationaux des Etats-Unis. Je remporte la médaille d’or sur le contre-la-montre de l’épreuve juniors. C’est aussi mon premier titre national. »

PREMIÈRE FOIS EN EUROPE

« Je ne le rappelle plus l’année, mais j’étais adolescent. C’était pour des vacances avec ma famille. On avait visité quelques pays en Europe dont la France. »

PREMIÈRE COURSE EN FRANCE

« En 2017, j’avais participé au Tour d’Alsace. J’avais terminé à la 3ème place. »

PREMIÈRE IDOLE

« Je n’en ai pas eu beaucoup. C’était surtout mon père. »

PROCHAINE PREMIÈRE FOIS

« Ce sera mon mariage qui arrive prochainement (avec la cycliste Summer Moak, Ndlr).

PREMIÈRE ÉQUIPE

« Racing et la Landis-Trek, j’ai vraiment débuté en 2015 au sein de l’équipe junior de la Lux Cycling. » Pendant ses jeunes années, Brandon McNulty n’intègre pas d’équipes ou de centres de formation. Il n’a pas d’entraîneur et s’entraîne avec des coureurs de chez lui. En 2015, il prend la décision de rejoindre la Lux Cycling de l’ancien cycliste Roy Knickman qui avait été rapidement impressionné par son potentiel, à 17 ans. »

PREMIÈRE ÉQUIPE PROFESSIONNELLE

« Ma première équipe a été Rally cycling. J’ai signé en 2017 pour continuer ma progression. » En effet, il décide de rejoindre la formation américaine continentale pour continuer à apprendre le sport de haut niveau alors qu’il avait des offres d’équipes professionnelles. En 2018, il l’aide à devenir continentale professionnelle et se fait vite remarquer sur des courses de belle réputation comme le Tour d’Alsace qu’il termine 3ème du général ou le Tour de Californie qu’il termine à la 7ème place. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi