mardi 4 octobre 2022

Cris, Caçapa… ces défenseurs qui ont marqué la défense de l’OL

À lire

Depuis le début des années 2000, l’OL s’est appuyé sur plusieurs charnières performantes. Notre top 5.

N°1 : Cris/Caçapa

C’est LA charnière de référence de l’Olympique Lyonnais. Longtemps associés, mais aussi parfois séparés au gré des blessures de l’un et de l’autre, les deux hommes ont surtout dirigé une défense de fer en 2004/2005. Lors de cette saison, Lyon, sacré champion de France, n’avait encaissé que 22 buts.

N°2 : Edmilson/Müller

Le Brésilien et le Suisse n’étaient ni l’un ni l’autre des monstres athlétiques, mais avaient tous les deux une lecture du jeu exceptionnelle. Sans parler d’une qualité de relance très au-dessus de la moyenne. C’est notamment avec de duo que l’OL a été sacré champion en 2003/2004.

N°3 : Cris/Squillaci

Malgré la présence dans le groupe de Claudio Caçapa et de Patrick Müller, c’est bien Sébastien Squillaci qui a constitué la majeure partie du temps la paire avec Cris en 2006/2007. Ensemble, les deux hommes régnaient dans les airs et terrorisaient tous les attaquants adverses.

N°4 : Bisevac/Umtiti

En 2014/2015, le duo composé de l’expérimenté serbe Milan Bisevac et de l’espoir tricolore Samuel Umtiti était le socle de l’OL d’Hubert Fournier, deuxième du championnat à quelques encablures du PSG.

N°5 : Cris/Boumsong

C’est avec cette charnière que l’OL a atteint le dernier carré de la Ligue des Champions en 2010. Même avec un Cris pas aussi royal que par le passé, l’équipe de Claude Puel avait réussi à éliminer le Real Madrid de José Mourinho en huitièmes de finale (1-0, 1-1).

Marcelo, le nouveau soldat brésilien de l’OL

Juninho : « Marcelo est un joueur qui travaille énormément. C’est un des leaders du groupe. Il a été un exemple quand il a réussi à régler le problème avec nos supporteurs, l’équipe a mieux joué et nous avons aujourd’hui une meilleure relation avec eux. Il a assumé ce leadership, cette situation a été un apprentissage énorme pour lui. C’est important qu’il puisse nous aider car nous

avons de jeunes joueurs. Il s’entraîne comme il joue, c’est un exemple. Il n’y a pas toujours besoin de parler pour donner l’exemple aux jeunes. L’engagement qu’il met tous les jours à l’entraînement est exemplaire, il faut même parfois le freiner. Si on l’avait laissé partir, il aurait fallu acheter un autre défenseur et un défenseur de son niveau coûte cher et peut mettre du temps à s’adapter. »

Jean-Michel Aulas : « Cette prolongation est un grand plaisir, elle donne de la sérénité à l’équipe. Marcelo est un joueur qui donne satisfaction sur le plan du football et des responsabilités. Il a une culture générale, il parle de nombreuses langues, il a des valeurs et c’est pour ça qu’on a pu se mettre d’accord assez rapidement. »

Denayer fidèle au poste

Arrivé à l’OL en 2018, seulement âgé de 25 ans, l’international belge aurait pu avoir des envies d’ailleurs. Au contraire, il a souhaité prolonger entre Rhône et Saône.

En fin de contrat en juin 2022, Jason Denayer a sans doute reçu des sollicitations de plusieurs écuries européennes. L’été dernier, Naples était d’ailleurs venu aux renseignements. Mais, dès le mois d’avril, le Belge avait clairement affiché sa priorité : prolonger à l’Olympique Lyonnais.

« C’est le club qui m’a fait confiance et qui m’a permis d’être stable, a expliqué le défenseur central. C’est normal de lui rendre la pareille ». Un discours qui a dû plaire à Juninho, le directeur sportif ayant déjà exprimé tout le bien qu’il pensait de l’intéressé :

« C’est un joueur qui a beaucoup de qualité. Il ne parle pas trop, mais son attitude est toujours positive. Cela nous donne de la confiance. Jason est un joueur important pour nous et la stabilité défensive est primordiale si on veut gagner des titres. »

D’où le choix de l’OL de toujours miser sur la paire Marcelo/Denayer pour la prochaine saison, malgré les performances remarquées de Joachim Andersen à Fulham. Simplement prêté cette saison, le Danois devrait être définitivement transféré en Premier League au cours du Mercato.

Derrière le duo brésilo-belge, l’OL s’appuiera comme doublures sur le jeune Sinaly Diomandé (20 ans) et l’expérimenté Damien Da Silva (33 ans), recruté à Rennes. A moyen terme, Juninho compte aussi beaucoup sur les espoirs Castello Lukeba (18 ans) et Abdoulaye Ndiaye (19 ans).

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi