lundi 4 mars 2024

CAN : Ryan Mendes, l’incarnation du Cap Vert

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

CAP VERT – MOZAMBIQUE (EN COURS)

Capitaine d’une équipe du Cap Vert qui peut se qualifier pour les huitièmes dès aujourd’hui, en battant le Mozambique, l’ancien Lillois Ryan Mendes incarne magnifiquement sa sélection.

Il y a 13 ans pratiquement jour pour jour, Ryan Mendes inscrivait le premier but de sa longue carrière professionnelle. C’ était en Ligue 2 avec son club formateur du Havre, face à Ajaccio. Depuis, le Capverdien, surtout connu en France pour son passage à Lille (même s’il n’y a pas franchement brillé), a connu cinq autres clubs, avant d’atterrir à Karagümrük (Turquie), où il est arrivé cet été, en provenance de d’Al-Nassr. En 2018, bien avant tout le monde, l’attaquant qui vient de fêter ses 34 ans, avait testé la Saudi Pro Ligue. D’abord au Sharja FC, avant de rejoindre Al-Nassr en 2020. 

Meilleur buteur et joueur le plus sélectionné du Cap Vert

Auteur de 2 buts en 13 apparitions dans le championnat turc, le joueur qui possède aussi la nationalité française, est tout simplement le joueur le plus capé et le meilleur buteur de l’histoire de sa sélection (15 buts en 71 sélections), dont il incarne les valeurs.

Au moment d’aborder sa quatrième CAN , celui qui avait déjà été très bon au Cameroun (le Cap Vert avait atteint les huitièmes de finale), il y a trois ans, exprimait sa confiance sur le site officiel de la CAF. « Il y a un nouvel état d’esprit qui s’est installé dans l’équipe. La CAN au Cameroun a été un élément déclencheur, on savait qu’on était capable de faire de belles choses mais on avait dû mal à les réaliser. Aujourd’hui, le groupe s’est étouffé avec des jeunes joueurs qui ont faim et c’est intéressant de voir leur motivation. »

Des valeurs fortes

Pas étonnant de voir le Cap Vert en position de se qualifier pour le tour suivant. Encore moins quand on entend parler l’ancien lillois de ses coéquipiers : « Elle est surprenante cette équipe. Ils sont étonnants. Car ils sont à la fois très décontractés et supers sérieux dans le travail. C’est vraiment plaisant d’évoluer à leurs côtés. »

Cette soif de victoire, malgré ses quasiment 15 ans de carrière professionnelle, ses 34 ans et ses 71 sélections, explique sans doute la longévité de celui qui aurait pu rejoindre Benfica, en 2008, quand il a choisi le Havre. « J’ai la même envie que le premier jour. C’est toujours un plaisir pour moi de chausser les crampons et d’aller défendre les couleurs de mon Cap-Vert sur le terrain » Tout est dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi