dimanche 26 mai 2024

Caen, Le Havre, QRM… Le grand retour du foot normand

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

Inventé par nos voisins anglais à la fin du 19ème siècle, le football va naturellement d’abord se développer dans les régions du Nord de la France et connaître un important essor en Normandie. Avec plus de 100 000 licenciés et des clubs qui évoluent dans tous les championnats nationaux, la Normandie est un véritable territoire de foot.

Souvent connu comme le doyen des clubs de football français, le HAC (Havre Athletic Club) est fondé en 1894. Multiple champion de France au début du siècle, le club normand va se structurer aprèsguerre et va évoluer au plus haut du paysage footballistique français jusqu’aux années 2000.

Relégué à l’aube du nouveau millénaire, le HAC va alterner entre accessions en Ligue 1 et descentes en Ligue 2 avant de végéter au deuxième niveau national de 2010 à 2023.

L’arrivée de Luka Elsner au poste d’entraîneur, combinée à celle de l’ancien professionnel Mathieu Bodmer pour occuper le poste de directeur sportif va donner un nouvel élan au Havre. Un jeu structuré, un recrutement malin et surtout un vivier de joueurs locaux issus du second meilleur centre de formation français ont propulsé les Ciel et Marine en Ligue 1 en mai 2023.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du foot dans votre mag

La Ligue 1 avec Le Havre

Le HAC a offert aux Normands la Ligue 1 et ses stars et les Normands lui rendent bien ! Avec un taux de remplissage de près de 90% au stade Océane cette saison, le public est au rendez-vous et pousse derrière ses protégés. Bien placé pour se maintenir, le club havrais devra, une fois n’est pas coutume, se méfier des sollicitations non pas pour ses joueurs, mais pour le duo Elsner/Bodmer.

L’avis de Joris Marin (journaliste Sweet FM, présentateur du podcast Rouge et Bleu sur Ouest France) : « La fréquentation au HAC marchait déjà bien la saison passée en Ligue 2. Le club met en place beaucoup d’animations autour des matches pour accentuer l’expérience spectateurs, notamment pour les gens qui viennent au stade en famille. »

La Normandie est bien représentée en Ligue 2 avec deux clubs régionaux, le Stade Malherbe de Caen et Quevilly Rouen Métropole. Avec 18 saisons dans l’élite entre 1988 et 2019, le SM Caen est un club phare du football français. Longtemps figure de proue du foot normand, il est depuis cinq saisons pensionnaire de Ligue 2 et remonte peu à peu la pente sportivement après avoir souffert financièrement suite aux décisions de la DNCG en 2021.

Proche de la relégation cette même année, les dirigeants lancent le projet « Année zéro », dont l’objectif est de faire table rase du passé et de permettre au club de retrouver l’élite aussi vite que possible. Tout proche de réussir leur pari la saison dernière, les Bleus et Rouges sont en course cette année pour aller décrocher une place de barragistes et offrir au fidèle public du stade D’Ornano une fin de saison pleine d’espoirs.

La Ligue 2 avec le SM Caen et Quevilly Rouen métropole

Pour Quevilly Rouen Métropole en revanche les objectifs sont tout autre. Coincé au fond du classement de Ligue 2, le club de la banlieue de Rouen va se débattre avec la relégation jusqu’à la fin de la saison et espérer un dénouement heureux comme en 2022 avec un sauvetage lors de l’ultime match de barrage. Fier de son passé ouvrier et de ses valeurs,

QRM n’a eu le statut professionnel que trois petites saisons. Unique club amateur avec celui de Calais à avoir disputé une finale de Coupe de France, en 2012 face à l’Olympique Lyonnais (défaite 1-0), les Hauts Normands revendiquent cette image de petit Poucet. Elu meilleur club amateur du 20ème siècle, QRM et son seizième budget va devoir encore puiser dans ses valeurs pour conserver sa place en Ligue 2.

L’avis de Joris Marin : « Depuis qu’Olivier Pickeu est devenu le président du Stade Malherbe en 2020, il y a l’idée d’une progression continue saison après saison : un maintien difficile en 2021, 7ème en 2022, 5ème la saison passée… Cette année, l’objectif de montée n’a jamais été annoncé ouvertement, mais chacun sait que tout est possible si le club arrive à se qualifier pour les play-offs.

Caen était 16me quand Nicolas Seube est arrivé sur le banc à l’automne. Depuis, la dynamique est bonne et l’espoir est permis. Caen n’a peut-être pas une longue histoire avec la Ligue 1, mais les gens attendent le retour au plus haut niveau.

Il y a régulièrement entre 15 et 18 000 spectateurs au stade en Ligue 2, on sent un gros engouement, même les joueurs le disent. Concernant QRM, il n’est évidemment pas programmé pour jouer le haut de tableau. La Ligue 2 est un championnat hyper homogène donc certains « petits » peuvent parfois tirer leur épingle du jeu. L’équipe va un peu mieux depuis l’arrivée comme entraîneur sur le banc de Jean-Louis Garcia en début d’année.

Le club travaille bien et permet à de jeunes joueurs à potentiel de se montrer comme Sambou Soumano bien positionné au classement des buteurs de la L2 ».

Le national avec le FC Rouen et l’US Avranches

Fondé en 1899, le FC Rouen est un des plus vieux clubs de l’Hexagone et sa longue histoire est loin d’être un long fleuve tranquille. Si l’on met de côté les années d’avant-guerre, les Rouennais ont passé seize saisons en Ligue 1 et une vingtaine en Ligue 2. Une belle expérience qui n’a pas empêché le club d’être relégué financièrement une première fois en 1995 et une seconde en 2013, plongeant les Diables Rouges au niveau régional (R1).

De retour cette saison en National, le FC Rouen affiche de belles ambitions et a brillé en Coupe de France avec un super parcours jusqu’aux quarts de finale. Autre pensionnaire de National, l’US Avranches Mont Saint Michel est lui aussi un club centenaire. Fondé en 1897, il ne connaît pas le même destin que ses voisins normands et va évoluer quasiment chaque saison au niveau amateur. Moins médiatisé, les Bleus et Blancs sont toutefois un modèle de régularité, enchaînant cette année une dixième saison en National.

L’avis de Joris Marin : « On ne peut pas comparer les deux. Le FC Rouen a une longue histoire, c’est un club historique. Avranches est un petit club qui évolue dans un environnement local à la campagne, devant 1000 spectateurs le vendredi soir. Mais c’est le club qui possède la plus longue longévité en National, cela veut dire quelque chose. »

« Pour Rouen, l’aventure en Coupe de France, avec les victoires contre Toulouse et Monaco, a fait parler dans toute la région. Ce sera compliqué de jouer la montée en Ligue 2, mais le club est promu. Il y a un coach discret et efficace, Maxime D’Ornano, qui avait déjà obtenu de bons résultats à Saint-Brieuc. Enfin, dans la région, il y a aussi l’US Granville, qui est dans le haut de tableau en N2 et qui pourrait jouer la montée en National. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi