jeudi 13 juin 2024

Dylan Nahi « Kielce veut tout gagner ! »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le jeune ailier gauche de 22 ans a tourné la page de son club formateur, le PSG, pour se concentrer sur les échéances importantes à venir avec son club polonais et l’équipe de France.

Comment ça se passe à Kielce ?

Pour le moment, tout se passe bien. On est bien placé en championnat. On l’est aussi en Ligue des Champions (1er de sa poule après 6 matches, Ndlr). C’est un bon début de saison.

Et comment se passe votre adaptation à la vie polonaise ?

Je m’y suis fait sans trop de problèmes. Les gens sont très gentils. Il n’y a pas de soucis.

Qu’est-ce qui vous a le plus frappé en débarquant à Kielce ?

C’est assez similaire en terme de gestion par rapport à ce que j’ai connu au PSG. J’étais juste content de découvrir ce nouvel environnement, de pouvoir commencer à m’entraîner et de débuter la compétition.

Kielce, une méthode différente du PSG

Au niveau des entraînements est-ce plus intensif ?

Cela reste quand même une culture assez différente. Ce qu’on fait en musculation et dans la salle de gym, ce n’est quand même pas la même chose. On ne travaille pas de la même façon. Mais au niveau handball à proprement parler, il y a quand même des similitudes. Il y a un coach espagnol (Talant Dujshebaev, Ndlr). Le style de jeu pratiqué ne change pas.

Quelles sont les ambitions de Kielce cette saison ?

Elles sont les mêmes pour tous les gros clubs d’Europe. Cela signifie tout gagner dans son championnat et aller chercher un titre.

Vous avez été particulièrement à votre aise en Ligue des Champions contre votre ancien club, le PSG (38-33, 6ème j.). Dans quel état d’esprit étiez-vous avant ce match ?

Cela a été une rencontre spéciale pour moi. C’était le PSG en face, mon ancien club. J’étais animé par un vrai état d’esprit de match de Ligue des Champions. Il n’en reste pas moins que chaque match de cette compétition doit être abordé de la même manière. J’ai fait une bonne partie. J’étais heureux de repartir avec la victoire.

Leur future venue à Kielce doit tout de même vous faire plaisir.

C’est sûr. Les affinités que l’on a ensemble pourront se répercuter sur le terrain la saison prochaine, je l’espère. C’est forcément appréciable de se retrouver avec des joueurs, de pouvoir rejouer avec eux et qui sont aussi des amis.

« Être plus fort pour ne plus laisser passer sa place en équipe de France »

Vous avez retrouvé l’équipe de France pendant la Golden League. Une grande satisfaction également !

C’est une joie de se retrouver. Porter ses couleurs génère naturellement beaucoup de plaisir. Mais la problématique essentielle reste toujours la même : faire de bons matches et y rester !

Avec le prochain Championnat d’Europe qui se profile, la France va être l’équipe à battre.

Qu’elle soit considérée comme favorite, certes, mais je ne pense pas à ce genre de considération. La Golden League doit permettre de bien bosser et de trouver de bonnes connections entre les jeunes. Et bien entendu de gagner car on joue pour cela. Ce sera alors autant de messages positifs renvoyés à nos futurs adversaires. Il y a donc encore pas mal de travail à fournir. Ce sera tout le travail qu’on aura effectué en amont qui fera qu’on réalisera une bonne compétition et qu’on ira chercher la médaille.

L’Euro, c’est forcément un objectif personnel, non ?

Bien entendu. Cette échéance est vraiment dans un coin de ma tête. C’est le gros événement qui arrive. J’espère que j’aurai été à mon avantage lors de la Golden League. Je dois donc tout faire pour être sélectionnable lors du prochain rassemblement de l’équipe de France.

Hugo Descat est également très en forme dans votre zone de jeu…

En équipe de France, il y a de la concurrence, mais elle est saine. C’est vraiment ce qu’il faut pour l’équipe de France. C’est normal d’être confronté à cela.

Sport Hand 011

Retrouvez la version longue de cet entretien, dans Handball magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi