dimanche 3 décembre 2023

Euro : Suisse – Turquie, le match de la peur entre les deux pires équipes de l’Euro

Suisse - Turquie et Italie - Pays-de-Galles (18h)

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

Suisse – Turquie, c’est le match entre les deux pires équipes du premier tour. Le paradoxe, c’est que toutes les deux peuvent encore se qualifier, même s’il faudrait un miracle pour Yilmaz et ses coéquipiers et un bon concours de circonstance pour Shaqiri et ses potes.

Avec deux défaites et cinq buts encaissés, la Turquie est la pire équipe de ce début d’Euro. Mais officiellement, Burak Yilmaz et ses partenaires ne sont pad encore boutés en dehors de la compétition. Officieusement, ils n’en sont pas loin.

Même un succès contre les Suisses ne devrait pas leur suffire. Avec trois points et une différence de buts négative (à moins d’un carton peu probable avec plus de cinq buts), les Turcs ont peu de chances d’être parmi les quatre meilleurs troisièmes et de continuer l’aventure.

En face, les Suisses font aussi partie des plus grandes déceptions de la compétition. Incapables de battre le Pays-de-Galles, les Suisses ont été punis par les italiens (0-3) et doivent gagner en marquant le plus de buts possibles pour espérer rentrer dans la liste des meilleurs troisièmes.

Si on attendait beaucoup des Turcs, notamment en raison de la belle saison des trois internationaux de Lille (Yilmaz, Yazici et Celik), que dire de la Suisse, treizième nation mondiale et neuvième européenne.

Absence de jeu, de caractère, et surtout de talent… l’équipe de Shaqiri est en passe de passer complètement à côté de son Euro. Toutefois, à la différence des Turcs, les Suisses peuvent encore terminer à la deuxième place et se relancer dans la compétition, en gagnant.

Un large succès (au moins trois buts d’écart), doublé d’une défaite des Gallois (par deux buts d’écart), les qualifieraient automatiquement. Un scénario presque « miraculeux » qui les enverraient en huitièmes sans même passer par la case des meilleurs troisièmes…

Mais une chose est sûre, les Suisses n’ont pas leur destin entre leurs mains. Ils doivent gagner et mettre un maximum de buts, c’est une certitude, mais sans aucune garantie. La certitude, c’est que toute autre résultat qu’un succès sur les Turcs renverrait les Suisses chez eux. Même chose pour les Turcs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi