samedi 28 janvier 2023

DSM : les champions s’en vont, Romain Bardet seul leader

À lire

Les départs de la révélation de la saison, Arensman, ainsi que des deux Andersen témoignent de certaines limites financières, sans (encore) remettre en cause les ambitions de l’équipe batave DSM autour de l’expérimenté Bardet et de l’espoir Brenner, symbole prometteur de la plus jeune équipe du World Tour.

Irrégulière et victime d’un vrai manque de profondeur de son effectif, la team DSM a tout de même assuré l’essentiel en se maintenant en World Tour, notamment grâce aux points acquis en 2020 (16 victoires), la meilleure de ses trois dernières années comptant pour le classement UCI. Avec 11 victoires en 2022, le changement de sponsor principal de 2021 semble avoir été digéré, mais sans permettre encore aux coureurs de Kemma de prétendre jouer les premiers rôles aussi souvent que sous bannière Sunweb.

Pourtant, en 2022, tout avait bien commencé lors d’un Giro que Bardet aurait pu espérer gagner avant son abandon, et où Arensman et Dainese, dans des registres différents, surent tirer leur épingle du jeu. Les 6èmes place de Bardet sur le Tour et d’Arensman sur la Vuelta, le bel état d’esprit manifesté par Brenner, trois fois échappé et 5ème aux Penas Blancas, ont assuré le minimum vital et permis de se projeter avec davantage d’ambition sur 2023. Le point noir de la saison restera la grande discrétion dans les Classiques où l’absence de train et (ou) de puncheur n’a jamais permis à Dainese de faire parler sa pointe de vitesse.

L’année de Brenner ?

Déjà entamée la saison passée, la restructuration de l’équipe se poursuivra en 2023 à l’instar du renouvellement du staff (quatre arrivées pour trois départs) qui doit confirmer une nouvelle façon de travailler sous forme de blocs et de spécialités sprints, classiques, classements généraux des grands Tours afin de gagner en efficacité pour les trois entités du Team DSM, en World Tour, en Development avec l’objectif de former ses futurs champions, et chez les féminines.

Pour assumer la responsabilité du staff sur les courses, le manager général, Rudy Kemma, a recruté un Français déjà passé par l’équipe entre 2011 et 2015, transfuge de Cofidis, Christian Guiberteau, ainsi que Callum Ferguson pour les pros, Joey van Rhee et Kelvin Dekker arrivant chez les jeunes et les féminines en remplacement de Marcel Sieberg, Huub Duijn et de Boris Zimine.

DSM forcé de se renouveler

Ce renouvellement fait échos à un recrutement axé sur la jeunesse et qui a notamment vocation à accompagner la montée en puissance de Marco Brenner. L’espoir allemand de 20 ans a bien l’intention de confirmer en 2023 comme il l’a révélé au média germanique Radsportnews :

« J’ai bien évolué et beaucoup appris en 2022, physiquement et mentalement. Cela me donne beaucoup de confiance pour l’année prochaine. Et en tant que leader, je veux aussi prendre plus de responsabilités. Les longs cols et les contre-la-montre sont des choses sur lesquelles j’aimerais travailler. »

Plus que jamais tournée vers la formation et la valorisation de son équipe Development, la Team DSM aura du mal à rebondir plus haut tant qu’elle ne parviendra pas à conserver davantage ses meilleurs produits. Saison après saison, d’Hirschi à Storer, en passant par Hindley, Oomen, Arensman ou Soren Kragh Andersen, l’hémorragie de départs ne se tarit pas faisant craindre le même destin à un Marco Brenner sous contrat jusqu’en 2024.

D’ici là, le salut passera encore par la régularité de Bardet sur les grands Tours, par l’expérience de Degenkolb, Leknessund et d’Arndt sur les Classiques et les courses d’une semaine, en espérant que les recrues, Edmonson et Van Uden, permettent enfin à Dainese de retrouver le goût d’une victoire qui le fuit depuis la 11ème étape du Giro en mai dernier.

La recrue : Vanhoucke au rebond

A 25 ans, le puncheur belge ouvre une nouvelle page d’une carrière jusqu’à présent limitée à Lotto Soudal. Dans l’incapacité de sauver son équipe de la descente, Harm Vanhoucke cherchera à rebondir dans un contexte différent avec peut-être pour lui l’occasion de découvrir le Tour de France, après trois Giro et deux Vuelta. Il sera surtout en quête d’un premier succès chez les pros.

Transferts

Arrivées : Bevin (Israel Premier Tech), Dinham (BridgeLane Team), Edmondson (BikeExchange Jayco), Flynn (Tudor
Pro Cycling), Vanhoucke (Lotto Soudal), Andresen (DSM Development), Milesi (DSM Development), Onley (DSM Development), Poole (DSM Development)

Départs : Bol (B&B Hotels), Denz (BORAhansgrohe), Pedersen (Soudal Quick Step), Asbjorn Kragh Andersen (retraite), Soren Kragh Andersen (Alpecin-Deceuninck), Donavan (Q36.5 Cycling Team), Arensman (INEOS Grenadiers), Arndt (Bahrain Victorius)

Tom Boissy

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi