samedi 2 mars 2024

Coupe de France : des doublures pas toujours récompensées…

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

C’est une tradition qui n’est pas toujours respectée. Souvent, l’habitude veut que ce soit le deuxième gardien de but du club, celui à qui l’entraîneur attribue le statut de « n°2 », qui garde les buts en Coupe de France.

L’objectif n’est pas de permettre au n°1 de souffler, comme le sous-entendait Pierre Sage en annonçant qu’Anthony Lopes n’avait pas besoin de se reposer car l’OL ne jouait qu’une fois par semaine, mais pour maintenir le deuxième gardien sous pression, et surtout, lui offrir une petite récompense, pour cirer le banc le reste de la saison.

A LIRE AUSSI : sur quelle chaine et à quelle heure suivre le tirage au sort des 8èmes de finale

C’est notamment pour ces raisons que Gennaro Gattuso confirmait que Ruben Blanco gardera le but de l’OM à Rennes dimanche soir. « Il jouera, c’est une bonne personne, un coéquipier apprécié sur et en dehors du terrain », a commenté l’Italien pour justifier sa titularisation. « C’est un athlète très pro ».

L’offense d’Antoine Kombouaré à Rémy Descamps en 2022

De la même manière, Luis Enrique a confié le rôle à Keylor Navas contre Revel et a laissé Gianluigi Donnarumma au repos aujourd’hui. Adï Hüttler a lui aussi donné sa préférence à Radoslaw Majecki pour jouer à Rodez. Déjà, à Lens lors des 32ème, c’est le jeune polonais qui gardait le but.

Même si les entraîneurs de l’OM, du PSG ou de Monaco représentent la majorité, à l’image du Bréstois Eric Roy, qui aligne Grédoire Coudert à la place de Marco Bizot, il n’y a pas de règle stricte. On se souvient d’Antoine Kombouaré, qui avait osé prendre la décision de remettre Alban Lafont dans le but pour la finale de 2022 du FC Nantes, alors que Rémy Descamps avait très largement participé à la qualification pour le Stade de France, en étant régulièrement titulaire. Jocelyn Gourvennec a aussi décidé de faire confiance à Alban Lafont, mais cette fois, dès le début de la compétition.

On peut aussi citer le cas de Salvator Sirigu, engagé pour être la doublure de Marcin Bulka à Nice et qui a vu Francesco Farioli lui préférer le Polonais, en 32ème face à Auxerre. Quelques jours plus tard, sans qu’une relation de cause à effet ne soit officielle, il quittait le club pour rejoindre le Fatih Karagümrük…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi