samedi 28 janvier 2023

CIC U Nantes Atlantique : maintenant, il faut gagner !

À lire

Un an après ses débuts pros, c’est avec un nouveau sponsor titre que la formation nantaise aborde sa deuxième année en Conti. En passant du Team U Nantes Atlantique à CIC U Nantes Atlantique, les hommes d’Anthony Ravard espèrent lever enfin les bras une première fois.

L’arrivée du réseau bancaire CIC, déjà implanté dans le cyclisme notamment à travers le CIC Mont Ventoux Dénivelé Challenge, ne va pas révolutionner une formation qui a vocation, avant tout, à former des coureurs, à leur permettre de faire leurs gammes au niveau professionnel.

C’est donc toujours avec une grande majorité d’Espoirs que le groupe de Ravard se présentera au départ de sa deuxième année de Conti… et sans deux éléments essentiels, Axel Mariault (qui file chez Cofidis) et Louis Barré (qui est chez Arkéa Samsic depuis cet été), alors que le jeune Luxembourgeois, Tom Paquet rejoint Riwal CT.

CIC U Nantes Atlantique attend une première victoire

Néanmoins, avec un budget en hausse, le recrutement de sept nouveaux coureurs porte l’effectif à douze éléments. Parrainée par Valentin Madouas, après avoir été conseillée par Sylvain Chavanel lors de ses débuts en Conti, la formation qui devrait être équipée par la marque de cycle bretonne, Adrisport, cherchera à sortir les futurs Mariault et Barré, deux des plus sûrs espoirs du cyclisme français passés entre ses murs.

Une fois n’est pas coutume, le recrutement s’est voulu plus international avec un Américain (Bourgoyne), vice-champion des USA U23, un Danois (Pedersen), champion espoir du Danemark, 4ème du c-l-m, et dans le top 15 de plusieurs étapes du Tour de Danemark et du Tour de Fyen, et un Canadien, Plamondon, vainqueur d’une étape du Tour de Guadeloupe en 2022.

Quant à Nolann Mahoudo, champion de Bretagne cet été, vainqueur du Grand Prix d’Auray, 2ème de Nantes-Segré, stagiaire de l’équipe Conti de B&B Hotels-KTM, il devra patienter encore au moins un an avant de rejoindre les Men in Glaz comme il en rêve, à condition que Jérôme Pineau parvienne à rester dans le peloton.

Son potentiel de puncheur sprinteur lui a déjà permis de lever trois fois les bras lors des courses de première catégorie alors qu’il n’était que junior… imitant en cela les Gaudu et Le Gac, les seuls à avoir été aussi précoces.

Mahoudo, la grosse cote…

Forcément prometteur et bien dans les plans de l’équipe. Après une première année charnière, si les ambitions sont un peu revues à la hausse, elles ne doivent pas détourner le staff de son objectif à long terme : devenir une référence pour les meilleurs espoirs et juniors français, former des coureurs du cru et les accompagner, aussi, dans leurs études sur le principe du double projet.

Mais avec un grimpeur comme Jordan Jegat, un rouleur, Léo Danès, qui s’est distingué lors des derniers championnats de France en s’échappant pendant près de 150 km en compagnie d’une quinzaine d’autres coureurs, tous les profils sont représentés pour aller chercher en 2023 un premier succès chez les pros en Classe 1 ou Pro Series.

Transferts

Arrivées : Briand (Nantes U junior), Isidore (UV Aube), Pedersen (BHS PL Beton Bornholm), Boulet (Côtes d’Armor Marie Morin), Bourgoyne (WB Fybolia Morbihan), Plamondon (Premier Tech U23), Mahoudo (Pays de Loudéac), Grygowski (Akademia Copernicus CCC Torun)

Départs : Mariault (Cofidis), Paquet (Riwal CT), Barré (Arkéa Samsic)

Tom Boissy

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi