mardi 4 octobre 2022

Coupe du Monde : 5 pays qui peuvent nous surprendre

À lire

En pleine trêve internationale, les équipes qualifiées au Qatar font leurs derniers rodages à 2 mois de la compétition. Si certaines nations sont habituées à aller loin, d’autres plus petites pourraient bien surprendre. (En photo : les Canadiens Larin et David)

Le Ghana en 2010, le Costa Rica en 2014, la Russie en 2018. Toutes ces sélections n’étaient pas attendus à un tel niveau de jeu. Elles ont pourtant surpris leurs adversaires comme toutes la planète football. Voici les 5 équipes qui pourraient être Le Petit Poucet de 2022.

Canada, la génération dorée

Dans le football, le Canada revient de très loin. En 2013 ils perdent contre la Martinique, et descendent même à la 117e place du classement FIFA en 2016. Mais pour le second mondial de leur histoire, le Canda semble bien rodé. Mené par Alphonso Davies, son poste de milieu gauche en sélection lui permet beaucoup plus de liberté offensive, dans un 4-4-2 qui l’autorise aussi à aider défensivement. Devant, le Canda dispose de deux buteurs très complémentaires, Cyle Larin, 1m88 pour 90 kilos. A ses côtés, le très connu en France Jonathan David. Is sont aussi les 2 meilleurs buteurs de l’histoire du Canada (24 et 21 buts).

Le principal bémol de cette sélection, est le manque de sérénité défensive, avec des joueurs qui ont peu d’expérience. Ce qui ne les a pas empêchés de surclasser leur groupe de qualification, devant les USA et le Mexique.

Pologne, un goût d’inachevé

Lewandowski aura gros à faire au Qatar, lui qui portera le brassard aux couleurs de l’Ukraine que lui a remis Chevtchenko. En 2018, la Pologne finit dernier de sa poule, avec un groupe très homogène et relevé. Cette année, ils pourront compter sur un Piotr Zielinski en feu avec Naples pour épauler Lewangoalski. Auteurs de performances remarquables, les Polonais ont accrochés l’Angleterre à domicile en qualification (1-1), ou encore les Pays Bas pourtant dominateurs en ligue des nations (2-2). Ils disposent de talents très jeunes en défense, (Kiwior 22 ans, Zalewski 20 ans) encadrés par des joueurs expérimentés comme Lewandoski ou l’emblématique Kamil Glik.

Comme pour le Canada, le secteur défensif pêche un peu trop, en encaissant notamment 10 buts en 4 matchs de ligue des nations.

Cameroun, un vent nouveau avec Eto’o

Après s’être défait de l’Algérie en barrage dans un scenario hollywoodien, les Camerounais menés par Vincent Aboubakar ont prouvé leur hargne pour réussir dans cette coupe du monde. L’excellente coupe d’Afrique à domicile (3e place), souffle un vent nouveau depuis la nomination de la légende Eto’o à la fédération. Contrairement aux deux nations précédentes, le Cameroun paraît bien plus équilibré entre défense et attaque. Au milieu de tout cela, Zambo Anguissa, auteur d’une masterclass face à Liverpool en ligue des champions, il sera l’élément clef de l’entre jeu camerounais. Les lions indomptables disposent aussi de deux pistons vifs et intéressants (Nouhou Tolo et Collins Fai).

Point noir, la dernière victoire du Cameroun remonte à 2002 en coupe du monde, et il n’y aura que la deuxième place à prendre derrière le Brésil, dans un groupe avec la Suisse et la Serbie.

Suisse, un air de déjà vu

Le cauchemar de l’équipe de France à l’Euro pourrait bien frapper de nouveau dans 2 mois. La Suisse a privé l’Italie d’une deuxième coupe du monde d’affilé en terminant premier des qualifications (0 défaites et 2 buts encaissés). Une performance remarquable qui confirme la prestation au dernier Euro, où ils perdent en quarts aux penaltys contre l’Espagne. La Suisse profite d’une attaque de feu, avec Embolo en réussite à Monaco et Seferovic redoutable de la tête. Mais le plus important reste la star Xherdan Shaqiri, qui réponds toujours présent lors des compétitions internationales.

Le principal défaut de cette équipe reste les côtés, Widmer et Zuber sont souvent débordés par les ailiers adverses. Cependant, même arrivé devant les cages, les attaquants doivent faire face à Yann Sommer, l’excellent portier de Münchengladbach. 

USA, objectif 2026

Le soccer continue de se démocratiser aux États-Unis. La sélection dispose de nombreux jeunes talents, dont plusieurs qui évoluent en Premier League. On peut penser au duo magique Aaronson-Adams qui fait les beaux jours de Leeds United, âgés de 21 et 23 ans. Mais également à Weston McKennie, la jeune pépite turinoise. En attaque, les Américains ne sont pas à plaindre, Pulisic et Weah assurent l’animation sur les ailes. Mais plus que de bons résultats, les USA doivent prouver que le soccer est pris au sérieux chez eux en vue de la coupe du Monde 2026 qu’ils accueilleront.

Malgré des ailiers rapides, et des milieux créateurs, les USA sont plus à la peine en défense. Souvent pris en profondeur et peu efficace en 1 contre 1, ils devront rivaliser avec l’Angleterre en phase de poule.

Jeremy Bakeir

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi