samedi 26 novembre 2022

Coupe du Monde : pourquoi le Brésil est archi favori

À lire

Vainqueur de la Tunisie 5 – 1 lors de son dernier match de préparation avant la Coupe du Monde, le Brésil à livré, hier, une nouvelle démonstration de sa forme, à deux mois du début de la compétition. Tout fait du Brésil le grand favori de l’épreuve qatarie.

Sa dernière défaite remonte à un peu plus d’un an lors de la finale de la Copa America perdue face à l’Argentine. Depuis, les Brésiliens sont intransigeants. Ils ont enchaîné hier au Parc des Princes un quinzième match consécutif sans défaite dont trois nuls. Mieux encore, depuis leur élimination du Mondial en Russie par la Belgique, les coéquipiers de Neymar n’ont perdu que trois petits matchs. Actuellement premier du classement FIFA devant les Diables Rouges, la sélection n’a jamais rejoint un mondial avec un tel statut de favoris depuis au moins deux décennies.

Un des meilleurs effectifs du monde

Toujours présenté comme favori à la victoire de par son histoire et ses effectifs toujours garnis, la Seleçao a pourtant peu impressionné lors des dernières éditions. Éliminé trois fois en quart de finale (2018, 2010, 2006) et une fois aux portes de la finale (2014) lors des dernières éditions, le Brésil à trop souvent déçu.

Ne manquez-pas, Le Foot, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

Pour illustrer, cette cuisante défaite contre l’Allemagne en 2014 à domicile (7 – 1). Mais cette année tout semble différent. Avec une armada de joueurs, parmi les meilleurs du monde à leur poste, cette équipe à de quoi faire peur.

Des jeunes joueurs comme Vinicius Junior, Rodrygo, ou encore Richarlison, auteur de 7 buts avec la sélection lors des 7 derniers matchs, seront présents pour épauler ceux qui sont au point culminant de leur carrière. Parmi eux, on ne cite que Neymar, Casemiro ou encore Fabinho. Et puis il y a ceux qui sont les doyens de l’équipe, qui vont vivre leurs derniers instants avec la Selecao au Qatar et apporter leur expérience comme Thiago Silva. Avec 38 buts marqués dont 5 victoires par 4 buts d’écart sur les 15 derniers matchs, pour seulement 5 buts concédés, le Brésil n’a jamais semblé aussi fort et homogène autant en attaque qu’en défense.

Neymar comme principal atout

De retour au plus haut niveau en ce début de saison, l’attaquant du PSG brille sous les couleurs du club de la capitale. Meilleur buteur et co-meilleur passeur de Ligue 1 aux côtés de Lionel Messi (8 buts et 7 passes décisives) en seulement 8 matchs, le Brésilien est le joueur avec les meilleures statistiques du monde en ce moment. Sur l’ensemble de ces 12 derniers matchs toute compétition confondue, il est impliqué sur 22 buts, de bonne augure pour le Mondial.

Souvent attendu comme le Messie de son équipe « Ney » a toujours déçu. Impacté par des blessures et un niveau de jeu en dessous de ce qu’il est capable de produire, à l’image de sa Coupe du Monde 2018. En 2014,  sérieusement blessé en quart, il n’avait pas pu jouer la fameuse demi-finale.

Cette année, pas de pépin physique, les planètes semblent alignées pour aller chercher la récompense qu’il convoite depuis tant d’années.

Prendre en compte tous les facteurs

Si l’équipe semble promise à un destin glorieux, il faudra tout de même faire attention à ne pas tomber dans l’euphorie. Ce n’est pas la première fois que la sélection se présente comme favorite à la Coupe du Monde. En 2014, elle était destinée à la victoire finale avant de succomber à la pression et de se casser les dents sur une redoutable équipe d’Allemagne, future lauréate. Même si elle semble s’être habituée à cette pression médiatique, la Seleçao n’est pas à l’abri de retomber dans ses travers.

De plus, il reste encore près de deux mois avant les débuts du Brésil dans la compétition (le 24 novembre contre la Serbie), une blessure est très vite arrivée, et on a pu le voir contre la Tunisir, Neymar reste une cible pour ses adversaires.

Enfin, la concurrence sera rude. L’Argentine de Messi qui vient d’enchaîner un 35ème match consécutif sans défaite sera également à surveiller. Tout comme les champions en titre français, les Pays-Bas en grande forme ou encore le Portugal qui fait figure de véritable outsider…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi