dimanche 21 avril 2024

Coupes d’Europe : les clubs français limitent la casse

À lire

Aucun club définitivement éliminés, trois en ballotage favorable, mais seulement une victoire en quatre matchs. Les représentants français en Coupes d’Europe limitent les dégâts avant les matchs retours.

Fin de la première semaine des phases éliminatoires en Coupes d’Europe. Si le PSG et Rennes ont mal lancé l’épopée des clubs français, le FC Nantes en arrachant héroïquement le nul face à la Juventus, et l’AS Monaco, qui s’impose  dans les arrêts de jeu face au Bayer Leverkusen ont redressé la barre.

Une semaine qui commence mal avec les défaites du PSG et de Rennes

Ce mardi 14 février, le Paris Saint-Germain recevait le Bayern Munich au Parc des Princes. Après s’être très timide offensivement, en ayant tiré qu’une seule fois pendant toute la première mi-temps, l’équipe de Christophe Galtier s’est inclinée 1-0 sur un but de son ancien titi parisien, Kingsley Coman. Les champions de France ont repris des couleurs à l’entrée de Kylian Mbappé qui a apporté un vrai plus dans l’impact en attaque, et a fait craquer la défense munichoise à plusieurs reprises sans pour autant parvenir à égaliser. Un faible revers qui laisse malgré tout, le club de la capitale en vie pour le déplacement à l’Allianz Arena.

Le Stade Rennais n’aura pas fait mieux à Varsovie,  face au Shakhtar Donetsk. Un score final qui laisse énormément de regrets aux Bretons (battus lors de leurs 5 derniers déplacements, toutes compétitions confondues), au regard de la première période.

Si dominer n’est pas gagner, les Rouge et Noir l’auront compris à leur dépens en Pologne (Le Shakhtar ne joue plus en Ukraine pour le moment à cause du conflit). Maîtres du jeu pendant une bonne partie de la rencontre, les hommes de Bruno Génésio ont fait face au réalisme des Ukrainiens, qui ont marqué 2 buts sur 3 frappes cadrées. La réaction rennaise, venue de la part de la recrue hivernale, Karl Toko-Ekambi les maintiennent en vie avant le match au Roazhon Park.

L’exploit de Nantes à Turin et la victoire de Monaco à Leverkusen préservent l’indice UEFA

Plus tard dans la soirée, deux matchs aux scénarios fous, se sont déroulés, le choc déséquilibré entre la Juventus et le FC Nantes, et le match entre le Bayer Leverkusen et l’AS Monaco. Le premier match, en terres transalpines commençait très mal. Les Turinois, à l’aide d’une superbe combinaison entre Di Maria, Chiesa et Vlahovic ont ouverts le score. Pour autant les hommes d’Antoine Kombouaré ne se sont pas décontenancés et ont été les acteurs d’un match héroïque en défense. Après avoir subi de multiples assauts de la part des Italiens, les Canaris ont lancé un contre magnifiquement conclu par Ludovic Blas pour marquer le but égalisateur. Si les supporters Jaune et Vert auront tremblé jusqu’à la toute fin du temps additionnel, le tableau d’affichage restera inchangé et donnera l’occasion aux coéquipiers de Nicolas Pallois de s’offrir une finale à la Beaujoire.

Enfin, le succès du club de la Principauté en terre germanique, a été laborieux. Ouvrant le score suite à un but contre son camp de Hradecky, Monaco est rattrapé grâce à une merveille de Moussa Diaby. Les joueurs de Xabi Alonso vont même reprendre l’avantage, à la suite d’une réalisation de Florian Wirtz, avant que les coéquipiers de Wissam Ben Yedder ne renversent la situation. Krépin Diatta remet les compteurs à zéro, sur une superbe enroulée de son pied gauche.

Les Néerlandais et les Portugais ne font pas mieux

Le résultat acquis jusque-là était déjà bon pour le retour à domicile, seulement Axel Disasi n’était pas de cet avis et a expédié une frappe puissante dans les filets, dans le temps additionnel. Au terme des 90 minutes, L’ASM ressort victorieux 3 buts à 2, et peut se préparer sereinement à la réception de Leverkusen à Louis II jeudi prochain.

Ces bons résultats nantais et monégasques, s’ils permettent d’aborder le match retour avec beaucoup de confiance pour jeudi prochain, renforcent également l’indice UEFA de la France, qui n’a pas trop souffert. Aucun club portugais ou néerlandais n’ayant pas gagné (1 défaite et 1 nul), et les Portugais devant se contenter d’une victoire (Benfica à Bruges en Ligue des Champions) et d’un nul (le Sporting à domicile contre le FC Midtjylland, en Ligue europa), contre une défaite (le PSV Eindhoven à Séville) et un nul (l’Ajax à domicile contre l’Union Berlin) pour les Néerlandais.

Il est à noter que les quatre clubs français sont toujours en mesure de se qualifier, Monaco, Nantes et Rennes sont même en ballotage favorable.

Arnaud Mercière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi