vendredi 21 juin 2024

Erling Haaland vs Kylian Mbappé : le verdict tombe

À lire

Après le duel CR7/Messi, il va falloir s’habituer à vivre au rythme du duel Haaland/Mbappé. Premier épisode de ce face à face de géants, le Ballon d’Or 2023 offrira un temps d’avance au lauréat.

ERLING HAALAND

TECHNIQUE : 7/10

Adroit face aux buts, mais aussi dos au but pour jouer en pivot, parce qu’il est capable de bien protéger son ballon, et que ses appuis sont bons, à l’aise dans le jeu aérien, en remise ou lorsqu’il doit combiner dans de plus petits espaces, Erling Haaland est moins frustre que la plupart des joueurs de son gabarit. Sa vitesse de pied, la spécificité de son jeu de gaucher, son intelligence de jeu qui l’amène à ne pas se risquer à tenter des choses difficiles, le rendent redoutable. Conscient de ses forces comme de ses rares faiblesses, il excelle dans le jeu en première intention.

PHYSIQUE : 8/10

Sa taille lui offre une envergure rare dans la surface où il rayonne dans les duels aériens comme dans les contacts. Mais sa puissance ne serait rien sans cette lucidité qui lui permet de ne pas toujours rechercher la confrontation physique, de préférer la contourner pour mieux surprendre. Capable de reproduire les efforts, il sait aussi se préserver, choisir ses moments pour être au bon endroit au bon moment.

L’an passé, face au PSG en Ligue des Champions, il a fait taire tous ceux qui le pensaient lent en raison de son gabarit. Sur une action, il remonta tout le terrain, 60 mètres, en 6,64 secondes… soit seulement 30 centièmes de plus que le record du monde de la distance, et 9 centièmes de plus que le record de Norvège !

MENTAL : 9/10

Son tempérament le prédispose naturellement à assumer sans problème sa médiatisation et la pression inhérente au statut de prodige qu’il trimballe avec lui depuis ses débuts en Norvège. « Il a une mentalité exceptionnelle » disait [ 20 ] LE FOOT MAGAZINE N°154

de lui son entraîneur, Lucien Favre, à Dortmund. La rapidité avec laquelle il s’est intégré au collectif de Guardiola à City renforce cette thèse. Comme si sa confiance ne cessait d’augmenter à mesure qu’il battait les records sans jamais le rassasier ou lui faire perdre le sens des priorités. Douter, ce n’est pas son style.

EFFICACITÉ : 9/10

Le record tenait depuis 28 ans. En neuf petits mois, Haaland est devenu le meilleur buteur sur une saison en Premier League, effaçant des tablettes les 34 buts d’Andy Cole en 1993/1994 avec Newcastle et d’Alan Shearer avec Blackburn la saison suivante. Toutes compétitions confondues, il a aussi fait largement mieux que les 44 buts de Ruud van Nistelrooy (2002/2003) et de Mohamed Salah (2017/2018) avec Manchester United et Liverpool (n°1 en 2022/2023 avec 56 buts contre 54 à Mbappé).

PALMARÈS : 7/10

Son triplé cette saison (C1, Cup, Premier League), ses deux titres de meil

leur buteur en championnat et en Ligue des Champions lui ont permis de mettre son palmarès au niveau de son talent. Car, avant de signer à City, il ne comportait qu’un championnat, une Coupe d’Autriche et une Coupe d’Allemagne. Sans pouvoir espérer l’étoffer avec la sélection de Norvège, dans l’optique du Ballon d’Or, il sait qu’il n’a pas d’autre choix que de faire gagner son club. Pour le moment, c’est réussi et ça pourrait suffire pour en faire le premier Ballon d’Or de l’histoire du football norvégien.

Total : 40/50

KYLIAN MBAPPÉ

TECHNIQUE : 8/10

Il sait tout faire, mieux et plus vite que les autres. Ses passements de jambes, ses doubles contacts, ses contrôles orientés, sa capacité à jouer à une touche pour mieux fixer les défenses et les prendre dans la profondeur après un relais le rendent irrésistible. Que ce soit dans un petit périmètre, ou ses appuis et sa fluidité technique font la différence, ou dans un grand espace où il est passé maître dans l’art de prendre la profondeur, il propose toujours un vrai défi à ses défenseurs. Il n’y a guère que dans le jeu de tête qu’il n’a pas mis le curseur à un niveau trop élevé.

PHYSIQUE : 8/10

Relativement épargné par les blessures, il s’appuie sur ses qualités physiques au moins autant que sur ses pures qualités de footballeur. Aussi rapide avec que sans ballon, il exploite à merveille sa vitesse de course, cette agilité qui lui permet de slalomer dans les défenses et d’éviter les tacles. Capable de résister au contact dans les un-contre-un, sa marge de progression passe par une plus grande endurance qui lui permettrait d’être plus utile dans le repli défensif quand il a tendance à relâcher trop facilement son effort à la perte du ballon.

MENTAL : 8/10

Conscient d’avoir été gâté par la nature, Kylian fait tout depuis le début de sa carrière pour ne pas gâcher son talent. Avide de stats et de records, il ne cesse de repousser ses limites, et (d’essayer) d’entraîner ses coéquipiers dans son sillage d’exigence et d’ambition. Si ça marche en sélection, son rôle de leader transcende les Bleus depuis la victoire mondiale de 2018. Exigeant avec lui comme avec les autres, il n’a pas tardé à prendre le leadership avec le PSG et le brassard avec l’équipe de France, signe qu’il a aussi une conscience collective développée.

EFFICACITÉ : 9/10

Le danger est toujours là quand il s’apprête à emprunter son circuit préférentiel, qu’il se retrouve sur le côté gauche à solliciter un appui ou à se recentrer pour chercher sa position de frappe idéale. Ses 243 buts en 332 matches pros le mettent sur une orbite jamais atteinte à son âge par un autre attaquant. Cinq fois meilleur buteur de Ligue 1, déjà meilleur buteur de l’histoire du PSG, il a aussi le record de buts en Coupe du monde à aller chercher, celui avec les Bleus… A ce rôle de buteur, il a aussi celui de passeur à son arsenal en étant le premier et seul joueur de l’histoire du championnat de France à avoir terminé premier du classement des buteurs et de celui des passeurs la même saison (28 + 17 en 2021/2022).

PALMARÈS : 9/10

Deux finales de Coupe du monde, dont une gagnée et une perdue malgré une performance sans précédent (4 buts), 6 titres de champion de France, 5 titres de meilleur buteur, 3 Coupes de France, 2 Coupes de la Ligue, une finale et une

demi-finale de Ligue des Champions… à 24 ans il est encore largement dans les temps pour se faire le plus beau palmarès de l’histoire du football français. Pour ce qui est de l’histoire du foot avec un grand H, il n’en sera pas loin le jour où il soulèvera enfin la coupe aux grandes oreilles. C’est bien parce qu’il est obsédé par cette quête et qu’il doute des capacités du PSG à le porter vers cet horizon là qu’il remet en cause aujourd’hui sa présence à Paris à la rentrée…

Total : 42/50

Verdict

Plus polyvalent car plus complet, Mbappé devance de peu Haaland qui a l’avantage d’évoluer dans le meilleur club européen actuel, mais sans pouvoir en tirer profit avec une sélection trop peu compétitive. A l’inverse, leader d’une équipe de France dominante au niveau mondial depuis quatre ans, Mbappé ne jouit pas de la même réussite avec un PSG décevant qui ne lui permet pas d’acquérir cette dimension supplémentaire qui lui permettrait de tuer le match.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi