jeudi 20 juin 2024

Comment Newcastle est devenu le 2ème club le plus riche d’Angleterre

À lire

Les plus anciens supporters des Magpies ont d’abord cru à une blague. Le PIF se payait un gadget, leur club, Newcastle United !

Le Fonds public d’investissement d’Arabie Saoudite (PIF) n’est pas une revue de BD célèbre, mais le club du nord-est de l’Angleterre a des airs de gadget face à l’immensité de la fortune de son nouveau propriétaire.

Car, pour le prince héritier Mohammed ben Salmane, 350 M€, le prix d’achat du club, est une goutte d’eau dans un océan de richesse où les actifs du consortium saoudien sont estimés à 400 milliards d’euros !

Sur le papier, aucun autre club au monde n’est adossé à une telle fortune, pas même le PSG avec les 250 milliards de valorisation de QSI. C’est dire l’étendue des possibilités qui s’ouvrent à l’ancien club de Paul Gascoigne, David Ginola, Alan Shearer ou Chris Waddle et où évolue depuis 2019 le Français Allan Saint-Maximin.

Au bord du gouffre en Premier League cette saison, les Magpies n’ont plus été champions depuis 1927 et courent après une coupe depuis 1955, leur dernière victoire en Cup. Les derniers exploits datent de la fin des années 90 (vice-champions en 1996 et 1997, finalistes de la Cup en 1998 et 1999) lorsque Keegan était assis sur le banc.

400 milliards de dollars d’actifs à la tête de Newcastle

Depuis, le club n’a jamais retrouvé son lustre d’antan et appréhende donc ce nouveau chapitre avec énormément d’ambition… et une impatience qui a déjà couté sa place à Steve Bruce, le coach, remplacé par Eddie Howe en novembre dernier.

Car la situation devient urgente pour éviter une relégation qui ne remettrait pas en cause le projet global des Saoudiens, mais ferait forcément tâche.

A l’annonce du rachat historique qui doit propulser leur club dans une nouvelle dimension, et à défaut de vibrer aux exploits de leur équipe cette saison, les supporteurs ont manifesté leur joie autour de Saint James Park et découvert le profil du nouveau boss des lieux, un certain Yasir Al-Rumayyan, et la directrice générale de PCP Capital Partners, l’autre partie du consortium, Amanda Staveley.

C’est désormais vers eux qui vont se tourner tous les regards cet hiver pour un Mercato qu’on n’imagine très actif pour tenter de rester en Premier League. Selon le Telegraph, une enveloppe de 60 M€ serait prévue à cet effet.

Gerrard et Kane à l’horizon 2022

Pour retrouver le plus vite possible un statut européen abandonné depuis la saison 2012/2013, les nouveaux riches de la planète foot promettent de grands noms pour assouvir la passion de leurs supporteurs, calmer leur frustration et se hisser le plus vite possible au niveau de Manchester City et du PSG, vaisseau amiral des Emirats Arabes Unis et du Qatar, les deux meilleurs ennemis de l’Arabie Saoudite.

Plusieurs noms circulaient déjà pour l’opération maintien et d’abord sur des profils de joueurs en manque de temps de jeu tels que Mauro Icardi (PSG), Donny van de Beek, Jesse Lingaard, Antony Martial (Manchester United), Philippe Coutinho, Clément Lenglet et Samuel Umtiti (Barcelone).

A moyen terme, le projet ne s’entend de toute façon pas sans de grandes stars. Harry Kane serait la cible prioritaire avec un entraîneur de renom sur le banc qui pourrait être rapidement Steven Gerrard ou Frank Lampard.

L’aspect financier n’étant pas un obstacle, tous les rêves sont désormais permis aux Magpies.

Même si ce rachat suscite de nombreuses critiques quant à la moralité de nouveaux propriétaires issus d’un pays où les droits de l’homme sont régulièrement bafoués, entre « real politic » et « soft power », la réalité du terrain devrait vite les effacer.

A condition que Newcastle United redevienne un club qui compte sur la scène européenne.

Tom Boissy

Le nouveau mag le Foot

Ne manquez-pas, Le Foot magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi