dimanche 2 octobre 2022

Coupe de France : pourquoi on les appelle les coiffeurs ?

À lire

« Les coiffeurs », c’est le nom donné aux habituels remplaçants mis en pleine lumière le temps d’un match. Comme Caqueret, Cherki et Bard avec l’OL ce soir. Mais pourquoi de nom ? Explications.

A partir de ce soir avec les trois premiers matchs, les clubs de Ligue 1 entrent en lice en Coupe de France au stade des 32èmes de finale. Cette année toutefois, pandémie oblige, ces 32èmes n’auront pas tout à fait la même saveur.

Obligée de revoir sa copie la Fédération n’a pas prévu d’oppositions entre amateurs et professionnels avant les 16èmes de finale (17 amateurs et 15 professionnels). Cinq rencontres opposeront ainsi des clubs de Ligue 1 entre eux dès leur entrée en Lice dans la compétition.

Ereintés par un rythme infernal depuis le début de saison, avec une trêve qui a duré à peine plus d’une semaine, les clubs devraient tous en profiter pour mettre au repos leurs cadres dans ces rencontres placées en milieu de semaine, privilégiant le championnat, qui n’a jamais été aussi serré à tous les niveaux.

Il y a la légende et l’étymologie…

L’occasion pour ceux qui jouent moins de gratter du temps de jeu et de tenter de convaincre leur entraîneur de leur faire davantage confiance.

Dans le jargon du métier, ces remplaçants sont appelés communément « les coiffeurs ». Une appellation qui vient plutôt des compétitions réservées aux sélections mais qui est devenue populaire. Mais alors, pourquoi nomme-t-on ces joueurs, appelés à jouer les derniers matchs de poule sans enjeu, des « coiffeurs » ?

Il y a plusieurs hypothèses pour expliquer le terme attribué aux remplaçants. La plus sérieuse, mais pas la plus connue est uniquement en rapport avec l’étymologie et la signification du mot « coiffeur », lié au verbe « coiffer », c’est à dire « battre », « dépasser ». Le jour du match, les remplaçants « coiffent » les titulaires pour prendre leur place…

Luis Fernandez chambreur…

L’origine la plus légendaire remonte à la Coupe du monde de 1958 en Suède. Cette année là, la France a terminé troisième de la compétition en utilisant seulement 15 des 22 joueurs sélectionnés (rappelons qu’il n’y avait pas de remplacements en cours de match autorisés à l’époque). La légende veut que les sept joueurs qui n’ont pas joué la moindre minute passaient leur temps à couper les cheveux des titulaires pour s’occuper…

Enfin, il y a une troisième explication. Lors de la Coupe du Monde 1986, Luis Fernandez a adapté la légende à sa façon. Le n°6 de l’équipe qui se classera aussi troisième du mondial, déclarait que « les remplaçants ne risquaient pas d’altérer leur brushing ». Sous-entendu, puisqu’ils ne jouaient pas.

Alors, quelle explication vous convient le mieux ?

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi