mercredi 29 mai 2024

Cyclisme : qui sont les favoris sur les grands tours ?

À lire

A l’aube de la saison 2022, bon nombre de formations ont connu des renforts de choix. Plusieurs équipes sont allées récupérer des stars du peloton sur le marché des transferts. Retour sur les transferts qui peuvent changer la donne.

Les leaders du peloton

Retour au bercail pour Vincenzo Nibali. A 37 ans, le Requin de Messine évoluera sous les couleurs de son ancienne équipe Astana. Avec la formation kazakhe, l’Italien avait notamment survolé le Tour de France 2014 avec 4 victoires d’étapes et le maillot jaune.

Un autre revenant l’accompagne, Miguel Angel Lopez. Le Colombien, vainqueur de l’étape du col de Loze sur la Grande Boucle 2020 sous les couleurs d’Astana, s’était engagé l’année suivante avec Movistar.

Après un début de saison timide, il était venu plein d’ambition sur la Vuelta. Au contact des meilleurs, il avait remporté une étape au sommet. En fin de troisième semaine, il était toujours sur le podium, mais pendant la 20ème et avant-dernière étape, il n’a pas pu répondre à une accélération des autres favoris Primoz Roglic, Adam Yates et Enric Mas son coéquipier.

Lopez a perdu plus de 4 minutes. Fou de rage, il finit par jeter l’éponge. Une attitude jugée inadmissible qui lui coûtera sa place au sein de la formation espagnole. De retour chez Astana, il aura sûrement à cœur de se racheter.

Du côté de la Bora, après avoir laissé partir son coureur emblématique en la personne de Peter Sagan, l’équipe se devait de réagir. La formation allemande est allée dénicher trois étoiles montantes à commencer par Jai Hindley. Excoéquipier de Romain Bardet chez DSM, l’Australien de 25 ans s’était révélé en terminant 2ème du Giro 2020.

Pogacar, le grand favori

Sergio Higuita rejoint lui aussi les rangs de la Bora. Celui qui avait arraché une victoire d’étape sur la Vuelta 2019 vient à 24 ans avec la ferme attention de confirmer tous les espoirs placés en lui. Pour compléter ce trio, Alexandr Vlasov a fait le voyage direction la formation germanique.

Le Russe de 25 ans était l’un des leaders désigné d’Astana. En rejoignant la Bora, il espère changer de dimension. Son manager général Ralph Denk, n’en pense pas moins :

« Vlasov est certainement l’un des plus grands talents pour les courses à étapes. Et, à moyen terme, l’objectif avec lui est d’aller chercher le Tour de France. »

Le départ de Sergio Higuita d’EF Education a poussé la formation américaine à s’entourer de sang neuf. Esteban Chaves rejoint Rigoberto Uran. Tous les deux habitués des grands Tours, les deux grimpeurs colombiens peuvent être de redoutables adversaires sur les sommets. UAE Team Emirates, la formation du double vainqueur de la Grande Boucle Tadej Pogacar, a recruté du lourd.

João Almeida arrive de la Quick Step. Le grimpeur portugais de 23 ans débarque plein d’ambition après s’être révélé sur le Giro 2020. « J’attends avec impatience ce nouveau chapitre de ma carrière et de ma vie. Je sens que le passage à UAE-Team Emirates arrive au bon moment et je suis sûr que je serai heureux ».

Les coureurs à suivre

Très active, l’équipe Astana s’est attachée les services de Gianni Moscon. Transfuge d’Ineos, celui qui est passé tout près de la victoire sur Paris-Roubaix l’an dernier sera l’une des nouvelles têtes d’affiche de la formation d’Alexandre Vinokourov.

Sans victoire sur le Tour depuis 2008, l’équipe française Cofidis espère rompre cette série noire avec le recrutement d’Ion Izagirre. Triple champion d’Espagne et vainqueur d’étapes sur les trois grands Tours, le Basque de 32 ans vient épauler Guillaume Martin, mais pas que :

« J’aurai un double rôle dans l’équipe, celui d’épauler Guillaume Martin et Jesus Herrada sur les grands Tours et, dans le même temps, celui d’endosser un rôle de leader sur les courses par étapes d’une semaine. »

Dès l’instant où a été annoncée la signature de Michael Storer chez Groupama-FDJ, le grand public s’est posé la question : mais qui est-il ? Après une victoire sur la dernière étape et le général du Tour de l’Ain fin juillet, cet Australien de 24 ans a remporté ultérieurement deux étapes sur le Tour d’Espagne ainsi que le maillot blanc à pois bleus de meilleur grimpeur.

Un recrutement qui s’avère être un pari sur l’avenir, mais qui a l’allure d’une bonne pioche. L’équipe DSM a subi un nombre important de départs. Pour y pallier, la formation de Romain Bardet a décidé de s’appuyer sur l’expérience de John Degenkolb. Vainqueur sur les trois grands Tours, mais aussi de Milan-San Remo et Paris-Roubaix 2015, l’Allemand de 33 ans vient pour se relancer et s’épanouir dans une équipe offensive. Après s’être attaché les services de Christopher Froome en 2020, l’équipe Israel Start-up Nation a recruté une nouvelle star.

Jakob Fuglsang a 36 ans et presque 10 ans passés chez Astana, l’ancien vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, du Tour de Lombardie et du Critérium du Dauphiné rejoint sa nouvelle formation pour trois ans. L’équipe Jumbo Visma compte désormais dans ses rangs le podium complet des derniers JO de contre-la-montre.

Les outsiders qui veulent embêter UAE Emirates

A Tokyo, Primoz Roglic s’était imposé devant son coéquipier Tom Dumoulin et Rohan Dennis encore en contrat avec Ineos à l’époque. Mais le rouleur australien a rejoint les tuniques jaunes de la Jumbo pour deux ans. De quoi faire tourner la tête à toutes les formations en cas de chrono par équipes !

« J’ai hâte de démarrer cette aventure dans une des équipes les plus développées dans le domaine recherche et développement ». Après Ineos et Jumbo, c’est UAE qui a créé sa super équipe.

Dominante par l’intermédiaire de Tadej Pogacar, l’équipe n’a que très rarement impressionné collectivement à l’inverse de ses deux rivales. Pour ce faire, Marc Soler, qui a plié bagages chez Movistar, rejoindra l’équipe la saison prochaine.

En plus de cela, l’expérimenté George Bennett, moins en vue chez la Jumbo, vient compléter un effectif déjà bien garni. Suite au départ prématuré de Miguel Angel Lopez et Marc Soler, la Movistar a dû se réorganiser. La formation espagnole s’est attachée les services d’Ivan Sosa.

Le grimpeur colombien de 24 ans arrive en provenance d’Ineos avec l’ambition de démontrer toutes ses qualités. L’équipe américaine EF Education s’est laissée séduire par Odd Christian Eiking.

Le Norvégien avait créé la surprise sur la dernière Vuelta en conservant le maillot rouge de leader pendant sept jours avec Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux. La Bahrain-Victorious a recruté le vétéran Luis Léon Sanchez. L’Espagnol s’envole pour ce qui pourrait être sa dernière aventure, lui, qui à 38 ans, a connu de grandes victoires sur Paris-Nice notamment.

Les sprinteurs en vogue

Le transfert de l’intersaison, c’est bien celui de Peter Sagan. Le triple champion du monde, vainqueur de Paris-Roubaix, du Tour des Flandres, de 7 maillots verts à Paris entre autres a quitté la Bora pour TotalEnergies. Un choix qui peut paraître surprenant, mais il a été très clair chez l’un de nos confrères :

« Quand j’ai rejoint Bora-Hansgrohe en 2016, on en parlait aussi comme d’une petite équipe. En quelques années, elle a acquis cette importance que vous lui connaissez ».

Jean-René Bernaudeau mise sur la star slovaque pour faire changer de dimension son écurie. Sagan n’est pas le seul sprinteur perdu par Bora. Pascal Ackermann aussi s’en va. L’Allemand de 28 ans s’est engagé avec UAE. Désireux de vite oublier Peter Sagan et Pascal Ackermann, Bora a jeté son dévolue sur un ancien de la maison.

Sam Bennett fait son retour dans l’équipe après un premier passage entre 2017 et 2019. L’Irlandais sort d’une saison compliquée avec la Deceuninck due à des blessures et ponctuée par des conflits internes qui ont parasité la bonne entente avec son directeur Patrick Lefevere.

Viviani, Sagan, un goût de revanche

A 31 ans, le vainqueur du maillot vert 2019 espère pouvoir se relancer dans un environnement familier. Un nouveau retour, cette fois-ci du côté d’Ineos avec Elia Viviani.

Après un passage raté du côté de Cofidis et à maintenant 32 ans, le sprinteur italien va redécouvrir la formation britannique qu’il avait déjà côtoyée entre 2015 et 2017. Il a signé un contrat jusqu’en 2024. Champion d’Europe en 2019 et surtout vainqueur d’étapes sur les trois grands Tours, Elia Viviani a expliqué vouloir

« continuer à gagner un maximum, car c’est le boulot d’un sprinteur », mais également de « passer le flambeau aux jeunes talents de l’équipe ». Le vétéran Alexander Kristoff quitte l’UAE pour IntermarchéWanty-Gobert Matériaux. Son ancien coéquipier chez Katusha et actuel directeur sportif Valerio Piva a le sourire :

« Kristoff sera important, car il va monter notre niveau sur les Classiques et aussi sur certains sprints ». Après trois années chez Qhubeka, Giacomo Nizzolo, le sprinteur italien s’est engagé avec Israel Start-Up Nation. En proie à de grandes difficultés financières, la formation sud-africaine a dû se séparer de son meilleur sprinteur ancien champion d’Europe en 2019.

Les Français ont une carte à jouer

La Groupama FDJ poursuit sa stratégie en s’offrant les services de Quentin Pacher. Le Français arrive en provenance de B&B Hotels. « Courir à côté de grands coureurs comme Gaudu ou Pinot ne peut que me permettre de progresser ».

Un autre départ majeur du côté de B&B Hotels, celui de Bryan Coquard pour Cofidis. Après quatre ans en Bretagne, le sprinteur français s’en va rouler dans la formation de Cédric Vasseur.

« C’est une grande joie de rejoindre l’équipe Cofidis. Les discussions que j’ai pu avoir avec Cédric m’ont convaincu. J’ai très envie de disputer des courses prestigieuses comme Milan-San Remo, l’Amstel Gold Race et évidemment le Tour de France. »

Après deux saisons galères chez AG2R, Tony Gallopin espère retrouver du plaisir au sein de son ancienne équipe Trek-Segafredo.

« J’ai une grosse motivation. J’ai eu beaucoup de malchance ces deux dernières années, donc je veux d’abord être de retour à mon meilleur niveau et retrouver la grinta pour jouer pour la victoire. Les deux dernières années ont été difficiles, donc ça fait du bien d’avoir cette équipe qui croit en moi car je suis sûr que je peux me battre de nouveau dans les plus grandes courses », a-t-il confié.

Christophe Laporte change de dimension. Le Français s’est engagé avec la Jumbo Visma. Il viendra appuyer Wout Van Aert sur les classiques. A 29 ans, il estime pouvoir encore progresser.

Tual Fichaut

Cyclisme_Sport_Vélo


Ne manquez-pas, Le GUIDE de la SAISON 2022en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi