lundi 24 juin 2024

Chambray veut changer de dimension avec Mathieu Lanfranchi

À lire

L’arrivée de Mathieu Lanfranchi sur le banc a déclenché une vague d’arrivées successives sur laquelle espère surfer le CTHB – Chambray pour retrouver le parfum de l’Euro en 2023.

Européen pour la première fois de son histoire, à la faveur d’une belle 4ème place obtenue de haute lutte la saison passée, Chambray a longtemps cru remettre ça cette saison avant une rédhibitoire défaite à domicile face à Paris 92 à trois journées de la fin.

En laissant à Metz, Brest, Paris, Besançon et Nantes le soin de représenter la France en Ligue des Champions et en Ligue Européenne, les Chambraisiennes n’ont pas laissé leurs ambitions au pied de ce top 5. Bien au contraire. Au-delà d’un possible repêchage qui permettrait à un club français supplémentaire (le 6ème) d’intégrer une Coupe d’Europe, les dirigeants misent surtout sur un recrutement XL pour franchir ce difficile palier.

Les recrutements de Manon Houette (Bourg de Péage), Nadia Mielke-Offendal (Paris 92), Laura van der Heijden (Bietigheim, All), Melvine Deba (Metz) et Agathe Quiniou (Brest), trois internationales en puissance et deux joueuses revanchardes, témoignent de cette volonté de « s’installer durablement dans le haut du tableau, dans le Top 6, vers les places européennes » pour reprendre les propos de Mathieu Lanfranchi.

Chambray envoie du lourd

L’ancien pivot de Cesson-Rennes, entraîneur adjoint à Nantes, arrive en Touraine pour découvrir le poste de numéro 1, apporter sa fraîcheur et son enthousiasme, grandir avec un club qui n’a pas tardé à être actif sur le marché des transferts.

Aux trois départs officialisés de Jannela Blonbou (Paris 92), de l’expérimenté Alexandra Lacrabère (Rapid Bucarest, Roumanie) et d’Andréa Novellan (Plan de Cuques) sont en effet rapidement venues s’inscrire des arrivées plus que significatives, de nature à permettre au club de changer de dimension. Avec 103 sélections en équipe de France, Manon Houette (29 ans) quitte Bourg de Péage, où elle n’aura fait que passer une saison, pour s’inscrire dans le projet du CTHB et d’en être même une tête d’affiche.

Forte de ses trois titres de championne de France, de ses médailles d’or aux championnats du monde (2017), aux championnats d’Europe (2018), la finaliste olympique de Rio en 2016, élue meilleur ailière gauche du championnat à cinq reprises est en quête de rebond. Victime d’une rupture des ligaments croisés antérieurs du genou droit en 2020, obligée de renoncer aux JO de Pékin en 2021, elle déboule à Chambray pleine d’énergie et d’espoir pour aller chercher la consécration à Paris en 2024.

Manon Houette en tête d’affiche

Elle n’aura que 31 ans. Entre temps, elle aura eu le temps d’apporter sa science du jeu et du but à un effectif renforcé également par une valeur sûre, Nadia Mielke-Offendal. A Paris 92 depuis 2020, la demi-centre danoise de 27 ans a encore fait partie des meilleures buteuses du championnat cette saison.

Son association avec l’internationale néerlandaise Laura van der Heijden promet énormément. Championne du monde 2019, la Batave de 31 ans devrait remplacer avantageusement les départs au poste de Blonbou et Lacrabère. Passée par Amsterdam, Olderburg, Esbjerg, Ferencvaros, Bietigheim et le Borussia Dortmund, van der Heijden présente un cv plein d’expérience, précieux dans la quête européenne des Chambraisiennes.

Houette/Offendal/Van Der Heijden, le trio magique

Après les Pays-Bas, le Danemark, la Hongrie et l’Allemagne, le championnat français sera son cinquième terrain de jeu, celui aussi peut-être le plus adapté à son profil d’arrière droite athlétique et hyper réaliste. Complété par l’actuelle meilleure buteuse maison, Jovanna Stoilkovic, le trio magique Houette/ Offendal/Van Der Heijden sera aussi épaulé par le retour très attendu de Melvine Deba. A 24 ans, après avoir rompu son contrat avec Metz pour reprendre ses études, l’ailière droite a soif de revanche.

Ses 24 ans lui laissent l’espoir de redevenir la troisième meilleure buteuse du championnat qu’elle fut en 2017 sous les couleurs de Paris 92. Alors internationale juniors et grande espoir du hand français, Melvine fut fauchée en plein vol par une rupture des ligaments croisés de son genou droit. Proche d’arrêter sa carrière, elle compte sur le projet du CTHB pour rattraper le temps perdu. Et accessoirement permettre à son nouveau club d’en gagner.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi