mardi 6 décembre 2022

C’est quoi une Panenka ? Retour aux origines…

À lire

Retour sur les origines de l’un des gestes les plus techniques du foot utilisé sur pénalty. On le doit au buteur tchèque Antonin Panenka, dans les années 70.

En France, le Lyonnais Memphis Depay est le grand spécialiste de « la Panenka ». Auteur de ce geste technique de grande classe  contre Nice dernièrement en Ligue 1, le Néerlandais avait déjà utilisé cette façon plutôt gonflée de transformer les pénaltys en août dernier face à la Juventus en Ligue des Champions. On se rappelle aussi de Zidane trompant Buffon grâce à une « Panenka » lors de la finale de la Coupe du Monde 2006. 

L’expression « faire une Panenka » est rentrée dans les mœurs aujourd’hui, devenant un geste technique à part entière. Pour trouver son origine, il faut aller fouiller sur les terrains d’entraînements du mythique club des Bohemians de Prague (dissout en 2016), une cinquantaine d’années en arrière.

Pour une bière ou une tablette de chocolat…

Ce penalty « romantique » est né d’un simple jeu entre Antonin Panenka, attaquant du club phare de Tchécoslovaquie, et son grand copain, le gardien de but du même club, Zdenek Hruska. En fin d’entraînement, les deux amis ont l’habitude de se défier dans des faces à faces endiablés avec pour enjeu, une bière ou une tablette de chocolat. Pour remporter ses duels face à un gardien qui le connaît par cœur, Antonin Panenka est obligé de réinventer à chaque fois ses frappes, multipliant les feintes, toutes plus surprenantes les unes que les autres.  

Un jour, le buteur des Bohémians trouve une idée de génie, répondant au principe même du penalty : retarder le moment de frapper, pour laisser le gardien se coucher d’un côté ou de l’autre, puis de soulever le ballon délicatement pour le placer plein centre hors de portée de ce dernier… déjà au sol. Tout se fait très lentement mais sûrement. Si le geste est bien réussi, la technique est imparable. 

Pour commencer, le moustachu à l’allure taciturne se contente de tester la technique lors des matchs amicaux, jusqu’au jour où il l’utilise dans un match officiel. Mais dans les années 70, la Tchécoslovaquie est un pays très fermé et le secret reste bien gardé.

20 juin 1976 : Antonin Panenka ridiculise Sepp Maïer

Jusqu’au 20 juin 1976. Ce jour-là se joue la finale du championnat d’Europe des Nations entre la Tchécoslovaquie et la grande Allemagne de Sepp Maïer, sacrée championne du monde deux ans plus tôt.

Alors que la prolongation se termine sur le score de 2-2, les deux équipes se départagent aux tirs au but. Les Tchèques mènent 4-3 dans la séance fatidique (après le raté d’Hoeness) quand Panenka se présente devant le meilleur gardien du monde pour valider la victoire de son équipe.

Les 30 000 spectateurs du stade Crvena Zvezda de Belgrade retiennent leur souffle et n’en reviennent pas de voir la magie du geste exécuté par Panenka. Quand le ballon retombe lentement dans le but, sous le regard du géant allemand impuissant, le buteur tchèque est entré pour toujours dans la légende.

Dans sa carrière, Antonin Panenka va tirer de nombreux penalty et ne va pas tous les réussir. Mais le buteur tchèque (72 ans aujourd’hui) continue de se vanter de ne jamais avoir manqué une « Panenka » dans toute sa carrière. 

Ibra contre Vercoutre (Lyon) : une « Panenka » parfaitement réussie.
spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi