dimanche 23 juin 2024

Chérif Hamani (Tremblay Handball) : « L’avenir est toujours à construire »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

De retour en première division, Tremblay Handball peut de nouveau nourrir de grandes ambitions, notamment avec l’arrivée de sa nouvelle salle, l’Arena Grand Paris. Mais, pour son entraîneur Chérif Hamani, il faut continuer à travailler et poser des fondations solides pour l’avenir. Entretien pour Handball Magazine et Le Quotidien Du Sport.

La saison du Tremblay Handball est-elle à la hauteur de vos espérances ?

(Sourire) Evidemment. Au début de cette saison, l’objectif était de monter en première division. C’est le cas. On a su se tracer un bon chemin dans un championnat de plus en plus compliqué. On est forcément satisfait.

Chérif Hamani a assumé le statut de favori de son équipe

Etait-ce important de répondre sur le terrain à votre étiquette de favori ?

On nous collait cette étiquette de favori. Il fallait l’accepter à la vue de nos moyens et de la composition de notre groupe. Par conséquent, on était favori, oui, mais derrière il fallait travailler au quotidien et rester concentré. On voulait conserver notre état d’esprit, avec notre force collective. Si cela dépendait des moyens, cela fait bien longtemps que Tremblay serait remonté ou que d’autres clubs auraient atteint leurs objectifs. C’est le résultat d’un gros travail et d’une vraie force collective. On voulait assurer cette 1ère place.

Sentez-vous que le timing est bon avec notamment l’arrivée de votre future salle, l’Arena Grand Paris ?

L’avenir est toujours à construire. Je ne sais pas s’il sera radieux ou pas. Je n’ai pas de boule de cristal (sourire). Notre mission était déjà de réussir à remonter. Je veux rester concentré sur le travail que l’on a à faire jusqu’au bout avec ce groupe. On avance au fur et à mesure.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du hand dans votre mag

« Si cela dépendait des moyens, cela fait bien longtemps que Tremblay serait remonté… »

L’expérience passée en D1 peut-elle aider pour préparer ce retour dans l’élite ?

Le club a une expérience en première division, voire en Coupe d’Europe, il y a quelques années (finale perdue de C2 en 2011 face à Gummersbach, Ndlr). Il y a un savoir-faire qui existe dans ce club. On doit se concentrer sur le présent et le futur. On va essayer de construire un groupe pour valider les prochaines étapes qui passeront par le maintien, l’an prochain, et se pérenniser à ce niveau. Il faut se préparer. Car l’histoire ne sera pas la même l’an prochain.

En accrochant cette montée rapidement, est-ce un temps précieux pour être prêt ?

Les planètes ont rapidement été alignées cette année. Valider la montée très tôt nous permet de continuer à travailler sur le dernier mois qui nous reste pour préparer la fin de saison et la suite. On va pouvoir se projeter. C’est un gain de temps précieux qui nous permet d’être plus serein.

La frustration de la saison passée vous a-t-elle servi dans la construction de cette saison ?

On a loupé le coche pour deux buts, un contre Saran et un contre Nancy (Tremblay avait fini 3ème avec 47 points, à un du leader Saran, Ndlr). On pouvait prétendre à être premier. Ça n’a pas été le cas. Il fallait retenir les leçons. On a construit un groupe compétitif et un état d’esprit pour atteindre cette 1ère place.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi