lundi 4 mars 2024

Cyclisme : les secrets de TotalEnergies pour retrouver son rang

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Emmenée par certains coureurs prometteurs et en pleine évolution, l’équipe vendéenne va chercher en synergie à être constante en augmentant son quota de victoires.

Les chiffres ne mentent pas. Avec 15 victoires en 2022, TotalEnergies a fait moins bien en 2023 avec seulement 8 succès. L’un des directeurs sportifs Lylian Lebreton dresse le bilan sans détour.

« On sort d’une saison contrastée. Sur un plan comptable, on a connu des années meilleures. Sur un aspect plus marqueur, des coureurs comme Mathieu Burgaudeau, Sandy Dujardin, Dries Van Gestel, sont passés par de très belles et très bonnes performances. Même si l’équipe n’a pas obtenu autant de victoires que lors des années précédentes, ces coureurs nous laissent croire que l’équipe continue d’évoluer. »

« Ce groupe de jeunes progressent d’année en année. On sent qu’ils vont bientôt arriver à maturité et être très performants. Mathieu Burgaudeau, notamment, je l’espère, va aborder 2024 avec beaucoup de confiance et beaucoup d’ambition. Avec la conviction qu’il peut remporter de très belles courses. En résumé, ce groupe s’est bonifié, mais cela ne s’est pas forcément vu de près. Cependant, au cœur de l’équipe, on sent que certains coureurs continuent d’évoluer. Ce-la nous motive pour 2024. »

À LIRE AUSSI : toute l’actualité de l’équipe française en ligne

Le challenge de Cras sur le Tour

Force est de constater que les objectifs ne vont pas manquer la saison prochaine. En particulier pour un coureur belge. « L’équipe va essayer de faire une très belle entame de début de saison, concède Lebreton. Le premier grand point de passage sera Paris-Nice où on essaiera de remporter une étape. En toile de fond, le grand challenge sera d’amener l’équipe la plus performante possible pour le Tour de France. »

« Cela reste l’enjeu principal de chaque équipe française. Ce sera d’ailleurs l’objectif n°1 de l’année de Steff Cras. Faire aussi bien pour lui que sur la Vuelta (le Belge avait fini 11ème, Ndlr) peut paraître ambitieux. Ce sera en tout cas le fil conducteur de l’équipe en ce qui le concerne, à savoir faire le meilleur classement général possible sur le Tour ».

« Globalement, on essaiera sur cette épreuve d’être le plus régulier possible sans connaître de jour sans, de ne pas exploser une journée et de ne pas avoir de pépins. Malheureusement pour Steff il est tombé sur l’étape à Limoges (la 8ème, Ndlr) sur le Tour. Sans cela, il aurait pu peut-être demeurer une des révélations du Tour de France. »

« Pour le reste, on va tenter de mettre Pierre Latour dans un registre différent. En le déchargeant davantage des classements généraux. Il sera plus orienté sur une course de mouvement dans laquelle il prend plus de plaisir. Cela devrait lui enlever du poids ».

Chez TotalEnergies, il est clair qu’on a pour ambition de se recentrer sur la formation et les Français en particulier. « Des jeunes arrivent avec les Dujardin, Bonnet, Vercher, Jousseaume entre autres. Ce sont des coureurs qui doivent prendre leur place. Ils vont avoir un calendrier adéquat pour pouvoir prouver ce qu’ils valent et prendre leur saison à bras le corps en étant performants très rapidement ». Si tous ces ingrédients sont réunis, l’équipe TotalEnergies devrait carburer !

Les mouvements

Arrivées : Boniface (Vendée U), Gachignard (St-Michel-Mavic-Auber 93), Jegat (CIC U Nantes Atlantique), Vadic (Vendée U)

Départs : Bodnar (retraite), Cabot (St Michel-Mavic-Auber 93), De La Parte Gonzalez (Euskaltel-Euskadi), Oss (Gravel), Sagan (RRK Group-Pierre BaguetteBenzinol)

La recrue : Gachignard, le couteau suisse

Jeune coureur français prometteur, Thomas Gachignard (23 ans) s’est engagé avec TotalEnergies pour les deux prochaines saisons. Ce Niortais, Sarthois d’adoption, arrive tout droit de l’équipe Saint-Michel Auber. Vivre une nouvelle expérience dans sa nouvelle équipe, le ravit :

« Cette signature représente pour moi le résultat de beaucoup de sacrifices, a-t-il expliqué sur le site de sa nouvelle équipe. J’ai réalisé pas mal de petits résultats et mon objectif était donc de passer dans une Pro Team. Je suis très heureux de signer dans le Team. En ce qui concerne mes objectifs, ils seront d’aider un maximum l’équipe à rapporter des victoires sur n’importe quel type de courses. J’aimerais faire un maximum de belles places en étant évidemment régulier ».

Dans les colonnes de Ouest France, ce même coureur a avoué « apprendre à se découvrir. Je suis un peu couteau suisse à être un peu partout. Les Flandriennes, les Ardennaises, les courses par étapes, en fait pratiquement tout… ».

Les plus

  • Cras est un coureur qui progresse énormément. Il a pris une nouvelle dimension depuis la dernière Vuelta (il s’est classé 11ème).
  • Beaucoup de jeunes coureurs talentueux se trouvent dans l’équipe. Certains pourraient surprendre agréablement en 2024.
  • Mathieu Burgaudeau est paré pour faire de très belles performances.

Les moins

  • Au niveau des statistiques, TotalEnergies accuse un déficit de victoires entre 2023 et 2022. Il va falloir essayer de gagner davantage.
  • Peter Sagan est parti. Il a servi de point de référence aux plus jeunes en les décomplexant.
  • Pierre Latour (30 ans) a le potentiel pour faire bien mieux. Vainqueur d’une étape sur la Vuelta en 2016, il n’a plus levé les bras depuis 2021 (sur une étape du Tour des Asturies).

À LIRE AUSSI : vos mags vélo en vente ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi