mercredi 5 octobre 2022

Dunkerque : une petite révolution pour des objectifs ambitieux

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Après le départ de lʼemblématique entraîneur Patrick Cazal, le club nordiste de Dunkerque rentre dans une nouvelle ère, mais veut avancer avec des objectifs concrets et affirmés.

Un vent nouveau souffle au sein du club nordiste. Patrick Cazal, coach historique de l’USDK, a laissé sa place à Franck Maurice, l’ancien entraîneur de Nîmes et Tarik Hayatoune celui de Limoges. « La préparation s’est très bien passée, se félicite Tarik Hayatoune. On a bien débuté. On a effectué deux premières bonnes semaines pleines de qualité, d’investissement et d’envie ». S’il y a donc de nouvelles têtes de gondole au sein de la direction sportive de Dunkerque, les fondamentaux sont clairement pensés et établis :

« On travaille en binôme. L’avantage de fonctionner ainsi nous permet pour chacun et par moments d’avoir cette possibilité d’intervenir de manière plus individualisée. On peut aussi s’adresser aux joueurs de manière plus individuelle, plus directe, plus précise. Et quand un anime la situation en général, l’autre est plus centré sur le joueur. C’est de l’individualisation et de l’alternance » avance Franck Maurice.

« C’est une expérience choisie par tous les deux, reprend Tarik Hayatoune. Notre volonté de travailler ensemble a été émise avant que l’on soit tous les deux en contact avec Dunkerque. Avec Franck, on se connaît depuis 15 ans ».

Dunkerque a des objectifs européens

Evoquons maintenant le terrain et les objectifs. Quels sont-ils ? « L’objectif est de retrouver la première moitié de tableau, ne cache pas Franck Maurice. On a un plan construit sur plusieurs saisons. Beaucoup d’équipes se sont renforcées. Beaucoup de formations se retrouvent dans notre position. Elles ont aussi l’ambition d’être dans la première moitié. Et pourquoi pas à terme d’aller chercher des places européennes. Ces places sont dures à décrocher car moins nombreuses que ce qu’elles étaient les années précédentes. »

« Le nombre de formations qui y prétendent sont elles plus conséquentes. On veut être une équipe de caractère, régulière, qui compte dans ce championnat. Cela se construit avec patience, dans l’ordre et avec beaucoup de rigueur. Mon expérience à Nîmes me l’a apprise. Ce qui peut faire notre force, c’est l’enthousiasme. Cela ne nous interdit rien. On veut voir aussi une qualité de jeu, un groupe, un caractère, une image reproductible de saison en saison. Créer la surprise cette année, mais ne pas être capable de refaire cela ensuite ne m’intéresse pas. »

L’ancien entraîneur de Nîmes reste bien conscient que les attentes sont fortes : « C’est pour cela qu’on a fait appel à nous. Les dirigeants n’ont pas remarqué que la ligne d’arrivée, mais aussi le parcours. »

« On veut être une équipe de caractère, régulière, qui compte dans ce championnat »

« Ce qu’on a en particulier construit à Nîmes, on l’a fait en 8 ans. Ici, on a à la fois le désir d’avoir des résultats de suite, de redonner de l’énergie et une forme d’enthousiasme à l’équipe. On sait aussi que pour fi gurer dans la première moitié du championnat et le haut du classement, cela prend du temps. Cela se gagne quotidiennement dans le travail, dans tout ce qu’on va mettre au jour le jour à l’entraînement, les jours de matches, mais aussi dans la façon dont on a envie de faire bouger les lignes à l’intérieur du club. On est là pour construire, pas une maison en bois ou en paille, mais du solide ».

Quant au recrutement, Dunkerque a cherché à faire les bons choix. « La marge de manœuvre sur l’équipe n’était pas très conséquente rappelle Hayatoune. On avait un groupe sous contrat à 90%. On a voulu ensuite nous renforcer là où cela nous semblait essentiel. On a choisi des profils de joueurs comme Cornelius Kragh. Il n’évoluait pas en France, mais il a beaucoup d’expérience. Sur le profil de Janek Klimkow, le pivot, on espère qu’il sera une belle surprise même s’il a encore beaucoup de choses à apprendre et à travailler. Cela nous semblait aussi important de renforcer le poste de demi centre avec un joueur avec beaucoup d’expérience et de qualités en la personne de O’Brian Nyateu ».

Si toutes les synergies venaient à bien se combiner l’USDK pourrait en surprendre plus d’un !

La recrue : Franck Maurice fera-t-il oublier Patrick Cazal ?

Si Patrick Cazal, joueur, a été considéré comme un des meilleurs gauchers de sa génération, double champion du monde en 1995 et 2001, il a aussi été l’entraîneur principal de Dunkerque entre 2011 et 2022, après avoir été adjoint au club notamment de Yérime Sylla. Une tranche de vie qui ne s’efface pas du jour au lendemain. On s’attend en particulier à ce que Franck Maurice, après huit saisons passées à Nîmes, reprenne le flambeau avec brio.

« L’idée n’est pas de comparer Franck Maurice avec Patrick Cazal ou moi-même. Le but n’est pas d’effacer ce qui a été fait. L’histoire écrite avant est présente. On doit s’en servir. Une très belle page a été écrite pendant plus d’une décennie. A nous d’écrire la nôtre avec les meilleurs résultats possibles. On veut essayer de tout construire comme il le faut pour atteindre cet objectif » résume Tarik Hayatoune.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi