jeudi 20 juin 2024

Derrick Gordon (BC Apollon Limassol), fait son coming-out

À lire

Joueur prometteur, mais jamais drafté, Derrick Gordon (29 ans) a été le premier joueur NCAA à faire son coming-out. Parallèlement à sa carrière, il jouait cette saison au BC Apollon Limassol à Chypre -, il milite afin que d’autres sportifs suivent son chemin.

Après une saison à Chypre, à Limassol, Derrick Gordon est retourné à Los Angeles pour parfaire sa condition et espère décrocher cet été un nouveau contrat en Europe. Mais le joueur américain de 29 ans a aussi d’autres objectifs en dehors de sa carrière sportive, il se bat contre l’homophobie et pour faire avancer les choses, notamment dans le sport.

Il n’a pas hésité à faire son coming-out publiquement en 2014 après en avoir parlé à sa famille et ses coéquipiers. Il devient alors le premier basketteur de 1ère division de NCAA à révéler publiquement son homosexualité tout en étant encore joueur, inspiré par Jason Collins, premier joueur NBA qui avait parlé de son homosexualité :

« Je ne voulais plus le cacher, il fallait que j’en parle, que je ne garde plus ce secret en moi. J’espérais qu’un autre basketteur NCAA le fasse avant moi, je ne voyais rien venir et un jour je me suis dit : « Pourquoi ne serais-je pas le premier à le faire ? »

Gordon espérait une parole libérée plus tôt

Libéré, il a poursuivi sa carrière en NCAA puis en Europe. Jusqu’à la saison dernière, il n’avait jamais reçu de remarque désobligeante mais, en décembre, lors d’un match du championnat chypriote, un adversaire a franchi les limites en le traitant de tapette :

« Ce joueur n’arrêtait pas de parler, j’ai répondu. Sur une action, je suis tombé et il m’a traité de tapette. Je lui ai dit : « Qu’estcequetuasdit? »etill’arépété.Çaaété un gros choc pour moi. Personne ne m’avait jamais dit ça face à face. Je ne pouvais pas croire ce que j’avais entendu. J’espérais qu’il dise autre chose, mais finalement non… »

Blessé, il ne se laissera pas abattre et postera un message sur les réseaux sociaux où il révèlera l’affaire : « Grande victoire aujourd’hui, mais se faire appeler tapette durant le match par un des autres joueurs de l’équipe est une honte et ne devrait pas être permis dans les sports professionnels. Je serai toujours aux côtés de ma communauté peu importe ce qui peut être dit. »

Cette attaque malsaine lui a donné encore plus de force pour se battre contre l’homophobie. Habitué à se battre sur les parquets, cela ne lui fait pas peur.

Retrouvez cet article ainsi que toute l’actu du basket dans le magazine France Basket, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi