jeudi 25 avril 2024

Cyclisme : ASO, la machine de guerre

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Dans un contexte difficile, où les associations peinent à assurer la pérennité des courses, quel rôle joue le groupe ASO (Amaury Sport Organisation), plus grand opérateur du cyclisme mondial ? Comment est-il perçu par les indépendants ? Eléments de réponses avec Dominique Serrano et Eric Marchyllie, organisateurs du Grand Prix de Denain Porte du Hainaut et des 4 Jours de Dunkerque Grand Prix des Hauts de France.

« On ne joue clairement pas dans la même catégorie. Quand nous sommes tous des bénévoles, ils sont pros. ASO est une machine de guerre qui touche des partenaires de dimension nationale quand les nôtres sont, la plupart du temps, de dimension locale ou régionale. On ne peut pas parler de concurrence. Au contraire, comme j’entretiens de bons rapports avec les gens d’ASO, notamment Thierry Gouvenou (directeur de course du Tour, Ndlr) avec qui je suis à la LNC (membre du ROCC, rassemblement des organisateurs de courses cyclistes, Ndlr), on leur demande parfois des conseils. »

Depuis Denain, où il prépare la 65ème édition de son Grand Prix, Dominique Serrano a un regard bienveillant sur la société qui organise le Tour, Paris-Roubaix, Paris-Nice ou le Critérium du Dauphiné, pour 132 jours de compétition par an. Car, même si sa réalité de bénévole est loin de celle du Groupe Amaury, il considère faire partie du même train.

« Le prestige du Tour de France, la plus grande course du monde, de Paris-Roubaix, la Classique la plus prestigieuse, rejaillit forcément sur nous. A ce titre, ASO agit comme une locomotive en tirant les wagons que nous sommes. Le Grand Prix de Denain est un bon exemple de cette synergie car, si nous avons acquis une autre dimension depuis trois ans, en passant en ProSeries, c’est aussi parce que nous sommes programmés juste avant Paris-Roubaix et que nous avons instauré des pavés sur notre parcours. »

Le son de côche est à peu près le même chez Eric Marchyllie, président des 4 Jours de Dunkerque depuis 2022. Et pas seulement parce qu’il a longtemps travaillé avec ASO sur le Tour, en tant que responsable sponsoring de Carrefour.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans votre mag

« ASO agit comme une locomotive en tirant les wagons que nous sommes »

« L’an dernier, sur les 4 Jours, j’ai eu un problème avec un fournisseur. J’ai sollicité ASO pour qu’ils m’aident, trois jours après, c’était réglé ! » Le réseau et la puissance de frappe de la société basée à Boulogne-Billancourt n’ont pas d’équivalent. « On a tout intérêt à travailler en bonne intelligence avec ce que je considère être la locomotive du cyclisme français, poursuit Eric Marchyllie. Si elle n’était pas là, on ne pourrait pas avancer aussi vite. »

Pour ce spécialiste de marketing à la retraite, les plus petites structures qui peinent à boucler leur budget, à recruter et à fidéliser des bénévoles, doivent s’en inspirer. « Je ne nie pas qu’il y a des difficultés, mais lorsqu’on sollicite les organisateurs pour faire remonter les infos, beaucoup ne répondent même pas car ils veulent rester en autonomie complète. C’est une grosse erreur. »

Quand j’entends aussi certains organisateurs de courses d’un jour se plaindre, je me demande s’ils font tout pour se rendre attractifs, pour attirer les bénévoles et monter leur niveau d’exigence, pour faire vivre leur épreuve toute l’année à travers des événements et des manifestations diverses. Il ne faut pas rester dans son coin, mais aller au contact des partenaires, des institutions, des écoles de commerce, comme nous l’avons fait cette année pour créer une fan-zone ».

A 70 ans, le boss des 4 Jours de Dunkerque est un adepte convaincu du « savoir-faire et du faire-savoir ». Cinq minutes après l’avoir quitté, on recevait un mail qui annonçait un nouveau partenariat entre son épreuve et le groupe Eiffage. De la théorie à la pratique, il poussait ses homologues à faire preuve d’ouverture. Histoire de remonter le train et de se rapprocher de la locomotive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi