jeudi 29 juillet 2021

Dylan Nahi (handball) : « Signer à Kielce, c’est une grande chance »

À lire

Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le jeune ailier gauche international du PSG, Dylan Nahi, est excité à l’idée de porter les couleurs de son nouveau club la saison prochaine. Le joueur de 21 ans a signé à Kielce en Pologne.

Pourquoi avoir fait le choix de quitter le PSG pour Kielce ?

C’est un choix qui a été fait depuis deux ans pratiquement. C’est une décision personnelle de prise au regard de ma situation à ce moment-là à Paris. Je ne jouais pas beaucoup. Je n’avais pas de certitudes. J’ai préféré jouer l’assurance. Aujourd’hui, je ne regrette pas. Je suis content de ce choix et de ce que Paris m’a apporté.

Dylan Nahi très heureux de son expérience à Paris

Cela a donc été une décision facile à prendre.

Non difficile. D’autant que, quand j’ai décidé, j’étais bien moins mature que maintenant. Mais je suis content de la manière dont les choses ont évolué.

Que savez-vous de ce club de Kielce et de la culture hand de ce pays ?

A Kielce, il y a beaucoup de grands joueurs avec un coach (Talant Dujshebaev) qui a remporté énormément de trophées. Kielce est un club où beaucoup de joueurs aimeraient aller. J’ai la chance d’y aller tout comme d’avoir joué au PSG. Il faut aller au bout de ce qu’on entreprend.

Avez-vous reçu des avis sur ce club ?

Oui j’en ai parlé avec des joueurs qui sont passés par-là et beaucoup avec Nicolas Tournat qui y est actuellement.

Qu’attendez-vous de cette expérience en Pologne ?

De progresser dans tous les domaines. Que ce soit au hand et en tant qu’homme. Il va être intéressant de voir comment je vais m’adapter à d’autres circonstances, dans un autre pays où je n’ai pas grandi. J’ai hâte de voir ce que cela va donner.

« Dika (Mem) est parti à barcelone à peu près au même âge que moi »

N’est-ce pas un peu jeune pour vivre une telle expérience à l’étranger ?

J’ai certes signé à 19 ans à Kielce. C’est sûr, c’est jeune. Mais c’est à faire, à essayer. C’est une carrière, du sport et du plaisir. Il y en a d’autres qui sont partis à l’étranger avant moi. Dika (Mem) est parti à Barcelone à peu près au même âge que moi. On est assez peu à faire cela, mais cela réussit à ceux qui l’ont entrepris. Il faut avoir l’envie de tout gagner aussi.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img