samedi 8 octobre 2022

Cyclisme : Les plus grandes rivalités de l’histoire

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Le cyclisme a toujours offert des moments où la compétition laissait place à une rivalité hors norme entre certains coureurs. Au point d’offrir des instants uniques qui ont permis d’écrire les plus belles pages du vélo. Petit d’horizon sur ces rivalités de la « Petite Reine ».

GINO BARTALI / FAUSTO COPPI

Née dans les années 40, cette rivalité entre Gino Bartali et Fausto Coppi tiendra en haleine toute l’Italie pendant de nombreuses années, au point de diviser le pays. Au départ simple coéquipier, Coppi, le talentueux et rebelle, a tout de suite été capable de suivre Bartali, le besogneux et le pieux.

A eux deux, ils pèsent 12 grands Tours dont 4 podiums en commun. Mais Coppi a su prendre la mesure de Bartali au fil des années avec notamment des victoires mémorables sur le Giro et le Tour 1949. Pendant quasiment 15 ans, entre 1940 et 1954, ils ont été capables de se surpasser pour battre l’autre. Aujourd’hui, la Semaine internationale Coppi et Bartali les unit à travers une course connue et reconnue.

JACQUES ANQUETIL / RAYMOND POULIDOR

Dans les années 60, Jacques Anquetil est la référence du cyclisme mondial. Il y remportera ses 5 Tours de France. Mais, face à lui, Raymond Poulidor gagne l’admiration et l’amour du public. La folie « Poupou » prenant souvent le dessus sur les fans de « Maître Jacques ». Le Tour de France 1964 étant le point d’orgue de cette rivalité.

Avant l’arrivée à Paris, Poulidor domine Anquetil au Puy de Dôme, lui reprenant du temps mais le dernier chrono au Parc des Princes reviendra à Anquetil qui enlèvera son 5ème maillot jaune. La France aura vibré grâce à eux. Elle s’est disputée pour eux, mais elle aura connu deux grands champions.

EDDY MERCKX / ROGER DE VLAEMINCK

Tout au long de sa carrière, Eddy Merckx a été l’homme à battre. Les adversaires n’ont pas manqué au Cannibale, mais sa rivalité avec Roger De Vlaeminck a toujours fait vibrer la Belgique.

De Vlaeminck refusant même dans sa carrière de rejoindre l’équipe de Merckx pour continuer à écrire sa légende, seul. On parle même de la déception de De Vlaeminck quand celui-ci gagnait et que Merckx ne terminait pas deuxième ! Après plusieurs années de lutte et de bataille, les deux ennemis laisseront le respect prendre le dessus à jamais.

LOUISON BOBET / JEAN ROBIC

Le duel de Bretons a été l’un des moments importants du cyclisme français dans les années d’après-guerre. Si, au final, Louison Bobet a su prendre le dessus tout au long de sa carrière, c’est Jean Robic qui avait marqué les esprits lors de sa victoire du Tour 1947. Un Tour que n’avait pas fini Bobet, victime d’une chute. Mais Robic aura du mal à trouver la lumière par la suite.

LUIS OCANA / EDDY MERCKX

Dans les années 70, l’Espagnol rivalise avec le Belge. Mais, face à Merckx, il ne parvient pas à prendre le dessus. Il remportera bien le Tour 1973 mais, pour cette édition, le Cannibale est absent. Au fur et à mesure des années, Ocana fera même un complexe devant Merckx, laissant Bernard Thévenet devenir le premier coureur à faire tomber Merckx sur le Tour.

BERNARD HINAULT / JOOP ZOETEMELK

Le Français l’a toujours dit. Pour lui, son plus grand rival a été Joop Zoetemelk. Le Néerlandais a mis du temps pour remporter le Tour de France en 1980, mais il a toujours été capable de se surpasser pour jouer les premiers rôles. Dauphin d’Hinault en 1978 et 1979, il avait tout de même vu le Français se surpasser pour le battre.

GREG LEMOND / BERNARD HINAULT

L’Américain a été le coéquipier du Français durant les dernières années de sa carrière. Et avec La Vie Claire, Greg LeMond a tout mis en œuvre pour réussir à remporter le Tour de France, mais il aura dû attendre la retraite du Français pour s’imposer. Mais l’image des deux coureurs sur la ligne a prouvé que la rivalité pouvait basculer en amitié.

LAURENT FIGNON / GREG LEMOND

La rivalité entre Fignon et LeMond sera toujours représentée par les 8 secondes qui séparaient le Français et l’Américain lors de la victoire de ce dernier sur le Tour 1989. Mais elle aura permis de vivre une grande émotion et une image forte de l’histoire du Tour.

ERIK ZABEL / MARIO CIPOLLINI

Ils ont dominé le sprint dans les années 90. Si l’Allemand a collectionné les maillots verts du Tour de France, Mario Cipollini brillait sur les sprints pour devenir l’un des chouchous du public. Avec 57 étapes remportées sur les grands Tours, l’Italien n’a pas de quoi rougir.

ARNAUD DÉMARE / NACER BOUHANNI

Après s’être connu à la FDJ, Arnaud Démare et Nacer Bouhanni ont appris à ne pas s’apprécier. Parti pour s’émanciper en 2015, le Spinalien continuait à mener la vie dure au Beauvaisien comme sur le Tour 2017 où les deux coureurs s’étaient frottés un peu trop. Et la rivalité devrait encore continuer dans les prochaines années.

TOM BOONEN / FABIAN CANCELLARA

C’est l’une des plus grandes rivalités sur les Classiques et notamment ParisRoubaix. Si le Belge en a remporté 4, le Suisse en compte 3. Au début des années 2000, ils étaient toujours les favoris pour la victoire des Classiques flandriennes.

CHRIS FROOME / BRADLEY WIGGINS

Si Bradley Wiggins a remporté le Tour 2012, personne n’a oublié le rôle de Chris Froome dans ce succès. Plus fort que son coéquipier de la Sky à l’époque, il avait fallu gérer la relation tendue entre les deux. Tout le mérite étant celui du regretté Nicolas Portal.

MARK CAVENDISH / ANDRÉ GREIPEL

Ils ont été coéquipiers avant de connaître une grande carrière, chacun de son côté. Tout est parti d’une victoire de Greipel devant Cavendish alors que ce dernier était son leader. C’était en 2008 avec High Road mais ensuite les deux coureurs feront tout pour battre l’autre, surtout après le départ de l’Allemand chez Omega Pharma-Lotto en 2011.

TADEJ POGACAR / PRIMOZ ROGLIC

Ils sont compatriotes, mais le jeune Tadej Pogacar fait de l’ombre à Primoz Roglic. Même si ce dernier ne fait que vanter les mérites du double vainqueur du Tour 2020-2021, il est évident que la rivalité ne fait que commencer entre les deux.

WOUT VAN AERT / MATHIEU VAN DER POEL

Ce pourrait bien être la future rivalité des années à venir même si Bernal ou encore Evenepoel feront tout pour la contrarier. Mais entre le Belge et le Néerlandais, c’est une longue histoire qui remonte à leurs années en cyclo-cross et VTT. Et cela devrait encore continuer…

Les plus grandes rivalités de l’histoire à retrouver dans Cyclism Magazine.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi