jeudi 23 mai 2024

Entretien vérité avec Milan Bomastar, le géant serbe de Chartres, amoureux de la StarLigue

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

La jeunesse du gardien international serbe arrivé en début de saison à Chartres n’aura pas longtemps été un débat. A 24 ans, Milan Bomastar le double mètre (2m01) et le quintal de l’enfant de Novi-Sad font aujourd’hui l’unanimité dans un championnat que Milan apprécie beaucoup. Entretien pour Handball Magazine et Le Quotidien Du Sport.

Comment s’est passée votre intégration au C’Chartres MHB ?

J’ai été bien reçu par tout le club, mes coéquipiers et le staff technique. Mon intégration a été facilitée par la présence de trois coéquipiers de l’équipe nationale (Ilic, Kolakovic et Abutovic, Ndlr). Et le public aussi m’a accepté de la meilleure façon possible.

Un an après votre arrivée, comment jugez-vous le niveau du championnat de France ?

La StarLigue est un championnat d’un très haut niveau, tant au niveau sportif que dans son organisation et sa médiatisation, pour la retransmission des matches notamment. Il fait partie des meilleurs du monde. Ce n’est pas un hasard si c’est la maison des champions du monde et des champions olympiques.

À LIRE AUSSI : notre mag sur le hand

Milan Bomastar rend hommage à la StarLigue

Pouvez-vous le comparer avec ses homologues de Serbie, d’Espagne et de Suède où vous avez aussi joués ?

De ces trois pays, la compétition la moins relevée est en Serbie, où j’ai grandi en tant que jeune joueur. L’Espagne fut ma première expérience à l’étranger (à Ademar Léon en 2021/2022, Ndlr) et j’en garde un bon souvenir. La Suède (IFK Skövde en 2022/2023, Ndlr) est un pays un peu plus difficile d’accès. Après la météo espagnole, il a fallu s’habituer aux températures basses. Mais son championnat est d’un très bon niveau, surtout pour les jeunes joueurs, car c’est en Suède qu’il y a le plus d’opportunités pour jouer rapidement.

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris depuis votre arrivée en France ?

Les horaires d’ouverture des restaurants de la ville ! Ils ouvrent seulement à l’heure du déjeuner ou du dîner. J’ai dû m’adapter à ce nouveau rythme, ça n’a pas été évident car j’ai souvent trouvé les portes fermées, mais maintenant c’est bon ! Le fait que la plupart des matches se jouent le vendredi était aussi quelque chose de nouveau avec l’avantage d’avoir tout le week-end de libre derrière… pour se reposer, découvrir le pays avec ma copine.

Que faut-il penser des performances de votre équipe cette saison, des vôtres ?

On joue bien, surtout à domicile… On peut juste regretter certaines défaites de début de saison par manque de rotation. Mais on s’est bien repris depuis la reprise et nous avons le potentiel pour finir fort et le plus haut possible au classement. A titre personnel, je suis content de mes prestations. Je joue presque tous les matches, j’ai beaucoup progressé depuis mon arrivée à Chartres, mais ça peut toujours être mieux et j’espère que ce sera encore mieux au fil de la saison.

« La victoire à Chambéry a été un tournant de notre saison »

A 23 ans, vous avez déjà beaucoup voyagé et changé de club. Est-ce un hasard ou une volonté de votre part ?

C’est plus une coïncidence qu’une intention, mais j’ai certainement appris quelque chose de chaque pays et de chaque championnat, et je peux dire que, pour l’instant, de tous les pays dans lesquels j’ai joués, le championnat français est celui que je préfère.

Avez-vous franchi un palier cette saison ?

Notre victoire à l’extérieur, à Chambéry (30-25, le 3 mars, Ndlr), dans un match très difficile, est un tournant de notre saison, à titre collectif, mais aussi individuel, car jusque-là, dans la première partie de la saison, je n’avais pas été très décisif pour l’équipe. J’ai rendu au coach la confiance qu’il m’accorde.

Quelles sont vos ambitions avec la sélection serbe ?

L’ambition de tout international doit être de ramener une médaille dans son pays. Je rêve évidemment de participer aux Jeux Olympiques, mais il va d’abord me falloir m’imposer face au nouveau coach, lui montrer qu’il peut compter sur moi.

Dans quels domaines se situe votre marge de progression ?

Je suis encore jeune pour un gardien et je peux encore m’améliorer dans beaucoup de domaines. Il va le falloir si je veux atteindre mes rêves.

Quel est le gardien que vous admirez le plus ?

Quand j’ai commencé à jouer, j’ai regardé beaucoup de matches et de vidéos d’Arpad Šterbik (gardien international serbe champion du monde 2013 après avoir été naturalisé espagnol, Ndlr) et je pense qu’il est l’un des meilleurs gardiens de l’histoire. Aujourd’hui, j’admire beaucoup le style de jeu de Niklas Landin Jacobsen (international danois, champion olympique et triple champion du monde, Ndlr).

Transferts C’Chartres MHB 2024/2025

Arrivées : Quentin Minel (Nîmes), Vinicios Carvalho (Braga, Por.), Eduardo Cadarso (Logroño
La Rioja, Esp.)

Départs : Aleksa Kolakovic (Billère)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi