mercredi 4 octobre 2023

Equipe de France féminine : Jean-Aimé Toupane sur un siège éjectable

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

La France a finalement terminé à la 3ème place de l’Euro féminin de basket. Ne nous voilons pas la face, c’est une grosse déception. Après cinq deuxièmes places de suite, il était temps de transformer l’argent en or. Jean-Aimé Toupane en ressort très fragilisé.

La non-sélection à discussion de Marine Johannès, l’absence d’Iliana Rupert blessée en quart et en demi ou le dernier ballon de l’égalisation gâché par Marine Fauthoux en demi-finale face à la Belgique n’expliquent pas tout.

Exemplaire sur le terrain, Sandrine Gruda, qui a disputé à 36 ans son dernier Euro n’est pas du genre à faire le buzz. La Française prend toujours soin de peser ses mots. Après l’échec en demi-finale (63-67), elle a égratigné le sélectionneur national Jean-Aimé Toupane coupable d’un mauvais choix défensif face aux futures championnes d’Europe. Elle a remis ça après la petite finale jour de son anniversaire lâchant : « Il faut) aussi gagner en tactique (…) nous tous, à nos niveaux, on peut vraiment faire mieux, sélectionneur y compris.»

Rachid Méziane titré avec la Belgique, un désaveu pour le basket français

Nommé sélectionneur des Bleues en octobre 2021 pour succéder à Valérie Garnier en poste de 2013 à 2021, Jean-Aimé Toupane est un excellent formateur, à la tête des moins de 20 ans masculins depuis 2009.

Sa nomination avait pourtant suscité le scepticisme, ce dernier n’ayant jamais entraîné les féminines. Sa première compétition s’est d’ailleurs soldée par une déception avec seulement une 7ème place et une élimination en quarts de finale de la Coupe du monde par la Chine.

Cette 3ème place est-elle la goutte d’eau qui fera déborder le vase ? En tout cas, à écouter les temps-morts de Jean-Aimé Toupane, on ne peut qu’être perplexe.

Tactiquement, c’est plutôt… léger, le sélectionneur national jouant plutôt sur la corde sensible. Est-il toujours le bon choix ? On peut se poser la question et la Fédé devrait se la poser à un an des Jeux de Paris. D’autant que, sur le banc, se trouve comme adjoint David Gautier entraîneur de Lyon, champion de France en titre et qui connaît le basket féminin.

La Fédé doit encore plus se poser la question alors que la Belgique, championne d’Europe pour la première fois de son histoire, est entraînée par le coach de Villeneuve d’Ascq, finaliste du championnat, Rachid Méziane. Un Français ! Adjoint de Valérie Garnier de 2014 à 2021 ! Pourquoi la FFBB n’at-elle pas pensé à lui ? Le titre de la Belgique entraîné par un Français est un sacré désaveu pour les instances fédérales

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi